lin-harden-rockets.jpg

Après l’incroyable histoire vécue par Jeremy Lin chez les Knicks, le niveau d’attentes a atteint un tel niveau lors de son arrivée chez les Rockets que la pression est tout de suite retombée en voyant le phénomène s’éteindre sous nos yeux à une vitesse folle. Seulement aujourd’hui, il est prêt à faire une belle première saison dans le Texas.

 

C’est notamment grâce au développement de James Harden qui peut se considérer comme étant le meilleur arrière de la Ligue, et l’arrivée de Dwight Howard qui prouvera cette saison qu’il reste le meilleur pivot de NBA, que le jeune meneur peut aborder cette campagne avec confiance et sérénité. En effet, chaque math de la saison passée joué sous le maillot des Rockets représentait un test, une façon de justifier son contrat assez lourd (25 millions sur 3 ans), créant un poids insurmontable sur les frêles épaules du phénomène et faisant ainsi de sa première saison à Houston un petit cauchemar éveillé.

 

« Apprendre à gérer les attentes des autres et savoir qui écouter ou justement faire taire, il faut échouer dans ce que vous faites pour mieux arriver où vous souhaitez aller. »

 

Jeremy-Lin-MSG-05.jpg

Constamment critiqué la campagne passée donc, Lin a apprécié pouvoir enfin aborder un été dans le rôle du garçon de l’ombre, un poste qu’il n’avait plus connu depuis ses premières foulées chez les Knicks, avant la fameuse Linsanity qui avait retourné la planète basket.

 

« Il y a toujours une pression qui m’attend cette saison, mais après être passé d’aucune attente à toutes les attentes du monde, cela fait du bien de retourner à la normale. »

 

Les Rockets auront suffisamment de pression à gérer avec leur duo de stars en Howard et Harden. Si chaque bonne équipe possède des role-players de qualité, Jeremy Lin et Chandler Parsons pourraient parfaitement porter la tenue : reste plus qu’à se mettre au boulot.

Jeremy-Lin-MSG-15.jpg
Retour à l'accueil