Florent-Pietrus-aeroport_full_diapos_large.jpg

«Je ne sais pas si je serai présent l’année prochaine en équipe de France. Il faudra voir comment je me sens physiquement, si je suis toujours prêt à repartir. Mais après une victoire comme celle-là, c’est sûr qu’on voit les choses différemment. On a quand même gagné un titre maintenant. C’est ce après quoi j’ai couru toutes ces années. Il n’y a plus cette pression de la quête du titre. Il y a une saison à faire. On verra après. Ça fait plus de dix ans que je viens en équipe de France tous les étés. Ça se ressent sur les saisons qui suivent. C’est dur physiquement, mais surtout mentalement. Jusqu’à présent, je venais parce que j’aimais l’équipe de France, mais aussi parce que j’avais envie de gagner quelque-chose avec cette équipe. Maintenant que c’est fait… Je ne dis pas que je ne viendrai pas l’année prochaine. Mais si je me sens moins bien physiquement le moment venu, ma priorité sera de me reposer», a expliqué Florent Piétrus.

 

 

Trophee-aeroport_full_diapos_large.jpg

Quelques minutes plus tôt, les Bleus avaient été accueillis en héros à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle. Quelques centaines de supporteurs, dont certains agitant des drapeaux, avaient fait le déplacement pour célébrer "TP" et sa bande après leur premier titre continental. Parker et ses partenaires ont ensuite quitté Roissy à bord d'un bus blanc marqué du slogan "Les Bleus champions d'Europe 2013".

 

Pour moi, il y a vraiment deux carrières bien distinctes, à la fois en club et toujours pendant l'été revenir avec l'équipe de France Boris Diaw, capitaine des Bleus

 

Le sentiment qui dominait alors chez Boris Diaw était "la fierté de représenter tout le pays. Ça fait des années maintenant que l'on est en équipe de France (avec Tony Parker notamment). On a commencé avec les équipes de jeunes, on jouait déjà avec l'équipe de France des moins de 18 ans, puis des moins de 20 ans. C'est quelque chose qui a continué pendant toute la carrière. On est fiers d'avoir amené le basket français au sommet européen".

 

Tony-Parker-aeroport_full_diapos_large.jpg

Le coéquipier de Tony Parker aux San Antonio Spurs a ensuite insisté : "Jamais" il n'a songé a ne pas porter le maillot bleu pour rester avec son club à certains moments. "Tous les étés on est présents. Pour moi, il y a vraiment deux carrières bien distinctes, à la fois en club, aux États-Unis, pendant l'année, et toujours pendant l'été revenir avec l'équipe de France".

 

Diaw élogieux avec Parker et Collet

 

Boris Diaw a également rendu hommage à Tony Parker et à Vincent Collet, le coach des Bleus, qui a prolongé son bail. "C'est sûr, Tony a été un leader parfait pendant toute cette campagne. Tout l'été, tous les matchs, à chaque fois il a su nous montrer le chemin et nous mener vers la victoire", a-t-il notamment déclaré. "Vincent Collet a fait de belles choses, il a contribué à l'élévation de cette équipe de France, donc c'est bien de le faire sur du long terme. Je suis content qu'il reste avec nous", a-t-il poursuivi.

 

Tony-Parker-a-l-Elysee_full_diapos_large.jpg

Le basket français attendait ce titre depuis une éternité Nicolas Batum, ailier de l'équipe de France

Le mot de la fin est revenu à Nicolas Batum, présent en équipe de France depuis cinq ans. "C'est historique, a commenté le joueur de Portland. Le basket français attendait ce titre depuis une éternité. C'est la première pour ce sport. C'est génial".

 

Boris-Diaw-et-Flo-Pietrus_full_diapos_large.jpg

 

 

Les-Bleus-et-Francois-Hollande_full_diapos_large.jpg

 

1016534_10151629255132256_1603653502_n.jpg

 

Les-Bleus-a-l-Elysee_full_diapos_large.jpg

 

Boris-Diaw_full_diapos_large.jpg

 

Parker-foule_full_diapos_large.jpg

 

Flo-Pietrus-a-l-Elysee_full_diapos_large.jpg

 

TP-et-son-clan_full_diapos_large.jpg

Toute la famille Parker.

 

TP_full_diapos_large.jpg

 

Parker-avec-un-fan_full_diapos_large.jpg

 

 

 

 

Retour à l'accueil