Uche-Nsonwu-Amadi_full_diapos_large.jpg

Le pivot nigérian aborde ce match comme un match ultime avant les play-offs qu’il faut gagner. Au sommet de sa forme, il ne veut rien changer aux habitudes choraliennes.

 

 

Uche, que représente ce match contre l’Asvel pour votre équipe ?


On se doit de bien finir la saison régulière même si on est qualifié pour les play-offs. C’est important avant de les disputer. Il faut tenter d’avoir le meilleur numéro possible. Terminer sixième montrerait encore plus le chemin parcouru. On a besoin de gagner, d’autant plus que ce match est à l’extérieur et que pour les play-offs, on n’aura pas l’avantage du terrain. Pour moi, c’est aussi important mentalement d’aborder les play-offs avec une dernière victoire.

C’est aussi un match particulier par le fait que ce soir un derby, certes, mais pour vous car l’Asvel tient une bonne place dans vos souvenirs…

 

 

C’est vrai. J’ai passé une saison à l’Asvel il y a quatre ans (2007-2008). C’était vraiment une bonne expérience et on a aussi réussi cette année-là de bons résultats (1).

Vous allez retrouver d’anciens équipiers devenus amis comme Edwin Jackson avec qui vous devez dîner après le match… Mais avant il veut gagner !

 

Uchenna-Nsonwu.jpg

 

(Rires). Comme moi, je veux gagner le match et après on ira manger ensemble ! Je l’ai connu il était tout jeune (rires), il commençait juste à jouer en pro. Il a développé son talent, c’est un bon « gars » et un très bon joueur. Je pense qu’il était au bon endroit pour progresser et faire ce qu’il fait.

 

 

Avez-vous une préférence pour les play-offs, entre Gravelines, Chalon ou Orléans ?


Je ne raisonne pas comme ça. On verra. On doit déjà gagner ce match. C’est la priorité. On doit continuer à travailler dur, pour jouer le mieux possible, quel que soit l’adversaire. Ensuite, on devra prendre notre chance. Tout le monde a sa chance en play-offs, c’est une autre compétition. Et cela vaut spécialement en France où c’est tellement serré que tout le monde dans le top8 peut battre tout le monde. En tout cas, nous sommes tous très motivés. Et quand tu vois tout le travail que l’on a effectué cette saison, on ne peut en sortir que plus fort. On a fait un tel chemin, traversé tant de difficultés, on ne doit pas oublier d’où l’on vient. Cela ne peut que nous rendre plus forts ! Ne changeons pas nos habitudes, pensons d’abord à gagner contre l’Asvel. Match après match.

 

 

 

Comme à chaque saison, vous finissez très fort, comment faites-vous ?


(Il rit). Déjà je donne toujours le maximum pour aider l’équipe, au début de saison comme à la fin. Mais au fil du temps, les automatismes arrivent, la fin de saison, c’est là que tout se joue, il faut être au top pour l’équipe. Je travaille tout le temps pour ça, toute l’année. Je donne tout, que l’équipe soit bien ou pas.

 

 

Et votre avenir, peut-il être à Roanne ?


Je ne parle pas de ça. Je n’ai que le match contre Villeurbanne en tête. Et après les play-offs où l’on veut aller le plus loin possible. On verra ensuite.

 

 

 

(1) En 2007-2008, l’Asvel a gagné la coupe de France, terminé troisième de la saison régulière, devant Roanne, a perdu à la belle des ½ finales des play-offs contre Nancy, elle est allée en ½ finale des As.

 

 

 

Propos recueillis par E.P.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil