CALVEZ-A-EU-TRES-PEUR_reference.jpgAu coup de sifflet final, Fabien Calvez s'est jeté dans les bras de Racon pour le féliciter

 

Francis CHARNEUX : « Nous avions pris quatre tartines contre Orchies (dont deux en amical) en autant de confrontations. Il a fallu faire comprendre aux joueurs - et ils l'ont accepté - que sur un match, en proposant autre chose, tout était possible. Notre défense les a fait déjouer.

En première période, nous n'étions pas dans le rythme. Mais, notre défense a tenu et nous ne nous sommes pas fait manger aux rebonds, ça nous a bien aidés. Nous avons gagné avec 35 % de réussite, on peut donc considérer que, par ailleurs, nous avons réalisé un match intéressant. Demain (aujourd'hui), ce sera une autre histoire. »



Philippe NAMYST : « Nous avons fait un premier gros écart qui aurait dû nous permettre de tuer le match. Au lieu de ça, nous avons laissé Charleville imposer son rythme. Nous avons manqué de maîtrise sur les détails, ce qui ne met pas à l'abri d'une mauvaise surprise. C'est une énorme déception. »



Fabien CALVEZ : « C'est énorme ! Le week-end n'est pas fini ! Orchies était pourtant archi-favori. On savait qu'il ne fallait pas lâcher, même à - 10, - 15. On a provoqué les fautes. On les a usés. Nous avons affiché un gros mental.

Nous avons franchi une marche, ce serait dommage de rater la deuxième. La finale va être ouverte. On va jouer libéré comme contre Orchies. »



Namory BOUNDY : « Ça fait plaisir ! On ne nous attendait pas en finale. Mais, nous avons créé la surprise. Orchies a du mal sur notre défense de zone, nous sommes donc restés comme ça presque tout le match.

Pour demain (aujourd'hui), nous restons motivés. Le but, c'est la victoire. »




Propos recueillis par S.P.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil