ATL2013-1350451556.jpg

Ils étaient 347 sur la ligne de départ en novembre dernier. Il n’en reste plus que quatre. Louisville, Syracuse, Michigan et Wichita State sont en effet les quatre derniers candidats à la succession de Kentucky et dans une semaine, le champion 2013 sera couronné au Georgia Dome d’Atlanta. Le plateau de cette édition sera passionnant. On y retrouve Louisville, champion de la Big East, demi-finaliste l’an dernier, et grand favori pour décrocher la palme cette année, Syracuse et son légendaire coach Jim Boeheim dont la défense en zone 2-3 a fait déjouer Indiana et Marquette, Michigan, qui retrouve le dernier carré pour la première fois depuis la fabuleuse épopée du Fab 5 il y a vingt ans, et enfin Wichita State, l’invité surprise, qui aura l’honneur de défendre les petites conférences.

 

La Big East est d’ores et déjà le grand gagnant de la saison avec deux équipes au Final Four, Louisville et Syracuse, pour la dernière année de son existance avant son implosion (départs de Syracuse, Notre Dame et Pitt vers l’ACC, de Georgetown, Marquette ou Villanova vers la « nouvelle Big East », en attendant ceux de Louisville et Rutgers en 2014). La Big Ten, considérée de loin comme la meilleure conférence de la saison, à éviter le pire avec la victoire de Michigan face à Florida lors du dernier match de l’Elite Eight. Mais la situation n’est pas aussi dramatique pour la Pac-12 et l’ACC, absents du Final Four depuis 2008 et 2010 respectivement. La Missouri Valley, représentée par Wichita State, aura donc une équipe en demi-finale pour la première fois depuis 1979 et l’équipe d’Indiana State conduite par un certain Larry Bird.

 

Louisville, qui a perdu Kevin Ware dimanche soir suite à une horrible fracture de la jambe, sera quoi qu’il arrive le grand favori, avec des joueurs capables de faire la différence à tous les postes. Syracuse misera sur les qualités athlétiques de ses joueurs vedette. Michigan sur sa ligne arrière menée par le probable joueur de l’année en NCAA, Trey Burke. Wichita State s’appuiera sur son duo composé de Carl Hall et Cleanthony Early. Qui aurait pu s’attendre à ce que l’état du Kansas soit représenté par cette équipe ? Chaque équipe possède donc des arguments de poids à faire-valoir dans la dernière ligne droite de la saison.

 

Dans la cadre du Georgia Dome d’Atlanta, la salle des Atlanta Falcons en NFL, les quatre équipes vont tout faire pour offrir à leurs étudiants le trophée de champion. Mais une seule pourra y parvenir. Nous aurons la réponse au soir du lundi 8 avril…

 

Le profil des participants

 

Louisville Cardinals

 

louisville_0318.jpg

 

Bilan: 33-5 (14-4 dans la Big East)

Ranking AP/USA Today: 2/2

RPI: 3e

Kenpom: 1er

 

Ville: Louisville, Kentucky

Etudiants: 22 300

Fondation: 1798

Conférence: Big East

Classement académique: 170e

KFC Yum! Center: 22 000 places

 

Champion: 2 (1980, 1986)

Final Four: 13

Participations à la March Madness: 39

Joueurs NBA: 46 (dont Wes Unseld, Darrell Griffith, Junior Bridgeman…)

 

La star: Russ Smith (18,9 points, 3,4 rebonds)

Les joueurs à suivre: Gorgui Dieng (10,2 points, 9,5 rebonds), Peyton Siva (9,9 points, 5,8 passes décisives)

Le coach: Rick Pitino (12e saison à Louisville)

 

Michigan Wolverines

 

0401A_MichiganRefer50p.jpg

 

Bilan: 30-7 (12-6 dans la Big Ten)

Ranking AP/USA Today: 10/11

RPI: 21e

Kenpom: 5e

 

Ville: Ann Arbor, Michigan

Etudiants: 43 400

Fondation: 1817

Conférence: Big Ten

Classement académique: 29e

Salle: Crisler Center (12 700 places)

 

Champion: 1 (1989)

Final Four: 7

Participations à la March Madness: 24

Joueurs NBA: 41 (dont Glen Rice, Chris Webber, Rudy Tomjanovich…)

 

La star: Trey Burke (18,8 points, 6,8 passes décisives)

Les joueurs à suivre: Tim Hardaway Jr. (14,6 points, 4,6 rebonds), Glenn Robinson III (11,0 points, 5,5 rebonds)

Le coach: John Beilein (7e saison à Michigan)

 

Syracuse Orange

 

ncb_g_cuse14_600.jpg

 

Bilan: 30-9 (11-7 dans la Big East)

Ranking AP/USA Today: 16/18

RPI: 14e

Kenpom: 8e

 

Ville: Syracuse, New York

Etudiants: 21 000

Fondation: 1870

Conférence: Big East

Classement académique: 58e

Salle: Carrier Dome (35 000 places)

 

Champion: 3 (1918, 1926, 2003)

Final Four: 5

Participations à la March Madness: 36

Joueurs NBA: 39 (dont Carmelo Anthony, Dave Bing, Derrick Coleman…)

 

La star: Michael Carter-Williams (12,1 points, 7,4 passes décisives)

Les joueurs à suivre: C.J. Fair (14,3 points, 7,0 rebonds), James Southerland (13,5 points, 5,2 rebonds)

Le coach: Jim Boeheim (36e saison à Syracuse)

 

Wichita State Shockers

 

NCAA-Wichita-St-Ohio.jpg

 

Bilan: 30-8 (12-6 dans la Missouri Valley)

Ranking AP/USA Today: 35/non classé

RPI: 37e

Kenpom: 19e

 

Ville: Wichita, Kansas

Etudiants: 14 800

Fondation: 1895

Conférence: Missouri Valley

Classement académique: non classé

Salle: Charles Koch Arena (10 500 places)

 

Champion: -

Final Four: 2

Participations à la March Madness: 10

Joueurs NBA: 9 (dont Xavier McDaniel, Antoine Carr…)

 

La star: Carl Hall (12,5 points, 6,9 rebonds)

Les joueurs à suivre: Cleanthony Early (13,7 points, 5,3 rebonds), Malcolm Armstead (10,9 points, 3,9 passes décisives)

Le coach: Gregg Marshall (6e saison à Wichita State)

 

Les parcours respectifs lors de la March Madness

 

Louisville: Les Cardinals ont parfaitement navigué au sein de leur région en dominant North Carolina A&T, Colorado State, Oregon et Duke, qui était l’un des favoris du tournoi. Le moment clé: la blessure de Kevin Ware en quart-de-finale face à Duke. Cette terrible a soudé le groupe encore plus que jamais.

 

Michigan: Les Wolverines ont battu South Dakota State et son meneur Nate Wolters, VCU, Kansas et Florida pour atteindre le Final Four. Le moment clé: le retour incroyable de l’équipe face à Kansas avec le panier au buzzer de Trey Burke.

 

Syracuse: Les Orange ont dominé tour à tour Montana, Cal, Indiana et Marquette avec une défense en zone 2-3 plus qu’efficace. Le moment clé: la large victoire face à Montana qui a parfaitement lancée l’équipe dans le tournoi.

 

Wichita State: Les Shockers ont choqué le monde en éliminant Pitt, Gonzaga, LaSalle et Ohio State. Ils ont donc battu les têtes de série numéro un et deux de leur région. Le moment clé: les dix dernières minutes du match face à Gonzaga avec un niveau de jeu hors du commun.

 

 

Les équipes dans l’histoire

 

Louisville: Il s’agit du dixième Final Four pour les Cardinals et leur troisième depuis l’arrivée de Rick Pitino à la tête de l’équipe. Les Cardinals étaient déjà présents à ce stade de la compétition l’an dernier avant de perdre face à Kentucky en demi-finale. Il faut cependant remonter à 1986 pour célébrer leur dernier titre de champion.

 

Michigan: Champion en 1989, Michigan a atteint le Final Four deux années de suite avec son « Fab 5″  en 1992 et 1993. Depuis, une traversée du désert de près de vingt ans pour les Wolverines…

 

Wichita State: Les Shockers ont un glorieux passé mais que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre. Ils n’avaient plus atteint l’Elite Eight depuis 1981 et n’ont plus participé au Final Four depuis 1965. Wichita State est la seule équipe encore en lice à avoir son palmarès national vierge.

 

Syracuse: Les hommes de Jim Boeheim fêtent cette année les dix ans du titre de champion remporté par Carmelo Anthony et ses coéquipiers. Syracuse a joué trois fois la finale du championnat depuis 1987.

 

Prévision d’avant-saison

 

Louisville: Déjà qualifiés pour le Final Four l’an dernier et n’ayant perdu aucun joueur majeur, les Cardinals étaient avec les grands favoris de la saison avec Indiana, et ont ouvert la compétition à la deuxième place du ranking. (Champion de la Big East devant Syracuse)

 

Le favori de la Big East est sans conteste Louisville. Les Cardinals ont atteint le Final Four l’an dernier malgré une hécatombe de blessés tout au long de la saison. Cette année, avec un effectif remis sur pied et aucun départ majeur, les hommes de Rick Pitino ont toutes les armes pour viser encore plus haut. Entre Peyton Siva, Gorgui Dieng, Russ Smith et Wayne Blackshear, Louisville possède un éventail d’options de très haut niveau. L’expérience acquise l’an passé sera également un gros plus pour l’équipe, et celle-ci devrait terminer au pire dans le Top 3 de la conférence, même si l’objectif annoncé est celle de numéro un

 

Michigan: Classés cinquièmes du pays en présaison, les Wolverines faisaient parti des grands favoris pour le titre avec la meilleure ligne arrière du pays, composé du meneur Trey Burke, de l’arrière Tim Hardaway Jr. et de l’ailier Glenn Robinson III, sans compter Nik Stauskas. ( Champion de la Big Ten)

 

Michigan se présente avec une ligne extérieure qui n’est pas loin d’être la meilleure de tout le pays. Trey Burke a résisté aux sirènes de la NBA et tâchera de confirmer son excellente saison de freshman (14,8 points, 4,6 passes décisives). Tim Hardaway Jr., qui entre dans la troisième année de son cursus, est le parfait lieutenant de Burke. Enfin, Glenn Robinson Jr. débarque avec le statut de future star et d’excellent scoreur. Il devrait se régaler avec les caviars de Burke tout au long de la saison

 

Syracuse: Syracuse a démarré l’année à la neuvième place du classement national malgré les départs de Dion Waiters et Kris Joseph. (Deuxième de la Big East derrière Louisville)

 

Syracuse a dominé la saison passée, avant de craquer en fin de saison. Dion Waiters, Fab Melo et Kris Joseph sont partis en NBA, mais l’équipe garde très fière allure. Rakeem Christmas aura la charge de la raquette, tandis que Michael Carter-Williams assurera le scoring. Avec également Brandon Triche à la mène, les Orange devraient à nouveau caresser les hautes sphères des rankings même s’il sera difficile de faire aussi bien qu’en 2011-2012

 

Wichita State: Les Shockers ont été placés à la quatrième place du classement de présaison… au sein de la Missouri Valley, après avoir perdu leurs cinq meilleurs marqueurs au cours de l’été. (Troisième de la Missouri Valley)

 

Wichita State, intraitable l’an dernier (27-6) avant de s’écrouler en toute fin de saison a perdu quatre de ses six meilleurs éléments, et si les Shockers devraient rester dans le haut du tableau, ils ne seront plus craints et redoutés comme ils ont pu l’être la saison passée.

 

Les clés du match entre Michigan et Syracuse

 

1. La défense en zone de Syracuse. La zone 2-3 des hommes de Jim Boeheim a été le cauchemar d’Indiana et Marquette à Washington lors des finales régionales. Mais ces deux équipes n’ont pas forcément les armes nécessaires pour faire sauter une défense de ce type. Michigan en revanche possède d’excellents shooteurs, à l’image de Nik Stauskas. Si les Wolverines ne montrent adroits à trois-points, ils auront l’avantage.

 

2. Le duel entre Trey Burke et Michael Carter-Williams. Les scouts NBA  seront plus qu’attentifs à ce match dans le match entre deux futurs « lottery picks » et deux des meilleurs meneurs de la NCAA. Carter-Williams est un joueur beaucoup plus physique et est un redoutable défenseur. Burke a pour lui sa vitesse et une vision du jeu hors du commun. Si l’un de ces deux joueurs parvient à prendre le dessus sur son rival, son équipe aura de bonnes chances de l’emporter.

 

3. Le légendaire Jim Boheim face au col bleu John Beilein. Jim Boheim est devenu cette année le deuxième coach le plus victorieux de l’histoire de la NCAA, dépassant Bob Knight au palmarès. Seul « Coach K’ est encore devant lui. Jim Beilein a de son côté grimpé les échellons après avoir commencé sa carrière comme assistant coach du Erie Community College à Buffalo à la fin des années 1970.

 

4. L’éclosion de Mitch McGary. Le seul véritable intérieur de Michigan est sans doute la raison pour laquelle les Wolverines sont toujours en course pour le titre. Il tournait à 7,4 points et 6,2 rebonds de moyenne en saison régulière avec une pointe à 14 points en prolongation face à Ohio State. Depuis le début de la March Madness, il affiche une moyenne de 17,5 points et 11,5 rebonds ! Malgré la présence d’un joueur du calibre de Trey Burke, c’est sans doute Mitch McGary qui détient la clée du match.

 

5. Retraite en vue pour Jim Boeheim? Les rumeurs concernant un possible départ à la retraite du coach de Syracuse ont surgit il y a quelques semaines. Si les Orange sont champions, cela ne serait-il pas le meilleur moment possible pour quitter ses fonctions sur un exploit ?

 

 

Les clés du match entre Louisville et Wichita State

 

1. La blessure de Kevin Ware, une motivation supplémentaire pour Louisville. Kevin Ware sera absent des parquets pendant de longs mois suite à sa terrible fracture à la jambe. Mais cette blessure peut servir de motivation supplémentaire aux joueurs de l’équipe, qui vont tout faire pour remporter le titre en hommage à leur coéquipier.

 

2. Wichita State peut entrer dans l’hitoire. Jamais un seed 9 ou plus n’a atteint la finale du championnat. Les Shockers ont déjà battu Gonzaga et vont maintenant s’attaquer à un autre numéro un…

 

3. La bataille au poste de meneur sera la clé du match.Malcolm Armstead et Peyton Siva n’iront peut-être jamais en NBA mais ils sont tous deux de vrais leaders sur le parquet et ont été excellents depuis le début du tournoi. Siva est sur le papier le meilleur des deux mais il faudra le prouver sur le terrain.

 

4. Louisville et Wichita State ont les meilleures raquettes du Final Four. Avec Ehimen Orukpe et Carl Hall pour les Shockers et Chane Behanan et Gorgui Dieng pour les Cardinals, il y aura du beau monde dans la peinture. La bataille du rebond s’annonce endiablée.

 

5. Rick Pitino deviendra une véritable légende en cas de victoire. Champion NCAA en 1996 avec Kentucky, Pitino pourrait connaitre un weekend historique en remportant un nouveau titre de champion et en étant intronisé au Hall of Fame puisqu’il est l’un des favoris pour entrer à Springfield cette année.

 

 

Mon pronostic

 

Demi-finales: Louisville bat Wichita State; Michigan bat Syracuse

Finale: Louisville bat Michigan

MOP: Russ Smith

 

 

Auteur: Thomas Gelb    

 

 

Retour à l'accueil