real-madrid-celebrates-final-four-london-2013--1-.jpg

Guidé par Sergio Rodriguez (élu MVP de la rencontre), le Real Madrid s'offre Barcelone au bout d'un match exceptionnel et rejoint les reds d'Olympiakos en finale de l'Euroleague Turkish Airlines.

 

FC BARCELONE  74-67 REAL MADRID

 

Le deuxième match de ce cette 1ére journée du Final Four oppose un vrai classico espagnole : Real contre Barça. Les fans de foot de ces 2 équipes vont être ravis car ce soir ce jouera la version « basket ».  L’ambiance n’est pas aussi explosive qu’en Espagne, il faut dire que les grecs avaient tellement chauffés l’O2 Aréna, que c’était difficile de faire mieux. En tout cas les 2 piles électriques barcelonaises n’ont pas eu besoin de l’ambiance pour se réchauffer le poignet. Tout d’abord Marcelinho Huertas lança les hostilités (4 points) dans ce 1er quart temps, soutenu par l’indéboulonnable « Bomba », Carlos Navarro (6 points). Pendant qu’Ante Tomic (4 points) s’occupait des « affaires intérieures » du Barça.  Soit 14 des 18 points marqués par le FCB.  Du côté du Real, Nikola Mirotic (6 points et 2 rebonds) tentait de maintenir le bateau à flot.  Mais cela est bien insuffisant pour suivre le rythme barcelonais. Il faut dire qu’avec 15% (2 sur 13) de réussite aux tirs à 2-point, et 4 balles perdues par les arrières madrilènes, les choses étaient mal partie. Le 1er quart temps se termine sur le score de 18 à 11 pour le Real.

 

Le coach du Real, Laso Pablo met une soufflante à ces troupes, et les renvoie sur le terrain avec de nouvelles consignes. Le message à l’air d’être passé, car une « nouvelle équipe » se met à dérouler un tout autre basket, plus agressif et plus généreux. Emmené par Sergio Llull, silencieux les 10 premières minutes (0 point), qui prend feu (11 points, 3 sur 5 à 3-point), le Real comble d’abord son retard, avant de prendre la tête pour ne plus la lâcher.  Cette fois, ce sont les arrières de Madrid qui prenaient les choses en main en bombardant la défense du Barça avec des missiles à longue portée (6 sur 11 à 3-point, soit 55% de réussite). Sergio Rodriguez se mêlent également à la fête (7 points) dans ce quart temps.  En face le Barça tente de répondre avec Ante Tomic (14 points à 80% aux tirs, ainsi que 6 sur 7 aux lancer-francs), mais le tempo a changé de camp. Le Real gagne cette période (28 à 15), et les deux équipent rejoignent les vestiaires pour la mi-temps, sur le score de 39 à 33 pour les madrilènes.

 

Barça n’a pas dit son dernier mot, et le retour des vestiaires va être l’occasion de s’exprimer.  Ante Tomic continue à appuyer là où ça fait mal : à l’intérieur avec 18 points (6 sur 7, soit 86% de réussite). La « Bomba », Carlos Navarro est sous une extrême surveillance, et son compteur point reste bloqué à 9 points (67 à 3 points, mais 1 sur 5 à 2-point).  Heureusement que les « affaires externes » barcelonaises sont confiés à Marcelinho Huertas, qui se faufilent tel une anguille à travers les mailles défensives du Real (12 points, 60% à 2-point, 40% à 3-point, 5 rebonds, et 2 passes décisives).  Les madrilènes sont impuissants face à ce duo, et le Barça remporte logiquement cette 3éme période : 18 à 9. Nouveau changement de leader à la 30éme minute : Barça mène 51 à 48.

 

marcelinho-huertas-fc-barcelona-regal-final-four-london-201.jpg

Les 10 dernières minutes du classico s’annonce chaude.  Ce diable de Huertas décoche le premier coup, et se joue des 24 secondes en envoyant dans le cercle madrilène un tir à 8 mètres sur un pied.  Malgré les 15 points de Huertas, le Real comprend qui faut mieux arrêter l’hémorragie à l’intérieur.  Et pour cela, il faut à tout prix arrêter le chantier entrepris par Ante Tomic 18 points et 12 rebonds). Felipe Reyes se met au four et au moulin, et se dévoue pour limiter la tour de contrôle du Barça. Ce même Reyes prend les choses en main, et revêt la tenue de Superman  dans ce dernier quart temps. Il tourne en bourrique la défense du Barça, rajoute 11 points et porte son total à 17 points (meilleur marqueur du Real). Comme l’a fait précédemment le Barça, Madrid s’appuie sur un duo Intérieur- Extérieur. Cet extérieur madrilène est Sergio Rodriguez (12 points  et 9 passes décisives.  Sans oublier la contribution de Sergio Llull (13 points dont 3 sur 6 à 3-point), le duo magique Reyes-Rodriguez va faire basculer le classico, et porter le Real Madrid en final : 74 à 67. CE SERA OLYMPIACOS PIRAEUS CONTRE REAL MADRID. Rendez-vous dimanche pour connaître le Champion. 

 

efes-pilsener-cheerleaders-final-four-london-2013.jpg

 

 

      Interview du MVP de la rencontre Sergio Rodriguez:

 

 

Les highlights de la rencontre:

 

 

 

 

Retour à l'accueil