sato-2016.jpg

Arrivé du Fenerbahce la saison dernière, le joueur Centrafricain Romain Sato n'a, une nouvelle fois, pas trahit la confiance placée en lui cette année en proposant une saison pleine, terminant dans le meilleur 5 de Liga Endesa en compagnie de son désormais ex-coéquipiers Justin Doellman (parti à Barcelone).

 

 

Le Barça passe à l'offensive, mais Valencia Basket refuse de vendre son âme

 

Car si Valencia Basket n'a pas réussit à retenir son MVP Doellman, il n'en pas de même pour Sato qui , lui, a signé pour deux saisons supplémentaires au club. Mais voilà depuis quelques jours après la signature du grec Kostas Papanikolaou avec les Houston Rockets (NBA) pour un buyout d'1 million d'euros, Baecelone à travers son coach Xavi Pascual a fait de Romain Sato sa première priorité pour occuper le poste 3 laissé vacant. Prenant connaissance du dossier de Romain Sato à travers l'agent du joueur, le Barça semble déterminé à faire plier les dirigeants de Valencia Basket qui ont déjà fait savoir qu'il n'y aura pas de négociation pour Romain Sato, sous contrat jusqu'en 2016 et dont la clause de résiliation s'élève à 1 million de dollars, soit 750 000 euros. Mais les catalans disposent actuellement de l'argent nécessaire (1 million d'euros) et n'exclut pas un dernier effort économique pour faire revenir Romain Sato au Palau Blaugrana après une courte expérience lors des playoffs de la Liga ACB en 2006. Entraîneur-adjoint du coach Ivanovic à l'époque, Xavi Pascual était déjà sous le charme de la star centrafricaine, joueur ultra-polyvalent, capable de scorer et de défendre à toutes les positions. Sato est une référence en europe, un MVP dans l'âme, mais par dessus de tout un soldat au service du collectif, prêt à se sacrifier pour l'équipe. C'est ce qui fait de lui, un des perles rares sur le vieux continent.

 

10462495 10152132692317256 6806817399503974353 n

Une nouvelle équipe bâtie autour de Sato, leader spirituel.

 

Avec le départ de Justin Doellman pour Barcelone et d'Oliver Lafayette pour l'Olympiakos,  le coach croate Velimir Perasovic a réussi à convaincre Romain Sato de rester au club encore deux saisons après plusieurs semaines de négociations. Il a même promis au joueur centrafricain de bâtir une équipe autour de sa personne, ce qui explique l'ajout des joueurs comme: Kresimir Loncar, Guillem Vives, Luke Harangody et Dwight Buycks. Et en concervant le meneur belge Sam Van Rossom, Rafa Martinez, Pau Ribas, Vladimir Lucic, Bojan DubljevicPablo Aguilar et Serhiy Lischuck, Valencia Basket a de sérieux arguments à faire valoir en Euroleague la saison prochaine après avoir remporté l'Eurocoupe 2014.

 

10304333 10152125333972256 6540050099304192056 n

A 33 ans, Sato n'a rien perdu de ses qualités athlétiques, et il est toujours aussi redoutable en défense et adroit derrière l'arc comme en témoignent ses statistiques de la saison dernière avec Valencia Basket.

 

En EuroCup il a proposé 9.3 pts - 5.4 rebonds sur 24 matchs. En Liga Endesa il a tourné à 11.5 pts dont 50% de réussite à 3pts - 6.1 rebonds. Cet arrière-ailier avait fait un très bon match face à Villeurbanne en novembre dernier avec 18 pts - 9 rebonds. La semaine suivante il n'était pas moins bon face à Paris (16 pts - 5 rebonds).

 

En conclusion, l'offre du Barça pour Romain Sato (3 ans de contrat pour 3 millions d'euros avec une place garantie dans les cinq titulaires, un villa haut standing et maillot  N°10, sans compter primes de matchs) est toujours d'actualité, et malgré le refus de Valencia Basket, les catalans ne sont pas prêts de baisser les bras, et semblent plus que jamais motivés à sortir toutes les artilleries lourdes pour convaincre les dirigeants du Taronja. Une chose est certaine, sur tous les plans (sportif et financier), Barcelone reste la meilleure destination pour les stars, ce qui signifie plus de chances d'ajouter de nouveaux titres à son palmarès. Mais comme Sato est un guerrier qui aime le challenge, tout reste possible. En tout cas, le bras de fer quand à lui est désormais lancé entre les deux clubs espagnols, et que le meilleur gagne...

 

Selon vous, Romain Sato doit-il resté à Valence jusqu'en 2016 ou signé à Barcelone pour les trois prochaines saisons?

 

 

 

 

Retour à l'accueil