Les deux clubs français engagés débutent la compétition ce mercredi. Montpellier se rend en Russie chez le Nadezhda Orenburg (14h00) et Bourges accueille les Italiennes du Famila Schio (20h45, en direct sur L'Equipe 21). Malgré leur statut, les Berruyères n'auront pas la tâche facile.

 

BOURGES.png

Troisième de la précédente édition, Bourges repart en campagne cette saison en Euroligue avec toujours autant d'ambition et débutera avec un match face aux Italiennes de Schio, mercredi dans le Berry (en direct sur L'Equipe 21). Victorieuses de l'épreuve à trois reprises (1997, 1998 et 2001), les Tango avaient atteint en mars la neuvième demi-finale de C1 de leur histoire. Battues alors par Ekaterinbourg (73-44), aujourd'hui tenant du titre, les championnes de France auront l'occasion de prendre leur revanche cette année, puisqu'elles se retrouvent encore sur la route des Russes dans un groupe relevé.

 

«C'est difficile d'évaluer nos possibilités.» (Valérie Garnier) «En 2013, nous avons réussi quelque chose d'assez exceptionnel. Là, on est dans une poule difficile avec des clubs qui ont beaucoup recruté comme Kayseri (finaliste de l'Eurocoupe 2013). C'est difficile d'évaluer nos possibilités», a déclaré l'entraîneur Valérie Garnier, nommée aussi fin août sélectionneur des Bleues, en remplacement de Pierre Vincent. La poule A comprend aussi les Slovaques de Kosice (quatrièmes de l'Euroligue en 2013) et les Hongroises de Györ.

 

Outsiders derrière Galatasaray et Fenerbahçe

 

-C6C70ADD-8503-4113-B4C5-6BF4B3C13BF3-large_h.jpg

Pour espérer aller loin dans la compétition et rejoindre Ekaterinbourg, déjà qualifié pour les Final Eight qu'il organisera, les partenaires de Céline Dumerc pourront néanmoins compter sur les renforts de l'ailière internationale néerlandaise Chatilla Van Grinsven, de l'intérieure australienne Marianna Tolo, de l'arrière Paoline Salagnac et de Diandra Tchatchouang, avec qui la capitaine de l'équipe de France avait failli remporter l'Euro en juin à domicile. Derrière Galatasaray et Fenerbahçe, les Berruyères font partie des outsiders. Pour être sûr de disputer le deuxième, il lui faudra terminer parmi les deux premiers de son groupe.

 

 

Retour à l'accueil