copa.jpg

Les reds d'Olympiakos restent les rois d'Europe en soulevant leur deuxième titre consécutif ! Le magistral Vasssilis Spanoulis est élu MVP de la finale. Le Real Madrid de Rudy Fernandez devra encore patienter pour remporter son 9e titre de l'histoire.

 

Le premier panier de la finale est inscrit par Georgios Printezis, mais Rudy Fernandez répond tout de suite avec un 3-point.  Il est immédiatement imité par Nikola Mirotic qui envoie lui-aussi un missile à longue portée. . 6 à 4 pour le Real. Après 5 minutes  de jeu, le Real crée le 1er écart, 13 à 5.  Les Madrilènes ont cueilli à froid les Grecs, et  Rudy Fernandez aggrave la marque avec un panier incroyable sur la tête à Law. 20 à 7 pour le Real. Les ennuis d’Olympiacos ne sont pas finis, car Sergio Llull s’invite à la fête, et inscrit 8 points dans le 1er quart temps. Le coup de sifflet de l’arbitre marquant la fin de cette 1ére période est une vraie délivrance pour les Grecs : 27 à 10 pour Madrid.

 

Le coach grec a du pain sur la planche. Les 2 minutes seront-elles suffisantes pour rallumer la flamme grecque. Kyle Hines a saisi le message, et il commence un chantier à l’intérieur (5 points). Une bombe à 3-point de Stratos Perperoglou repositionne Olympiacos : 18 à 27. Soit un petit 8 à 0.  Le coach remet Rudy Fernandez (10 points) pour arrêter ce vent de folie : 29 à 18. Mais un dunk d’Antic, après son 3-point, maintien le suspens intact : 24 à 31 à la 16éme minute. Marcus Slaughter lui répond de la plus belle des manières par un alley-up digne des highlights NBA. Rien à faire, Olympiacos ne lâche pas l’affaire. Law calme les envolées madrilènes avec un missile à longue distance : 31 à 35. Ce même Law conclu un fast-break par un « and-one » : 34 à 37 à 1min 25 de la fin de la mi-temps. Il est clair qu’après le 27 à 10 du 1er quart temps, la 2éme période est remporté avec panache par Olympiacos : 27 à 14. Les 2 équipes rejoignent les vestiaires sous le score de 41 à 37 pour les espagnols. Tout est à refaire pour les madrilènes. 

 

Les grecs démarrent la 3éme période en trombe, et bousculent les espagnols. A la surprise générale, ils égalisent et font basculer la pression sur le Real. Mais les malheurs du Real ne sont pas finis. Olympiacos passent devant 52 à 46. Rudy Fernandez n’apprécie guère ce festival grec, et décide de faire taire les chauds bouillants fans grec. Il aligne 5 points d’affilée et le Real égalisent 57 à 57 à 28éme minute.  Kyle Hines lui répond et marque son 11éme point (59 à 57). Le Real s’en remet à Rudy Fernandez, et tous les ballons passe par lui. Il inscrit son 17éme point, et égalise 59 à 59. Un vrai mano à mano qui se termine 61 à 61 à la 30éme minute.

 

vassilis-spanoulis-olympiacos-piraeus-eb12.jpg

Vassilis Spanoulis est élu MVP de la finale pour la deuxième année consécutive.

 

Les 10 dernières minutes s’annoncent explosives.  Stratos Perperoglou utilise son avantage de taille et post-up les arrières madrilènes.  Acie Law (16 points) continue à appuyer là où cela fait mal : 67 à 62. Vassilis Spanoulis rappelle à tout le monde pourquoi il est le MVP de la saison, il décoche une bombe à 3-point : 70 à 62 pour Olympiacos. La salle explose, les grecs sont hystériques.  Jaycee Carroll met son 1er tir à 3-point. Mais, il n’a pas le temps de savourer que Perperoglu (10 points) lui répond avec la même chose. Il est chaud comme la braise Malheureusement il prend sa 4éme faute en tentant de poursuivre Jaycee Carroll derrière un écran de Felipe Reyes.  Son « sacrifice » ne sera pas inutile. Le Rising Star, Kostas Papanikolaou prend la relève et sur un dunk porte l’écart à 14 points : 84 à 70. Du côté du Real, Sergio Rodriguez (15 points) vient soutenir Rudy Fernandez (20 points). Tous les deux tentent de freiner la vague rouge : 87 à 79.  C’est sans compter sur Spanoulis (22 points et 4 passes décisives) qui d’un tir de 9 mètres enterre les derniers espoirs madrilènes.  Plus rien à faire. Olympiacos signe un « back to back ».  Les grecs conservent leur titre en s'imposant largement sur le score de 100 à 88. Le maestro Vassilis Spanoulis est élu MVP de la finale comme l'année dernière à Istanbul. Le Real devra encore attendre pour remporter son neuvième titre de l'histoire. L'arrière américain Acie Law qui a été énorme ce soir, termine avec 20 points, 5 rebonds et 5 passes décisives.

 

Du côté de Madrid, Rudy Fernandez confirme son statut de leader avec 21 points et Sergio Rodriguez ajoute 17 points. Sergio Llull se contente de 14 points.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil