pete-mickeal-fc-barcelona-regal-eb12-13.jpg

 

FC REGAL BARCELONE 72 – 60  BROSE BASKETS (GROUPE D)

 

Sans trop se forcer le Barça a disposé d’une équipe allemande très vite à court d’idées au moment d’attaquer le bloc défensif adverse. Construisant son écart sur la belle présence d’Ante Tomic à l’intérieur, dont la grande taille et le touché de balle près du cercle auront fait des merveilles, les Catalans ont par la suite récité leurs gammes, se contant de remettre un petit coup d’accélérateur à chaque fois que les Bavarois tentaient de reprendre du poil de la bête. Teddy Gipson et Casey Jacobsen discrets car privés de rythme, Botjan Nachbar a fait valoir son expérience à l’aile, sans pour autant réussir à réveiller une formation envieuse mais incapable de rivaliser face à l’armada d’un Sarunas Jasikevicius dont l’entrée sur le parquet du Palau Blaugrana a été saluée comme il se doit par un public qui ne l’avait plus vu sous les couleurs Culés depuis 2003. Malgré un relâchement maîtrisé en toute fin de partie, le FC Regal entame donc son parcours européen de la meilleure des façons.

 

BESIKTAS ISTANBUL  81 – 65  PARTIZAN BELGRADE (GROUPE D)

 

leo-westermann-partizan-mts-belgrade-eb12-13.jpg

 

Dans la touffeur d’un Abdi Ipekçi Sports Hall aux tribunes clairsemées, Besiktas a acquis une première victoire importante face à un adversaire direct en vue de la qualification. Porté par Curtis Jerrells (15 pts, 15 d’éval) et le très aérien Patrick Christopher (25 pts), l’équipe d’Erman Kunter a sorti les coudes sous le panier, à l’image de Randal Falker (4 & 5), et l’artillerie à trois points pour se défaire du Partizan. Présent dans tous les bons coups, Léo Westermann (12 pts, 3 rbds, 3 pds) n’a pas à rougir de sa prestation pour sa première en Euroleague, à l’inverse de son coéquipier et présumé concurrent direct pour le poste de meneur titulaire, Torey Thomas (-6 d’éval). Excellent dès le début du match, le meneur français a permis à son équipe de rester dans la partie dans le troisième quart-temps. Malheureusement pour lui, à court de carburant, à l’instar du très bon Vladimir Lucic (18 pts, 26 d’éval), les Serbes ont coulé dans le dernier acte. Talentueuse et volontaire, la formation de Belgrade aura besoin de durcir son jeu et d’un apport plus important de ses Américains pour espérer s’en sortir à l’avenir.

 

 

ARMANI MILANO  80 – 75  EFES ISTANBUL (GROUPE C)

 

antonis-fotsis-ea7-emporio-armani-milano-eb12-13.jpg


Dans un Mediolanum Forum encore une fois désespérément vide, L’EA7 a passé avec un succès son premier gros test, en venant à bout d’un Efes gavé de pétrodollars. Encore roue dans roue à quelques minutes de la fin de la première mi-temps, les paniers du duo Famar – Savanovic répondant sans cesse à ceux du tandem Langdon – Bourousis, les Italiens ont profité du coup de chaleur derrière l’arc d’Antonis Fotsis pour se donner du lest au moment de rejoindre les vestiaires. Ses deux leaders encore fidèles au poste (39 pts au final), la formation de Sergio Scariolo a ensuite haussé le ton et davantage alterné le jeu, au grand désarroi de Turcs ne parvenant plus à suivre le rythme en dépit des quelques banderilles signées Sasha Vujacic (9 pts). Reste que, coupables d’un très gros excès de confiance, sous-estimant Ermal Kuqo (10 pts à 5/6) et relâchant le pressing sur un Jordan Farmar (19 pts, 20 d’éval) jusqu’ici très maladroit, les Lombards se sont offert une grosse frayeur en toute fin de partie. De quoi satisfaire nos joueurs de Fantasy League qui avaient massivement investi sur l’ancien combo-guard NBA.

 

MONTEPASCHI SIENA  82 – 92  ALBA BERLIN (GROUPE B)

 

heiko-schaffartzik-alba-berlin-eb12-13.jpg


Jouant crânement sa chance et se portant volontiers vers l’avant, l’Alba Berlin a profité de sa belle adresse intérieure et du très bon début de partie de Vule Avdaladovic (14 pts, 16 d’éval) pour faire vaciller un Mens Sana Basket en rodage, malgré la bonne prestation de David Moss (17 pts) et de ses artilleurs extérieurs en première période. Déjà logiquement en tête à la pose, les Allemands n’ont par la suite fait que confirmer l’impression laissée jusqu’ici : l’Alba n’est pas venu en pour se faire sortir au premier tour. Bien au contraire même. L’ancien Limougeauds Yassin Idbihi (15 & 4) et Deon Thompson (10 pts, 16 d’éval) ont fait très mal à une raquette toscane orpheline de Shaun Stonerook et David Andersen, tous deux partis cet été. Solide sur ses bases, capable d’apporter le danger partout, la formation entraînée par Sasa Obradovic crée donc le premier coup de tonnerre de l’édition 2012-13 de l’Euroleague en faisant trébucher Sienne en déplacement. Pour Kristjan Kangur (13 pts) et ses partenaires, il faudra impérativement se rattraper aussi bien sur la forme que sur le fond dans les semaines à venir. Voilà un résultat qui n’arrange pas l’Elan Chalon…

 

 

REAL MADRID  85 – 78  PANATHINAIKOS (GROUPE A)

 

sergio-llull-real-madrid-eb12-13--1-.jpg


On aurait pu craindre le pire pour le Panathinaikos lorsqu’un Rudy Fernandez stratosphérique venait donner dix unités d’avance au Real Madrid, au bout de cinq minutes de jeu, mais la machine verte s’est alors immédiatement mise en marche dans le sillage du tandem Diamantidis – Schortsanitis. Mieux encore, les hommes de Pedoulakis ont offert un vrai récital collectif à une équipe madrilène ayant encore cette fâcheuse tendance à confondre vitesse et précipitation. En retard à la pause, le sens tactique de Pablo Laso a tout de même permis au Real de se relancer.

 

dimitris-diamantidis-panathinaikos-athens-eb12-13.jpg

 

Plus agressive en défense, secteur du jeu dans lequel Dontaye Draper (4 pts, 5 ints) s’est montré particulièrement à son avantage, la Maison Blanche s’est définitivement emparée des commandes en tout début de dernier acte, grâce à Slaughter (8 & 6). La jouant à l’intox, contestant comme à leur habitude chaque décisions auprès des arbitres, les Espagnols ont par la suite mis à mal un club hellène incapable de maintenir à la fois Sergio Llull (15 pts, 5 pds) et Nikola Mirotic (18 pts, 22d’éval). Il y avait comme un goût de quarts de finale (voire plus) dans le Palais des Sports de la Communauté de Madrid.

 

 

 

 

Retour à l'accueil