Ce soir à 21h, l’Équipe de France va jouer un quart de finale tout ce qu’il y a de plus périlleux face à la Slovénie, pays hôte de la compétition. Une première pour un match pas comme les autres, je vous donne avant celui-ci les 5 clés pour accéder aux demi-finales.

 

{62FCFDF2-73C4-4982-AC8B-05C3125DB0DF}flexible

1- Le duel Parker – Gragic

 

Ce soir, il y aura un match dans le match, digne d’une affiche de la conférence ouest de la NBA : Tony Parker vs Goran Dragic. Par contre, cette fois, les deux point-guards de la grande ligue représentent leur équipe nationale et vont tout donner pour le drapeau afin d’atteindre les demi-finales. Meilleurs marqueurs et passeurs de leur équipe respective (17.3 pts & 3.9 passes pour le Spur, 15.3 pts & 4.4 passes pour le Sun), la victoire passera par l’un de ces deux hommes, car si on parle de la TP dépendance en France, c’est la même en Slovénie. On devrait avoir droit à un beau spectacle, tant ces deux joueurs aiment profiter des brèches défensives et qu’ils ne sont pas amoureux de la défense.

 

2- Répondre à l’impact

 

Depuis le début de l’Euro, on souffre face l’impact physique imposé par nos adversaires. Joffrey Lauvergne déclarait à Xavier Colombani de L’Équipe : « cette équipe, il faut lui rentrer dedans. Si tu le fais ils lâchent un petit peu, ils baissent un peu la tête » ; résumant en quelques mots un mal bien connu et dont ne se privera pas d’appuyer dessus Bozidar Maljkovic. Les Français sont prévenus, mais la vérité sera une fois de plus celle du terrain, car ne comptez pas sur les arbitres pour nous protéger, ils ne l’ont pas fait depuis le début de la compétition et le feront encore moins face à une salle comptant 12 mille Slovènes en folie. Ce soir, il va falloir montrer qu’on a des « guts », répondre coup pour coup, savoir encaisser et ne pas perdre son sang froid.

 

3- Dominer in the paint

 

Si la Slovénie jouera avec un sixième homme de poids, il faut dire que sur le papier c’est peut-être pas des match up tout à fait abordable. Les big men du Team France ont souffert face à des intérieurs scoreurs (11 pts à 5/5 pour Tibor Pleiss, 13 pts à 6/6 pour Jonas Valanciunas, 19 pts pour Nenad Krstic, 8 pts en 18 mins pour Djordje Gagic, 8 pts en 12 mins pour Vladimir Stimac), et le moins que l’on puisse dire c’est que notre adversaire du soir n’excelle pas grâce aux points de ses postes 5. En huit matchs, Gasper Vidmar tourne à 5.9 pts, Mirza Begic à 5.8 pts et le tueur de la France en 2007 Uros Slokar à 1.2 pts, donc à moins d’un match euphorique de leur part, Alexis Ajinca, Joffrey Lauvergne et Johan Petro ne devraient pas trop souffrir en défense sur l’homme. De l’autre côté du terrain, faisons confiance au pivot de Strasbourg pour être une fois de plus cet appuis offensif sous le cercle. Depuis le début de la compétition, l’ancien Palois monte en puissance, a trouvé cette constance qui lui faisait défaut par moments, et placer ses moves face à Begic and Co devrait être plus easy que face à un Marc Gasol par exemple.

 

{F349F7D0-B1BE-40C7-B4D4-962A72BD86D9}flexible

4- Jouer à 12

 

Pour gagner ce soir, il va falloir le faire à 12. Des joueurs qui débutent le match à ceux qui passent les serviettes durant les temps morts, ce match se gagnera ou se perdra à 12. J’en ai déjà mis une couche sur l’envie collective nécessaire pour franchir cette étape des quarts de finale dans mon « coup de cœur » de la veille, donc je ne vais pas m’attarder, toutefois, si nos Bleus souhaitent se regarder dans un miroir après le match, il ne faudra pas qu’ils l’abordent et le jouent de manière individuelle.

 

5- Attention au rebond

 

« Ils marquent beaucoup de points, ils sont bons dans le jeu rapide et au rebond offensif », ces mots sont ceux d’Alexis Ajinca à propos de la Slovénie (rapportés par la page Facebook « Les Frenchies en NBA »). Au final, les frères Dragic et leurs potes développent un jeu proche du notre, ce qui pourrait d’une manière nous avantager, par contre messieurs, il va falloir fermer le rebond. Sur les huit derniers matchs, les hommes du sorcier Maljkovic ont grappillé pas moins de 13.6 rbds offensifs par match, soit la deuxième meilleure nation du tournoi derrière le  déjà éliminé Monténégro (avec 14.2 prises offensives). Le match face à la Serbie fut un bon rappel, tant il a montré nos faiblesses dans la protection de notre cercle, messieurs les Bleus, ce soir il va falloir appliquer ces gammes répétées il y a des années dans vos pôles espoirs concernant les écrans de retard, c’est aussi simple que cela … la bataille du rebond peut se gagner à 5 centimètres du sol. A vous de jouer !!

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil