Trophee-Eurobasket-2013.jpg

La FIBA Europe désignera lundi les pays organisateurs de l'Euro 2015, initialement prévu en Ukraine. La France espère obtenir un groupe du premier tour et la phase finale.

 

Quarante-huit heures après avoir obtenu son billet pour les quarts de finale du Mondial, à jouer mercredi face à l’Espagne à domicile, la France du basket rêve d’une autre bonne nouvelle. Ce lundi à Madrid, vers 17h30, la fédération européenne (FIBA Europe) va désigner les pays organisateurs de l’Euro 2015, qualificatif pour les JO de Rio. Cette attribution tardive est liée aux événements survenus ces derniers mois en Ukraine, qui ont contraint l’instance européenne à lui retirer l’organisation.

 

 Pas d'Euro 2015 en Ukraine

 

Au pied levé, huit fédérations nationales, dont la France, ont monté un dossier cet été pour suppléer l’Ukraine. Quatre d’entre elles (Allemagne, Finlande, Israël, Lettonie) postulent pour un groupe du premier tour et quatre autres (Croatie, France, Pologne, Turquie) y ajoutent la phase finale. «L’Euro est le plus gros événement européen. L’organiser est un enjeu de développement. On a des joueurs qui ont donné énormément, il est cohérent de leur rendre cette reconnaissance. Et c’est qualificatif pour les JO», explique Jean-Pierre Siutat, le président de la Fédération Française (FFBB), qui s’est démené sans compter depuis plusieurs semaines pour réunir un budget (11 millions d’euros) et boucler un dossier.

 

«A Villeneuve d'Ascq, on est sur des standards UEFA en termes d'accueil, du jamais vu pour du basket» Celui-ci présente deux sites potentiels pour le groupe de la France, championne d’Europe, au premier tour - la halle XXL de Nantes et la Park & Suites Arena de Montpellier, toutes deux pouvant monter à 10 000 places - et surtout l’Arena Sport qui surgit de la pelouse du Stade Pierre-Mauroy de Villeneuve d’Ascq, près de Lille, et forme une salle de 27 000 places, du jamais vu en Europe, pour la phase finale. Jusqu’ici, elle n’a accueilli qu’un concert de Rihanna et de Patrick Bruel. C’est donc un vrai pari en l’absence d’une aréna d’une capacité de 15.000 sièges dans le pays. Actuellement en travaux, Bercy ne sera pas disponible aux dates de l’Euro. «La commission d’évaluation (de la FIBA Europe) y a passé deux jours complet, a vu le site, des vidéos, des plans et a été impressionnée par la qualité. On est sur des standards UEFA en termes d’accueil, c’est du jamais vu pour du basket», dit Jean-Pierre Siutat.

 

GTR.png

Boris Diaw sera le porte-parole de la candidature française ce midi à Madrid. Et Tony Parker est également un soutien de poids pour un pays qui n’a pas accueilli de grande compétition de basket masculin depuis l’Euro 1999 et n’a pas connu de grande réussite ces dernières années en matière d’organisation de grands événements.

 

TP.png

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil