109140_81_1314_81.jpg

Quelle saison décevante pour le Real Madrid… Jugé par beaucoup comme la meilleure équipe d’Europe cette saison, le Real s’est tout d’abord écroulé en finale de l’Euroligue face au Maccabi Tel-Aviv, avant de s’incliner ce jeudi face à son grand rival le FC Barcelone en finale du championnat d’Espagne. Les Catalans ont remporté la manche décisive sur le score de 83 à 81, l’arrière espagnol Juan Carlos Navarro étant désigné MVP de cette finale.

 

Les Catalans ont fait la décision dans les ultimes secondes de la rencontre, l'emportant de deux petits points qui suffisent à leur bonheur. Ce troisième succès en finale, disputée au meilleur des cinq matches contre les Madrilènes, empêche en effet tout retour des protégés de Pablo Laso dans le "Clasico" du basket espagnol.

 

Les hommes de Xavi Pascual remportent ainsi le 17e titre de Liga Endesa du club barcelonais.

 

109144_81_112056_81.jpg

Juan Carlos Navarro en compagnie de ses deux filles, a été élu MVP des finales

 

 Le miracle n'a pas eu lieu. Le Real Madrid, qui n'avait aucune marge d'erreur, a terminé par céder face à Barcelone, qui s'est proclamé champion de Liga à domicile. Les Blancs se sont battus jusqu'à la fin et sont entrés dans la dernière minute à 76 partout. Mais au final, ils ont perdu 83-81 au Palau Blaugrana.

 

Le Real Madrid montrait dès le début qu'il n'évoluait pas à son aise. Dans une ambiance surchauffé, et avec une technique pour le banc blanc dans ce premier quart, les Blancs profitaient de la grande forme de Rudy pour tenter de contenir un Barcelone bien emmené par Nachbar, Navarro et Tomic. Malgré des hauts et des bas au score, les locaux prenaient un avantage de 8 points (18-10, 7ème).

 

La rentrée de Mejri, très intense dans tous les secteurs, réanimait les Madridistas (20-16) qui trouvait en Darden leur meilleur homme au rebond. Mais le manque d'adresse à trois-point permettait aux Blaugranas de prendre les devants avant le second quart.

 

Barcelone faisait de nouveau son preuve de son inspiration à partir de 6,75m (quatre dans ce quart). Reyes, Mejri puis Bourousis tentaient tout pour que la distance ne soit pas plus grande. Ce qui n'empêchait Barcelone d'atteindre les +10. Mais une réaction des Blancs, emmenée par Rudy et Bourousis, laissait le score à 47-42 à la pause.

 

"LE POURCENTAGE D'ADRESSE À TROIS-POINT A ÉTÉ DÉCISIF : 47 % POUR LES LOCAUX, 19 % POUR LES BLANCS."

 

Le retour des vestiaires montrait un Real de nouveau capable d'égaliser. Il revenait même à 49-47. Plusieurs décisions arbitrales discutées ont vu un Pablo Laso protester, puis se faire expulser. Une succession de lancers francs offrait de nouveau un avantage de +12, mais le Real ne baissait toujours pas les bras et réduisait l'écart à 8 points (65-57) à la fin du troisième quart.

 

Action décisive

 

109151_81_1178381_81.jpg

Dans le dernier quart, duquel Mejri a dû sortir sur blessure, les Blancs faisaient encore étalage de tout leur courage. Malgré de nombreux problèmes, ils réagissaient et revenaient dans la rencontre. Avec un Mirotic adroit, les Madridistas égalisaient même à une minute de la fin (76-76). Un tir primé de Lampe à moins de 21 secondes du terme de la rencontre finissait par donner la Liga à Barcelone (83-81).

 

F C. BARCELONE 83 (25+22+18+18) : Huertas (9), Navarro (14), Papanikolau (3), Nachbar (10) et Tomic (22) –cinq majeur--; Pullen (-), Sada (2), Oleson (10), Abrines (8), Lampe (3) et Dorsey (2).

 

REAL MADRID 81 (19+23+15+24) : Llull (8), Rudy (13), Darden (6), Mirotic (11) et Bourousis (12) --cinq majeur--; Reyes (11), Sergio Rodríguez (5), Díez (0), Mejri (10), Slaughter (-) et Carroll (5).    

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil