762937.jpeg

 

Le regard de la super star de l'équipe de France féminine, Emmeline NDongue sur ses premières heures londoniennes

 

"C’est immense, un truc de dingue. On croise des gens que l’on regarde à la télévision habituellement, on se retrouve au milieu de milliers de sportifs avec vue sur un stade qui s’illumine. Mais nous n’allons pas oublier que cela a été dur pour venir ici donc on ne prendra pas le risque de rater quelque chose de grand parce que nous aurons trop regardé à droite à gauche. Il faudra savoir se disperser quand on pourra le faire et se concentrer sinon.

 

Z_20120726-235902-2.jpg

 

Je pense que nous sommes aptes à le faire. Les Jeux ce n’est pas un Euro ou un Mondial. Ce qui prime pour les journalistes et tous les observateurs c’est de raconter l’évènement et comment on se sent pendant cet évènement. Dès que j’ai quitté Bourges pour arriver à la Gare du Nord, j’avais le cœur qui battait. La seule chose que je voulais c’était arriver à Londres avec la dotation du CNSOF, faire partie du truc…  Nous étions toutes excitées pour des choses parfois futiles. Comme des gamines. Une fois que la compétition aura commencé, on parlera du Brésil, de l’Australie."

 

 


Retour à l'accueil