45f21767e21b.jpg

Les Grecs s’emparent de la première place du groupe B devant l’Argentine grâce à une quatrième victoire en autant de matchs et cette fois face à la Croatie, 75-65. Deuxième du groupe B avant ce premier véritable test face à la Croatie (4e du groupe avant cette rencontre) la Grèce avait consécutivement battu le Sénégal, les Philippines et Porto Rico alors que son adversaire du jour avait lutté face aux Philippines avant de se reprendre contre l’Argentine et de sombrer à nouveau au profit des surprenants Lions (aujourd’hui sèchement battus par les Argentins).

 

La Croatie sert Ante Tomic (9 points à 4/7 et 9 rebonds) qui signe 4 points en moins de deux minutes pour débuter la rencontre. Kostas Papanikolaou (14 points à 7/10) s’offre un coast-to-coast dans la défense croate alors que Dario Saric (10 points à 4/12 et 5 rebonds) se lance avec un panier en force sous le cercle de l’autre côté pour égaliser à 6 partout. Nick Calathes fait le show sur l’action suivante avec une interception et une passe dans le dos pour le layup de Papanikolaou. La Grèce continue de profiter des pertes de balles croates et c’est cette fois un Georgios Printezis bien en jambes qui en profite, 12-6 Grèce. Enfermé, Bojan Bogdanovic (20 points à 6/12) trouve Oliver Lafayette dans le corner et Krunoslav Simon enchaîne sur un superbe lay up main gauche, 12-11. Aussi actif en défense qu’en attaque, Saric signe un très joli move au poste avec finition main gauche mais ne peut empêcher son équipe d’être menée de deux points après 10 minutes, 16-14.

 

L’entrée en jeu de Giannis Antetokounmpo apporte du rythme supplémentaire à la Grèce et le jeune NBAer sert parfaitement Kostas Kaimakoglou pour le 3-points. Damjan Rudez profite de l’incompréhension grecque sur le repli défensif pour répondre de loin, 19-17. La Grèce (60% aux tirs sur la première mi-temps contre 32% pour la Croatie) sait alterner son jeu en trouvant Giannis Bourousis avec réussite de temps à autre dans la peinture pendant que Nikos Zisis plante de loin face au panier pour donner 5 points d’avance aux siens. L’écart passe à 9 unités et la Croatie, qui manque d’intensité à l’intérieur, est forcée à prendre un temps-mort. Et même quand le géant Tomic (2,17m) est servi dans la raquette juste après, c’est une vilaine bâche qui l’attend et la Grèce prend 13 points d’avance avant le réveil de Bogdanovic de loin, 32-22. Les joueurs grecs se trouvent les yeux fermés et rentrent au vestiaire tout en contrôle, 36 à 23.

 

8a270d0ae54b.jpg

La Grèce régale (le layup en passant sous le panier signé Papanikolaou fait lever la foule) dès l’entame du troisième quart-temps tout en restant bien placée en défense. Seul un panier de Bogdanovic en début de période vient égailler l’attaque croate durant les 5 premières minutes. Et même quand le futur joueur des Nets met dedans à 3-points, l’équipe perd pied à l’image d’un Tomic qui laisse le ballon lui échapper des mains sur un rebond tout cuit. Finalement, l’agressivité de Bogdanovic permet à la Croatie de réduire l’écart à 10 points en fin de quart-temps.

 

Antekounmpo réveille les spectateurs en début de quatrième quart-temps sur un superbe démarquage backdoor conclut par un dunk puissant ligne de fond. L’intensité apportée par Lafayette permet à la Croatie de continuer à y croire malgré un écart encore conséquent de 10 points à 5’36 de la fin du match. La Grèce prend le temps de se réorganiser et trouve immédiatement un layup plus la faute qui renvoie illico la Croatie sur son banc pour un nouveau temps-mort. Saric fait tout ce qu’il peut pour maintenir son équipe en vie mais la Grèce gère son avance et a toujours une réponse en réserve. La rencontre se termine sans le moindre suspens et les chants grecs fêtent la victoire 76-65 à Séville.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil