4e4cf8452e24.jpg

Même si ce match n’avait aucun enjeu, on a assisté à une rencontre très engagée avec quelques frictions et l’Espagne a mis un point d’honneur à le remporter encore avec la manière 89 à 73. Elle a fait la différence en premier quart et a ensuite géré le reste du match en dégageant toujours ce sentiment de puissance et de domination même si les Serbes ont affiché de l’opposition. Pau Gasol a encore une fois régné dans la raquette avec 20 points, bien aidé par son frère Marc auteur de 11 points à 5/6. Rubio a lui été excellent à la baguette avec 12 points, 4 rebonds, 6 passes, 7 interceptions mais 7 ballons perdus. Juan Carlos Navarro a lui signé 15 points à 5/7 en 19 minutes.

 

Comme à chacun de ses matchs du premier tour l’Espagne a mis d’entrée la pression sur ses adversaires avec un 5-0 mais les Serbes n’ont pas paniqué et ont répondu instantanément grâce à Miroslav Raduljica à l’intérieur et Stefan Bircevic à l’extérieur. Sur un 13-5 la Serbie a pris la tête, pas pour longtemps. Avec une adresse incroyable, l’Espagne a fait pleuvoir les paniers sur la tête de l’équipe de Sasha Djordjevic. Ils ont mis leurs 9 derniers shoots du quart pour marquer 22 points en 5 minutes avec un duo Pau Gasol – Juan Carlos Navarro déchaîné (10 points chacun en premier quart) et Ricky Rubio à la baguette. Avec un 11/14 aux tirs l’Espagne était déjà loin devant 34-20 après un quart.

 

a7396fd8d0ca.jpg

L’écart a continué de se faire, même si bien sûr l’adresse de la Roja a baissé, la Serbie accusant le le coup avec seulement un panier inscrit lors des 5 dernières minutes de la première mi-temps. Llull et Calderon de loin ont donné 19 points d’avance.

 

Au retour des vestiaires les frères Gasol ont enfoncé un peu plus le clou pour mettre la Serbie à 25 points. Des Serbes qui n’ont pas abdiqué et le trio Nemanja Bjelica, Raduljica, Bogdanovic a fait diminuer l’addition en terminant le quart sur un 19-9 et en poursuivant même cette série en début de quatrième pour la porter à 27-12 et revenir à 10 points. Ils ne reviendront pas plus près, la faute à Ricky Rubio notamment, qui a redonné de l’air aux siens sur la ligne des lancers pour une fin de rencontre tranquille.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil