e849701af736.jpg

On n’est pas passé loin d’une surprise dans le groupe B puisque les Philippines ont malmené l’Argentine de Luis Scola (19 points à 7/12, 7 rebonds et 4 passes) pendant près de 40 minutes avant de s’incliner dans les derniers instants du match, 85-81. Trop de ballons perdus, trop d’inexpérience et c’est une troisième défaite en autant de matchs pour les Philippines menées par un grand Ranidel De Ocampo (18 points à 7/14 et 5 rebonds) après les revers contre la Grèce et la Croatie.

 

Andray Blatche (14 points à 6/9 et 15 rebonds) enflamme la salle remplie de supporters surexcités dès le début du match avec 4 points consécutifs en une minute mais prend également deux fautes très rapides qui profitent directement à Luis Scola sur la ligne des lancers-francs. Le jeu opportuniste des Philippines porte ses fruits et le 3-points de Jayson William (11 points à 4/11) après 3 minutes permet à son équipe de mener 9-2. William récidive immédiatement sur un énorme 3-points qui donne 10 points d’avance aux Philippines, 12-2. Le festival longue distance continue à 17-7 avant que l’exploit d’Hermann plus la faute ne stoppe l’hémorragie. Facundo Campazzo poursuit l’effort avec un tir primé pour revenir à 5 points. Intense des deux côtés du terrain, l’équipe philippine confie le ballon à Gabe Norwood en transition et ce dernier postérize violemment Luis Scola (19-12) sur un appui deux pieds sans hésitation. Tout va trop vite pour l’Argentine qui subit encore et encore de loin, offrant même un 3+1 à Paul Dalistan.

 

L’Argentine ne compte miraculeusement que 3 points de retard (25-22) après 10 minutes de jeu grâce aux mains chaudes de Walter Herrmann (10 points et 5 rebonds) et Facundo Campazzo. Les Philippins sont sur tous les rebonds et s’offrent des deuxièmes chances sur rebonds offensifs tout en continuant de tenter des shoots dingues de loin pour finalement reprendre 10 points d’avance, 32-22. Scola trouve un tir en tête de raquette mais ne parvient pas à poser son jeu dans la peinture. En face June Mar Fajardo permet aux Philippines d’alterner jeu extérieur/intérieur avec succès et sans l’aide de Blatche. Le jeu se ralentit dans les dernières minutes et cela coïncide avec le retour de Blatche sur le parquet. L’Argentine est de suite plus à l’aise et reprend l’avantage après deux 3-points de Pablo Prigioni et Marcos Mata, 38-36. L’écart passe à 4 points sur un and one trouvé par Scola dans la peinture. Mata permet aux siens de rentrer aux vestiaires sur un 3-points au buzzer qui offre 5 points d’avance à l’Argentine.

 

L’Argentine reprend facilement 7 points d’avance (48-41) en début de deuxième mi-temps grâce à un 3-points signé Andrés Nocioni, qui répond à celui Ranidel De Ocampo quelques secondes plus tôt. L’étincelle revient dans le camp philippin grâce à trois lancers-francs provoqués par Lewis Tenorio (3/3) et un nouvel énorme dunk philippin de Norwood, qui profite d’un boulevard dans la raquette. Les deux équipes s’échangent ensuite des missiles de loin et on revient à égalité, 51 partout. Un 10-0 plus tard, l’Argentine reprend les devants 61-51 et Scola, en plus d’avoir bien trouvé sa place dans la raquette, artille de loi, imité par Mata pour contrer les assauts lointains de Jim Alapag (15 points à 5/7 à 3-points). Toujours 10 points d’écart avant d’entamer le dernier quart-temps.

 

Alapag encore lui va ramener son équipe à 5 points en début de quatrième quart sur un nouveau 3-points suivant le travail intérieur de son coéquipier De Ocampo sur l’action précédente, 71-66. Un nouveau match peut alors démarrer. De Ocampo recolle à deux points sur un shoot longue distance mais fausse joie car Nicolas Laprovittola lui répond du tac au tac, 74-69. Mata en rajoute une couche, 77-69 et tout est à refaire pour les Philippines. Alapag se charge de replacer son équipe à 3-points sur un 3-points qui redonne encore un peu d’espoir aux siens. Les efforts philippins se poursuivent et sont récompensés par un incroyable shoot lointain d’Alapag, 82-81 Argentine et 1’30 à jouer. Malgré plusieurs occasions de passer devant, le ballon revient aux Argentins qui obtiennent deux lancers cruciaux, 1 sur 2 pour Nocioni, 83-81 et 24 secondes à jouer. William commet un cruel marcher sur un shoot forcé et l’Argentine n’a plus qu’à dérouler les 11 secondes restantes.

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil