503737255-USAB-BUTLER-504.jpg

Si il y a un joueur pour qui la préparation au Mondial espagnol n’aura pas été qu’une simple mise en jambe, c’est bien DeMarcus Cousins. Parti avec du retard du coté du Team USA, après avoir laissé une très mauvaise impression en 2012 lorsqu’il avait été invité à s’entraîner avec la sélection, DMC a su creuser son trou, et serait même assuré d’être le backup numéro 1 d’Anthony Davis au poste de pivot.

 

Quand on sait qu’il y a un peu moins d’un mois, on évoquait la possibilité qu’il se fasse piquer sa place dans les 12 par Mason Plumlee, on voit bien le chemin parcouru par Cousins lors de cette préparation, et ce en dépit d’une petite blessure au genou qui est venue le contrarier quelque peu. Les doutes ont vite été dissipés puisque DeMarcus semblait lui même de plus en plus confiant au fil des jours quand au fait qu’il serait bien présent en Espagne, le plan de Mike Krzyzewski visant à additionner les pivots pour tenir tête à l’ogre ibérique allant dans le sens du joueur des Kings.

 

Et en bon diplomate qu’il est, Coach K aurait d’après ESPN assuré à DMC qu’il serait dans le haut de la rotation du Team USA, laissant les miettes aux autres intérieurs de devoir que sont Andre Drummond et Mason Plumlee. Le but de la manoeuvre est évidemment de frustrer le moins possible le très irritable Cousins (il aura assez de boulot avec les règles et l’arbitrage FIBA pour se dégourdir les corde vocales) en ne le laissant pas croupir sur le banc, le tout en assurant ses arrières avec des big men solides et robustes qui n’ont pas besoin d’assistance psychologique derrière.

 

503737255-USAB-BUTLER-163.jpg

Si cette position de premier intérieur en sortie de banc ne garanti pas forcément un gros nombre de minutes, Coach K étant adepte d’un coaching plutôt libéral et d’une rotation élargie, elle permettra au moins à DeMarcus Cousins de jouer son jeu sans se soucier des fautes et des baisses de régime, il pourra donc courir à volonté et devra à tout prix être un des leaders offensifs d’une raquette qui compte surtout des joueurs de devoir plutôt que des vrais techniciens du scoring si l’on excepte le monstre Anthony Davis.

 

 

 

Retour à l'accueil