michael-jordan-charles-barkley-540x387.jpg

 

 

Charles Barkley est bien connu, notamment pour son franc parler. et même s’il est très ami avec Michael Jordan, il n’a pas hésité une seconde à dire aux médias combien il trouvait que son ancien coéquipier de la Dream Team n’était pas fait pour gérer des équipes, soulevant ses échecs aux Wizards et aux Bobcats. Ceci n’a pas plu à Son Altesse, qui aurait ensuite appelé Chuck sur son téléphone personnel. L’ancien Big Mount of Rebound raconte la conversation à ESPN Radio :

 

« Je lui ai dit : ‘Mec je ne peux pas passer à la radio et à dire aux gens que tu fais du bon travail.’ Il a insisté sur notre amitié et j’ai dit: ‘Mec, Je t’aime, tu es l’un de mes meilleurs amis, c’est tout. Tu as été là pour moi, j’ai été là pour toi’, mais je pense qu’il est devenu fou, en s’entourant des mauvaises personnes. J’ai rajouté : ‘Une des choses vraiment difficiles en étant célèbre, c’est que dans ton groupe d’amis, tu payes toutes les factures, ils utilisent ton jet privé, et personne n’osera jamais être en désaccord avec toi’. [...] Son bilan parle de lui-même. Je veux pourtant voir Michael bien faire, mais je crois que tant que personne ne le contredira, ça n’arrivera pas. Mais mec, il doit se créer un meilleur entourage qui l’aidera vraiment à avoir du succès. Tu dois avoir des amis autour de toi qui n’ont pas peur de dire, ‘Oh ce gars-là ne peut pas jouer.’ Je pense qu’il m’a entendu et nous sommes à nouveau en bons termes maintenant. »

 

Charles Barkley soulève un problème évoqué de manière récurrente. En effet, il semble que durant les dernières années, les choix de draft des Bobcats se sont surtout faits au vu des choix personnels de Michael Jordan, souvent moins bien informé que tous ses scouts qui observaient des joueurs depuis parfois deux ou trois ans. Si on fait le bilan aujourd’hui, il est clair que ça n’a pas fonctionné.

 

Charles-Barkley-Michael-Jordan.jpg

 

Cependant, en ayant engagé Rich Cho, Michael Jordan semble vouloir prendre une meilleure direction. General manager de talent, il pourrait avoir suffisamment de poigne et de connaissances pour convaincre le patron des Bobcats de suivre ses conseils. Laissons lui quelques années, la franchise pourra difficilement faire pire qu’actuellement, et les Bobcats ne se relèveront pas non plus d’un coup de baguette magique. D’autant plus que Michael Kidd-Gilchrist, drafté au 2e choix de la dernière draft, pourrait, malgré une pré-saison très moyenne, s’avérer être un très bon lieutenant à l’avenir.

 

Retrouvez dans cette vidéo de 1991 les deux principaux intéressés, évoquer leur amitié :

 

 

 

 

Retour à l'accueil