10334254_10152060668421981_7060460599357440868_n.jpg

Comme il y a un an, les Finals NBA opposeront Miami à San Antonio. Après le Heat, vendredi, les Spurs ont en effet validé leur qualification (4-2) en l’emportant dans le match 6 face au Thunder. Une victoire décrochée en prolongation 107-112 malgré la sortie sur blessure de Tony Parker, mais avec notamment 26 points de Boris Diaw.

 

Enfin ! Après cinq premières manches ayant systématiquement tourné à la promenade de santé pour l’équipe hôte, le match 6 des finales de conférence entre Oklahoma City et San Antonio a été marqué du sceau du suspense - avec plus de changements de leader (31) que lors des cinq premiers matches réunis (23) - et offert son lot d’émotions au public de la Chesapeake Arena. Nul doute néanmoins que les fans du Thunder espéraient une autre issue, les Spurs arrachant finalement la victoire au bout de la prolongation. Et le billet pour les Finals NBA qui va avec.

 

OKC pensait d’ailleurs  peut-être avoir fait le plus dur en décrochant cette prolongation. La faute à un troisième quart-temps survolé par les Spurs (37-20) et synonyme, pour le Thunder, de 12 points de débours à l’entame de la dernière ligne droite. Mais les troupes de Gregg Popovich ont de la ressource. Il en fallait pour se remettre du 8-0 en deux minutes initié par Russell Westbrook et Kevin Durant, les deux hommes, respectivement 34 points et 31 points-14 rebonds au compteur, transformant six points de débours en deux longueurs d’avance à 30 secondes de la fin du quatrième acte.

 

Parker touché à la cheville

 

tp.jpg

Il en fallait également alors que Manu Ginobili, qui venait pourtant d’enquiller un trois points salvateur, manquait un lancer-franc capital puis le panier de la victoire à la sirène. Il en fallait, surtout, pour composer avec la sortie prématurée de Tony Parker, sur le flanc après le passage aux vestiaires en raison d’une douleur à la cheville après avoir inscrit 8 points en 19 minutes. Mais si, côté Thunder, l’apport du banc s’est limité aux cinq points, pour son dernier match en carrière, de Derek Fisher, San Antonio n’a pas pour rien l’effectif le plus riche de la Ligue.

 

Ainsi, Tim Duncan y a certes été de son 155e double-double en playoffs avec 19 points et 15 rebonds, imité par un Kawhi Leonard à 17 points et 11 rebonds, mais c’est bien Boris Diaw qui a fait en grande partie la différence. Car non content de sceller la qualification des Spurs pour les Finals NBA en arrachant, dans les ultimes secondes, deux rebonds transformés en autant de lancers enquillés sur la ligne, l’ancien Palois a également été le plus prolifique en attaque côté texan, terminant avec 26 points en 32 minutes, à 8 sur 14 aux tirs, dont 3 sur 6 à longue distance. De quoi bien mériter les félicitations de son leader Tim Duncan. "Boris a fait un boulot fantastique, il est pour beaucoup dans cette victoire", assurait ainsi l’ancien MVP à l’issue de la rencontre. Et donc dans cette deuxième apparition consécutive dans les Finals NBA, une première dans l’histoire de la franchise.

 

Et un an après avoir vu Ray Allen les priver d’un cinquième titre de champion sur un incroyable tir primé enquillé dans les ultimes secondes du match 6, les Spurs auront donc l’occasion de prendre leur revanche face au Heat. Avec cette fois l’avantage du parquet pour la meilleure équipe de la Ligue en saison régulière…

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil