1981747_10152060678446981_9179564311599810767_n.jpg

Boris Diaw a réussi son record de points (26) contre Oklahoma City. (AFP)

 

Profitant à plein des choix défensifs du Thunder, Boris Diaw a livré le match d'attaque le plus accompli de sa carrière aux Spurs, samedi à Oklahoma City (112-107 a.p.). Plus important, il est de retour en finale avec un calme et un appétit prometteurs.

 

«Boris Diaw, avec 26 points, vous terminez meilleur marqueur des Spurs ce soir, juste à temps pour les expédier en finale…

 

On a probablement l’équipe la plus complète de la ligue. On a plein de joueurs capables de sortir un gros match chaque soir. On peut marquer de partout, avec n’importe qui. Ce soir, c’était moi, mais un autre joueur aurait pu être démarqué et il aurait reçu la balle tout autant. Alors peu importe que j’ai mis des points. Ce qui compte, c’est la façon dont l’équipe a joué.

 

«Je suis heureux d'avoir contribué, c'est sûr, car je tenais à être plus agressif cette saison.»

 

Vous vouliez être plus agressif cette saison. Ce soir, Pop vous a trouvé fantastique. Cela ne vous remue pas un peu ?

 

Je suis heureux d’avoir contribué, c’est sûr, car je tenais à être plus agressif cette saison. Mais c’est surtout dû aux choix défensifs du Thunder. Ils m’ont laissé ouvert plusieurs fois et je me suis aussi souvent retrouvé avec un défenseur plus petit. J’en ai profité. Ensuite, on finit bien le match, avec un gros Tim Duncan, et c’est bien, car personne ne voulait jouer un match 7. Surtout qu’on ne savait pas si Tony aurait été remis d’ici là. On a fait de notre mieux pour conclure ce soir.

 

Comment regardez-vous ce retour en finale ?

 

tim-duncan.jpg

Je suis très content. Je ne peux pas parler pour toute l’équipe. Mais l’an dernier, c’était ma première finale. Cette fois, la joie d’y retourner n’a duré que quelques secondes. Ensuite, j’ai tout de suite commencé à penser à la finale. Tu ne gagnes pas de bague en allant en finale. On doit aller au-bout cette fois. Toute l’équipe ne pense qu’à ça. En plus, ces cinq jours de repos vont nous faire du bien, surtout à Tony.

 

«(La finale), ça va être un beau défi, une belle fête»

 

Un mot sur Miami. Il y a de la revanche dans l’air, non ?


Les retrouver nous a servi de fuel durant toute la saison. Le premier speech de Popovich en tout début de saison avait été sur l’opportunité ratée et sur le fait qu’on devait y retourner. C’est la même équipe. Le champion en titre. Ils jouent toujours à un très haut niveau. Ça va être un beau défi. Et je suis content qu’on commence à la maison. Ça va être une belle fête pour une ville qui n’attendait que ça. Avoir l’avantage du terrain est bien plaisant.»

 

 

 

Retour à l'accueil