Small DSC3226

Après la courte défaite contre le Mozambique (70-66) lors de la première journée de l'Afrobasket 2013, les fauves centrafricains se doivent de réagir de la plus belle manière ce jeudi face au Cap Vert. "Gagner" obligatoirement, c'est le seul impératif côté centrafricain face à des sérieux adversaires qui ne sont pas à ce niveau par hasard.

En effet, le Cap Vert médaillé de bronze lors du championnat d'afrique en 2007 n'est pas un adversaire inconnu des fauves, même s'il n'a jamais battu la République Centrafricaine toutes compétitions confondues. C'était déjà le cas avant hier pour le Mozambique qui a fait chuter la sélection centrafricaine pour la première fois de son histoire. Les jours passent et ne se ressemblent pas, les fauves devront abordé cette deuxième rencontre plus que capitale dans la sérénité. Un match de basket dure généralement 40 minutes et l'équipe centrafricaine devra faire preuve d'une grande prudence dans le money-time si elle ne veut pas connaitre le même sort face au Mozambique.

 

Les Cap Verdiens aiment jouer vite et sont très mobiles avec une rapidité dans l'exécution de leurs actions. La défense centrafricaine devra se méfier des arrières cap verdiens souvent de très bons shooteurs à trois-points. Il faudra également surveiller attentivement le secteur intérieur car l'équipe qui remportera la bataille au rebond, c'est sans doute elle qui fera la différence. Dans ce secteur de jeu, le Cap Vert possède de sérieux atouts avec des "big mens" de grande taille dont Aldevino Lima (2.03 m) souvent efficace dans la peinture. Son duel avec Johan Grebongo sera sans doute l'une des clés de la rencontre. Face à un pivot de formation, la tâche s'annonce difficile mais pas impossible pour le jeune espoir centrafricain qui dispute son premier championnat d'afrique. Johan Grebongo est un garçon intelligent toujours bien placé et il saura ce qu'il doit faire pour compenser sa petite taille ainsi que son petit gabarit.

 

Max Kouguere, William Kossangue, Martial Gotagny, Christian Siris et Alban Yabanda devront tous répondre présent au rebond sur le plan offensif ainsi que défensif. C'est l'une des clés pour battre cette équipe du Cap Vert.

A la mène, Michael Mokongo qui s'est vraiment réveillé qu'en fin de match contre le Mozambique devra se montrer percutant dès l'entame de la rencontre pour créer plus d'espace au trio Max Kouguere-William Kossangue-Johan Grebongo. Quand à Anthony Ghouzy qui avait fait preuve d'une grande maturité contre les mozambicains, devra confirmer ses performances en restant serein. Les meneurs centrafricains devront attaquer le cercle le plus souvent, car la défense du Cap Vert a du mal à défendre sur des pick-and-roll.

Enfin, cette rencontre se jouera indiscutablement sur la ligne des lancers francs, un exercice qui a déjà coûté cher aux centrafricains. Donc il faudra rectifier le tir aujourd'hui contre une équipe de Cap Vert très adroite aux lancers avec 80% de réussite contre 55% pour les fauves.

 

Pronostic de la rédaction: Nous allons mettre une petite pièce sur une victoire de la Centrafrique. Jusque là, la sélection centrafricaine est l'une des équipes qui pratique un beau basket avec une circulation de balle remarquable. Si les hommes de Fred Goporo restent concentrés pendant les quatre quart temps avec une bonne agressivité défensive, ils n'auront aucune difficulté à s'imposer contre des adversaires qui sont déjà battus mentalement. Le Cap Vert n'a jamais battu la Centrafrique par le passé, mais cela ne signifie pas grand chose. Le coaching staff centrafricain devra également participé pleinement à cette rencontre en étant plus actif et attentif. Selon nos expériences, les matchs qui se jouent dans le money-time sont souvent gagnés ou perdus à 97%  par les choix du coaching staff. Les 3% sont entre les mains des joueurs au moment de l'exécution de ces choix tactiques. Pour cela, les fauves devront restés discipliné tout au long du match.

 

Comme a déclaré le coach tunisien Tlatli: "Mes joueurs ne font pas ce qui leur passe par la tête, mais font ce que je leur demande de faire"

 

 

 

Retour à l'accueil