La promesse se veut ferme. Celle du sélectionneur de l’équipe nationale messieurs de basket-ball, Lazare Andigono, qui s’est engagé à ramener au Cameroun, au soir du 31 août prochain, le trophée de champion d’Afrique.

 

cmr chine

La promesse se veut ferme. Celle du sélectionneur de l’équipe nationale messieurs de basket-ball, Lazare Andigono, qui s’est engagé à ramener au Cameroun, au soir du 31 août prochain, le trophée de champion d’Afrique. Samedi, lors de la traditionnelle cérémonie d’au revoir organisée par les autorités, le coach camerounais s’est voulu confiant et déterminé. Comme les 12 joueurs retenus pour représenter le pays au championnat d’Afrique des nations de la discipline, « Afrobasket », en Côte d’Ivoire. Mais c’est bien la moindre des choses qu’on attend de guerriers qui s’en vont en guerre, non ? Les Lions du basketball sont donc à Abidjan pour participer au tournoi continental qui débute dès ce mardi. Ils entrent en scène demain en fin d’après-midi face au Congo-Brazzaville. On aura alors une idée précise du potentiel de cette équipe qui fait partie des favorites. 

 

Mais ce n’est pas la première fois que le Cameroun suscite d’énormes attentes pour cette compétition que les Lions n’ont jamais remportée en 27 éditions. 

 

L’expérience traumatisante de 2011 est d’ailleurs toujours aussi vivace dans les esprits. Face à des Angolais favoris, le Cameroun avait failli créer la sensation en quarts de finale avant de se faire rattraper dans les dernières secondes de jeu. Traumatisant, vous avez dit ? L’idée est de tirer des leçons de ces erreurs du passé, notamment au niveau du coaching et du mental des joueurs. Il est question de tenir enfin son rang et surtout, de faire mieux qu’en 2007, quand les Lions avaient terminé deuxièmes, battus en finale par …l’Angola. 

 

Les résultats lors du tournoi de préparation en Chine, il y a quelques jours, ont de quoi alimenter la flamme de l’espoir. Le Cameroun a remporté ce tournoi en gagnant quatre matchs sur six face au pays organisateur, à la Nouvelle-Zélande et au Canada. Pour l’Afrobasket 2013, le coach a voulu faire un mélange d’expérience et de jeunesse. On retrouve ainsi quelques « vieux », vice-champions de 2007 comme Yves Mekongo et Luc Richard Mbah à Mouté, et des nouveaux comme Gédéon Pitard et Jérémy Nzeuli. Le Cameroun a une carte à jouer à Abidjan. La tâche ne va pas être aisée, même si le groupe D semble à sa portée. Son principal adversaire va être le Nigeria, abonné aux finales et aux troisièmes places. Mais il ne faut pas négliger le Mali et le Congo-Brazzaville. 

 

Au demeurant, l’Angola, où le basket-ball est une institution avec des infrastructures conséquentes, reste un des potentiels vainqueurs alors que le tenant du titre, la Tunisie, va se battre jusqu’au bout pour conserver sa couronne. D’ailleurs, neuf des douze joueurs qui ont remporté l’édition 2011 à Madagascar sont présents en Côte d’Ivoire. Ce n’est donc pas un hasard rien si les spécialistes estiment que ce cru 2013 est particulièrement relevé. L’enjeu est en tout cas énorme. Car, il ne s’agit pas seulement d’être champion d’Afrique. Une place sur le podium serait, en effet, synonyme d’une qualification pour la coupe du monde 2014 en Espagne. Mais pas d’inquiétude, le coach Andigono a promis que la coupe ne pourrait pas nous échapper. Pas cette fois. Il sera donc toujours temps de le prendre au mot.

 

 

 

Retour à l'accueil