Golden State se relève de la plus belle manière en dominant les Celtics dans le match 2

Cette fois-ci, il n’y a pas eu de hold-up ou de remontée fantastique dans les dernières minutes pour les Celtics. De toute façon, vu l’écart entre les deux équipes à l’entame du quatrième quart-temps, l’emporter relevait du miracle. Les Warriors ont donc bien réagi après leur défaite en ouverture des finales NBA 2022. Ils se sont imposés devant leur public (107-88) sous l’impulsion d’un Stephen Curry une nouvelle fois très en vue et auteur de 29 points. Comme lors du Game 1, les joueurs de Steve Kerr ont fait exploser la défense adverse au retour des vestiaires après une première mi-temps laborieuse à l’issue de laquelle ils menaient tout de même de deux points (52-50). Klay Thompson a ouvert les hostilités avec un trois-points libérateur après une ribambelle de tentatives ratées par l’arrière All-Star. Curry l’a imité dans la foulée et Thompson a enchaîné avec une attaque du cercle pour donner 10 points d’avance aux siens (64-54). Mais c’est vraiment Curry qui a porté le(s) coup(s) de grâce quelques minutes plus tard en plantant deux bombes lointaines pleines de culot – sa signature depuis des années – pour porter l’écart à 14 puis 17 points. Une fois les Celtics achevés, Jordan Poole, lui aussi maladroit en première période, a fini l’affaire avec deux autres trois-points absurdes dont un du milieu du terrain au buzzer. Les Warriors ont ainsi passé un 19-2 sur les 4 dernières minutes du troisième quart-temps pour se mettre à l’abri (87-64). Encore fallait-il tenir. Mais avec un déficit aussi conséquent et la perspective d’une série longue, Ime Udoka a préféré sortir ses joueurs majeurs pour lancer les remplaçants. Un drapeau blanc agité à plus de 10 minutes de la fin de la partie. Une décision réaliste de la part du coach. Parce qu’à part Jayson Tatum, ses joueurs n’étaient pas dans un bon soir offensivement. La superstar de Boston s’est mise dans le rythme sur ce Game 2. Il est passé de 12 à 28 points en inscrivant notamment 6 tirs lointains. Sauf que ses camarades n’ont pas su l’épauler cette fois-ci. Auteur de 15 trois-points en cumulé jeudi soir, Marcus Smart, Al Horford et Derrick White ont compilé un 2 sur 7 derrière l’arc dimanche. Les Warriors se sont rassurés avec cette victoire. Mais ils devront désormais s’imposer au moins une fois dans le Massachusetts pour reprendre l’avantage du terrain. Game 3 dans la nuit de mercredi à jeudi à Boston.

Golden State se relève de la plus belle manière en dominant les Celtics dans le match 2
Golden State se relève de la plus belle manière en dominant les Celtics dans le match 2

Surpris d'entrée par les Boston Celtics jeudi soir, les Golden State Warriors se sont remis la tête à l'endroit dimanche et ont égalisé en finale (1-1) en gagnant largement le match 2 (107-88), toujours à San Francisco. Stephen Curry et les siens tenteront de récupérer l'avantage du parquet mercredi ou vendredi au Garden.

Jeudi, s'il n'avait fallu garder qu'un tir du match 1 de la finale NBA 2022, c'était ce trois points manqué de Stephen Curry dans le troisième quart-temps qui aurait pu donner 18 points d'avance à Golden State et qui a marqué, en fait, le point de bascule de la rencontre, finalement gagnée par Boston (108-120). Dimanche, pour le match 2, le shoot le plus mémorable était aussi un tir primé tenté par un Warrior dans la troisième période. Mais celui-là est rentré.

Le troisième quart-temps touchait à sa fin. Il avait été à sens unique pour les Californiens, passés de +2 à la mi-temps (52-50) à +20 (84-64) quand Jordan Poole s'est élevé pour une ultime tentative, quasiment du milieu du terrain. Ficelle, explosion de joie du Chase Center et accolade tout sourire de Poole et Curry (29 points), qui avait lui même marqué presque au même endroit que Poole deux minutes plus tôt pour passer la barre des 15 points d'avance.

Cette fois, Boston n'a pas retourné la situation. À -29 à dix minutes de la fin (93-64), le match s'est transformé en long garbage time, avec la possibilité pour « l'arrière-banc » des deux équipes de se dégourdir les jambes. L'écart avait un peu baissé au final (107-88) mais restait conséquent. Alors que les Celtics avaient bien commencé le match (5-13, 3e) et qu'ils étaient restés dans leurs standards durant la première mi-temps, ils ont sombré lors de la seconde.

38
Les Celtics ont marqué moins de points durant la seconde mi-temps du match 2 (38) que durant le seul dernier quart-temps du match 1 (41)

Jayson Tatum avait retrouvé la mire (28 points, dont les trois quarts en première mi-temps, 6/9 à trois points), mais ce fut au tour de son comparse Jaylen Brown de sombrer (4/6 aux tirs pour commencer avant de cumuler un 1/11). Héros du match 1, Al Horford (2 points) n'a pas existé dimanche, harassé par un Draymond Green passé proche de l'exclusion pour deux fautes techniques en première mi-temps tant il mettait du coeur à pourrir la vie de tous les Celtics.

11
Le nombre élevé de balles perdues par Boston en première mi-temps, signe avant-coureur de leur effondrement quand ils ont perdu leur adresse à trois points (10/19 avant la mi-temps, 5/17 après).

Malgré cet écroulement des « C's », bien malin serait celui qui saurait dire qui de Boston ou de Golden State a pris l'ascendant dans une finale qui va traverser les États-Unis d'Ouest en Est pour poser son barnum dans le Massachusetts. Les coaches Steve Kerr et Ime Udoka rivalisent d'adaptations tactiques et il y aura encore surprises et retournements. En tout cas, il le faudra pour Golden State, qui a retrouvé de la joie à défaut de l'avantage du parquet.

Retour à l'accueil