Andrew Wiggins mène les Warriors dans le Game 5 des Finales NBA contre les Celtics (3-2)

Vainqueurs des Boston Celtics lundi soir (104-94), les Golden State Warriors ne sont plus qu’à un petit succès de décrocher une nouvelle bague. Ils ont remporté un Game 5 devant leur public en s’appuyant notamment sur les 26 points et 13 rebonds d’un excellent Andrew Wiggins alors que Stephen Curry a été très maladroit (16 points, 0/9 à trois-points). Ceci dit, la série est loin d'être terminée car Boston recevra le match 6 et aura sans doute à coeur de revenir à San Francisco pour un Game 7 décisif qui fait déjà frissonner toute la NBA. 

WARRIORS – CELTICS : 104-94
Golden State mène la série 3-2

La tradition veut que l’équipe qui gagne le Game 5 d’une série de playoffs finisse par l’emporter. "Sauf si je perds le Game 5", ajoutait Charles Barkley à l’époque. Mais quoi qu’en dise le Hall Of Famer, la large majorité des équipes qui sont sorties vainqueures à ce stade d’une série ont ensuite trouvé les ressources pour aller au bout,  même si cela ne veut absolument rien dire à ce niveau de compétition. C’est ce qui rendait le match de lundi soir si particulier pour les Warriors et les Celtics, alors dos à dos après les quatre premières rencontres. C’est aussi pourquoi Golden State a mis une première main sur le trophée en prenant le dessus sur Boston.

Les Warriors ont encore une fois démontré que l’ADN du champion coule dans leurs veines en allant chercher ce succès crucial. Mais c’est pourtant un joueur encore jamais couronné qui a porté la franchise californienne. Très précieux depuis le début des finales, et même depuis le début des playoffs, Andrew Wiggins a été le grand bonhomme de la soirée. Alors que le manque de soutien autour de e Stephen Curry en attaque a été pointé du doigt après les 43 points du meneur All-Star au Game 4, les Warriors ont réussi à l’emporter malgré une prestation délicate de leur superstar. Curry, inarrêtable sur ses quatre premières sorties, a fini avec 16 points à 7 sur 22 aux tirs en ratant même ses 9 tentatives à trois-points ! Wiggins a justement pris son relais en compilant 26 points et 13 rebonds. Le Canadien a été déterminant dans ses drives vers le cercle, le tout en défendant encore une fois sur Jayson Tatum.

Le scénario de la partie peut rappeler celui du Game 1 mais en inversant son issue. Menés de 12 points à la pause (51-39), les Celtics ont renversé la vapeur dans le troisième quart-temps, moment où ils n’ont cessé de concéder des points au cours de ces finales. Mais une adresse extérieure diabolique leur a permis de prendre l’avantage pour la première fois de la soirée. Ils ont d’abord passé un 10-0 et ont continué sur leur lancée pour passer devant (55-58) sur un tir primé d’Al Horford. Boston avait manqué ses 12 premières tentatives à trois-points avant d’en mettre 8 de suite. Sonnés, les Warriors n’ont pas craqué et Jordan Poole a planté un tir lointain au buzzer pour redonner un petit point d’avance avant le dernier quart-temps (75-74).

Les joueurs de Steve Kerr sont alors revenus beaucoup plus conquérants. Ils ont commencé le money-time sur un 10-0 pour se mettre à l’abri. Wiggins mais aussi Klay Thompson (21 points) ont fait la différence en attaque. Les Celtics ont calé au pire moment, étouffés par la bonne défense adverse et pénalisés par de nombreuses pertes de balle. La rotation d’Ime Udoka commence à montrer ses limites : Boston tourne sur 8 joueurs et les remplaçants du Massachussetts n’ont cumulé que 10 petits points contre 31 pour leurs adversaires, dont 15 de Gary Payton II. Les Celtics ont donc perdu une deuxième rencontre d’affilée pour la première fois depuis le mois de mars. Ils auront une chance de renvoyer la série à San Francisco lors du Game 6, disputé devant leur public. Les Warriors, eux, disposent de deux occasions pour retoucher au Graal, quatre ans après leur dernier titre.

Retour à l'accueil