Après avoir perdu les deux premiers matches de leur série face au Miami Heat, les Philadelphia Sixers se sont relancés, vendredi, lors du match 3 des demi-finales de conférence. Ils ont nettement battu la franchise de Floride (99-79).

Après avoir perdu les deux premiers matches de leur série face au Miami Heat, les Philadelphia Sixers se sont relancés, vendredi, lors du match 3 des demi-finales de conférence. Ils ont nettement battu la franchise de Floride (99-79).

Les Philadelphia Sixers étaient à la peine face au Miami Heat, la meilleure équipe de la conférence Est, en demi-finales de conférence. Mais après deux revers, les 76ers se sont nettement imposés (99-79) lors du match 3. Joel Embiid, le pivot camerounais de Philadelphie, qui avait manqué les deux dernières rencontres de son équipe, a marqué 18 points et capté 11 rebonds. 

Avec Joel Embiid, ce n’est plus la même histoire. Revenu à la hâte de sa fracture du plancher orbital, et à la surprise quasi générale puisqu’il devait encore manquer le Game 3, le pivot All-Star a contribué à la première victoire des Sixers contre le Heat (99-79) en postant 18 points et 11 rebonds. Même s’il n’a pas évolué à son meilleur niveau, sa simple présence a redonné de l’espoir, de la motivation et de l’énergie à ses coéquipiers, bien plus inspirés que lors des deux rencontres précédentes.

Après avoir raté 9 de ses 10 tentatives derrière la ligne à trois-points dans le Game 2, Danny Green en a converti 7 sur 9 pour terminer meilleur marqueur de son équipe avec 21 points. Même total pour son coéquipier Tyrese Maxey. Philadelphie a notamment creusé le trou dans le dernier quart-temps, remporté 31 à 14. Même s’il a manqué d’adresse en attaque (5 sur 12), Embiid – qui a joué avec un masque de protection – a eu un impact non négligeable en défense.

Miami est resté sous les 20 points sur trois quart-temps différents. "Même quand il n’est pas lui-même, il nous aide beaucoup", remarque Green. Exemple avec Bam Adebayo, qui s’est baladé en réussissant 16 de ses 21 tirs depuis le début de la série, a été limité à 2 petits paniers en 9 tentatives. Il a fini avec 9 points, 3 rebonds et un différentiel de -22 sur l’ensemble de la partie. "J’étais très en colère de voir un intérieur dominer mon équipe", confiait la superstar des Sixers à propos de la performance du pivot américain sur les deux premiers matches. Son retour peut changement la physionomie de la série et même les joueurs du Heat le savent. "Si vous ajoutez Jo à une équipe, ce n’est plus du tout la même chose. Et ça a toujours été comme ça", conçoit Jimmy Butler. La franchise de Pennsylvanie est toujours menée 1-2 mais elle aura l’occasion d’égaliser lors du Game 4 devant son public dimanche soir.

Retour Ă  l'accueil