L'écart de niveau était trop important jeudi soir entre les Philadelphia Sixers de Joel Embiid et le Miami Heat de Jimmy Butler. La franchise floridienne a remporté le match 6 du deuxième tour des play-offs (99-90), et a ainsi plié la série (4-2).

L'écart de niveau était trop important jeudi soir entre les Philadelphia Sixers de Joel Embiid et le Miami Heat de Jimmy Butler. La franchise floridienne a remporté le match 6 du deuxième tour des play-offs (99-90), et a ainsi plié la série (4-2).

Pour la deuxième fois en trois saisons, le Heat est qualifié pour les finales de Conférence à l’Est. C'est la première franchise à intégrer le dernier carré des playoffs NBA 2022. Les Floridiens ont validé leur ticket en l’emportant sur le parquet des Sixers ce jeudi soir (90-99), là où ils s’étaient inclinés à deux reprises plus tôt dans la série. Mais ils n’ont pas laissé filer cette opportunité de conclure. Excellent depuis le début des playoffs, Jimmy Butler a encore une fois porté son équipe en compilant 32 points, 8 rebonds et 4 passes avant de faire un "au-revoir" de la main en direction du public de Philadelphie. "Je ne sais toujours pas comment on a fait pour le laisser partir", confie Joel Embiid à propos de Butler, en faisant donc référence à son passage express en Pennsylvanie entre 2018 et 2019. "J’aurais aimé qu’il soit encore à mes côtés." Le Camerounais se retrouve finalement avec James Harden. L’ancien MVP n’a pris que 9 tirs sur ce match décisif. Pour 11 points et 9 passes décisives en plus de ses 4 balles perdues. Il a terminé la partie avec un différentiel de -16. Sans inscrire un seul point en deuxième mi-temps. Embiid a tout tenté malgré la douleur. Blessé au doigt et au visage, le pivot All-Star a marqué 20 points à 7 sur 24 aux tirs en 44 minutes. Son retour au Game 3 a donné de l’espoir aux Sixers, vainqueurs de deux matches consécutifs. Mais ça n’a pas duré longtemps. Ils ont donc perdu les deux suivants et sont désormais éliminés des playoffs. D’ailleurs, Embiid n’a toujours pas passé le second tour depuis le début de sa carrière.

Le Miami Heat envoie Joel Embiid et les Philadelphie Sixers en vacances

Dos au mur, les Philadelphia Sixers n'ont pas réussi à surmonter la marche qui leur aurait permis d'arracher un match 7 au Miami Heat. À domicile, au Well Fargo Center, qui a non seulement mis du temps à se remplir - sans jamais atteindre la jauge maximale - mais qui de surcroît n'a pas soutenu inconditionnellement les siens, Joel Embiid et les siens ont affiché trop de lacunes pour prolonger la série du deuxième tour.

2
Sur les cinq dernières saisons, les Philadelphia Sixers n'ont jamais fait mieux qu'un deuxième tour de play-offs. La dernière finale de Conférence disputée par la franchise remonte à la saison 2000-2001 et une finale perdue contre les Los Angeles Lakers.

À commencer par l'adresse (41,4 %), qui n'a jamais été au rendez-vous pour les locaux. Embiid, qui a beaucoup tenté, a aussi beaucoup forcé en refusant le jeu intérieur. Si le pivot camerounais a achevé la partie en meilleur marqueur de Philly et avec un double-double (20 points, 12 rebonds), il a aussi affiché une faible réussite (7 sur 24). Quant à James Harden, incapable de reproduire sa prestation du match 4 (31 points, 9 rebonds, 7 passes), il n'a jamais été en phase avec les siens, à l'exception de deux éclairs longue distance à trois points en fin de deuxième quart-temps (11 points, 9 passes au final, pas le moindre lancer franc tenté). La perte de Danny Green, touché au genou suite à une chute d'Embiid, n'a rien arrangé.

En face, les Floridiens déroulaient un jeu bien plus collectif, en alternant jeu intérieur et extérieur. Particulièrement à son aise en fin de série, l'arrière Max Strus menait même les débats au scoring à la pause (16 points), alors que la rencontre était encore serrée (48-49, 24e).

Panne à la reprise
C'est au retour des vestiaires que les affaires se sont compliquées pour les Sixers, en panne complète d'inspiration. Les cinq balles perdues sur la seule période permettaient aux visiteurs de creuser un premier écart conséquent, réduit par le seul Shake Milton, auteur de 7 points consécutifs pour les siens. En plein milieu de quart, exaspérés, les fans de Philadelphie glissaient quelques huées bien audibles, celles-là mêmes qu'ils avaient adressées à l'entraîneur Doc Rivers lors de sa présentation d'avant-match. James Harden, lui, ne prenait que deux tirs, et éludait toutes les interrogations à ce sujet après la rencontre, se contentant de constater : « les ballons ne sont pas venus jusqu'à moi. »

De son côté, l'ailier Jimmy Butler, en retrait sur les deux premières périodes (9 points) se fendait de 14 unités dans le seul troisième quart. Dans un quatrième quart-temps sans saveur, tandis que le public quittait la salle à six minutes du terme, Strus soignait sa copie (20 points, 11 rebonds, 5 passes au final), tout comme Butler (32 points, 8 rebonds, 4 passes) et les deux compères entérinaient le succès des leurs (99-90) malgré une tardive réaction portée par Tyrese Maxey (18 points). Un crève-coeur pour Embiid, terrassé par son « ami » Butler, pensionnaire de Philadelphie en 2018-2019 et non conservé au profit de Ben Simmons. « Je ne comprends pas comment on a pu le laisser partir », lâchait même Embiid.

Miami devenait ainsi la première équipe qualifiée pour les finales de Conférence, deux ans après s'être incliné en finale contre les Los Angeles Lakers, dans la bulle d'Orlando. Les hommes d'Erik Spoelstra affronteront le vainqueur du duel très accroché entre les Boston Celtics et les Milwaukee Bucks, dont le match 6 (Milwaukee mène 3-2) sera disputé dans la nuit de vendredi à samedi.

Embiid bientôt opéré, Harden veut rester
En conférences d'après-match, qui faisaient office de bilan, Joel Embiid et James Harden ont révélé leur agenda des prochaines semaines. Pour le pivot camerounais, victime d'une déchirure à un ligament du pouce droit, ce sera un passage par la case opération, tandis que sa fracture de l'orbite droite ne nécessiterait pas de geste chirurgical. Quant à Harden, il a martelé son souhait de lever son option contractuelle qui lui permettrait de rester une saison de plus, et quelque 47 millions de dollars à la clé.

Retour Ă  l'accueil