Les Chicago Bulls n'y arrivent plus

Mais que se passe-t-il à Chicago ? Depuis le All-Star Game, les Bulls présentent un piètre bilan de trois victoires pour neuf défaites dont la dernière en date face aux Pélicans (109-126) cette nuit. Toujours privé de sa star DeMar Derozan, Chicago a pourtant longtemps été dans le match avant de complètement s’écrouler en fin de rencontre. Et ce, malgré le gros match réalisé par Zach Lavine (39 pts à 12/23 au shoot). Mais les Pelicans ont pu compter sur un Devonte’ Graham bouillant (30 pts à 8/12 dont 5/7 de loin) ainsi sur son expérimenté duo CJ McCollum (25 pts)-Jonas Valanciunas (16 pts, 19 reb) pour terrasser l’ancien leader de la Conférence Est, désormais 5e. De son côté, malgré les absences d’Ingram et Williamson, New Orléans reprend à l’Ouest la 9e place aux Lakers et peut toujours croire aux playoffs.

Privé de DeMar DeRozan, contraint de déclarer forfait à cause de douleur à l’aine, les Bulls disposent certes d’Alex Caruso pour compenser dans le cinq majeur, mais Chicago a fini par craquer en fin de match face à des Pelicans déchaînés. C’était en fait un choc entre deux équipes aux dynamiques opposées à La Nouvelle-Orléans, entre des Bulls qui encaissent donc une cinquième défaite en six matchs tandis que les Pelicans engrangent une quatrième victoire en six rencontres (126-109).

Outre les tauliers que sont Jonas Valanciunas (16 points, 19 rebonds) et CJ McCollum (25 points, 6 passes), ce sont Devonte’ Graham (30 points – record de saison) et Jose Alvarado (15 points, 7 passes) qui ont fait la différence alors que Zach LaVine (39 points) a manqué de soutien, si ce n’est celui de Coby White (23 points) en sortie de banc et de Nikola Vucevic (16 points, 9 rebonds) parmi les titulaires…

Cette victoire confirme donc le « momentum » des Pelicans qui en auront bien besoin alors qu’un weekend capital se présente avec la réception des Spurs, avec lesquels New Orleans est au coude à coude pour le prochain « play-in », avant un autre match à domicile face aux Lakers, encore en course pour le tournoi qualificatif.


CE QU’IL FAUT RETENIR
— Le show Alvarado. Avec 17 changements de leader et 12 égalités, ce match entre Bulls et Pelicans aura été serré de bout en bout. Sous la houlette de Zach LaVine, déjà à 16 points en premier quart, les Bulls ont pris le meilleur départ. Mais NOLA a répliqué du tac au tac en deuxième quart, avec Graham qui en était alors à 18 points. Mais c’est bien dans le final, grâce à un 13-2 impulsé par Jose Alvarado que les Pels ont fait l’écart. Auteur de 13 de ses 15 points en dernier quart, le meneur d’origine new-yorkaise a encore fait valoir sa défense pot de colle et son envie à toute épreuve pour faire décanter ce match indécis.

— Les Bulls dans le pétrin. « C’est frustrant évidemment. On essaye de trouver les solutions pour retrouver notre rythme », explique Zach LaVine. « Personne ne va nous aider. On a suffisamment parlé, on a fait assez de réunions et de discussions pour remonter le moral des gars, maintenant, on doit simplement gagner des matchs ! » Dans le creux de la vague depuis le All-Star Break, avec seulement 4 victoires pour 10 défaites, les Bulls dégringolent au classement de l’Est, eux qui étaient à la première place il n’y a pas si longtemps…

Les débuts de Larry Nance Jr. Échange en même temps que CJ McCollum en provenance de Rip City, Larry Nance Jr. fréquentait jusqu’à présent l’infirmerie des Pélicans. Hier soir, il a enfin pu refouler les planches pour un match forcément rouillé à 9 points, 4 rebonds et 1 contre. Dans l’effort actuel de NOLA pour rallier le « play-in », et in fine les playoffs, ce retour à l’action de l’intérieur est forcément une bonne nouvelle.

TOPS/FLOPS
‚úÖ Devonte’ Graham. À 9 points et 4 passes de moyenne sur le mois de mars, il est dans le creux de la vague. Mais, hier soir, avec une nouvelle coupe de cheveux, le meneur/arrière des Pélicans a semble-t-il retrouvé la lumière. Enfin en réussite avec son tir, Devonte’ Graham a tout simplement réussi son meilleur match de la saison à 30 points. Avec tous les feux au vert : 8/12 aux tirs dont 5/7 de loin et 9/9 aux lancers.

‚úÖ CJ McCollum. Déjà très productif aux côtés de Damian Lillard toutes ces années à Portland, CJ McCollum a profité de son arrivée en Louisiane pour prendre encore plus de responsabilités. Avec 25 points, près de 8 passes et 4 rebonds de moyenne depuis son transfert, il rayonne. Et hier soir en était une nouvelle démonstration avec une performance à 25 points et 6 passes, tout à fait dans ses nouveaux standards.

‚úÖ Jose Alvarado. Lui, c’est le dynamiteur de NOLA ! Meneur de poche ultra vif qui joue sa vie à chaque match, Jose Alvarado a procuré le déclic en dernier quart pour son équipe. Avec son énergie défensive, quand il se cache dans le coin du terrain auprès de son banc pour aller surprendre la remontée du terrain d’Alex Caruso, sifflé pour un marcher, il a semé la panique chez les Bulls. Il finit à 15 points, 7 passes et 3 interceptions à 5/10 aux tirs, c’est propre !

‚õĒ Ayo Dosunmu. À l’image de son équipe, Ayo Dosunmu vit des moments difficiles en cette fin mars. À 2/8 aux tirs dont 0/3 à 3-points, le jeune « combo guard » des Bulls a de nouveau vécu un match compliqué, après la fessée reçue à Milwaukee. Avec 4 points, 5 passes et 4 rebonds, il a joué petit.

LA SUITE
Chicago (42-31) : suite du road trip, avec une troisième étape (sur cinq) à Cleveland dans la nuit de samedi

La Nouvelle-Orléans (31-42) : gros match à domicile avec la réception des Spurs dans la nuit de vendredi (avant un autre match important contre les Lakers ce weekend).

Retour à l'accueil