Retour gagnant de LeBron James avec les Lakers contre les Knicks après prolongation

Quelle soirée à la Crypto.com Arena ! Sur courant très alternatif cette saison, les Los Angeles Lakers et les New York Knicks avaient rendez-vous pour un match couperet. Et le duel des grands marchés malades a finalement tourné à l'avantage des Californiens au terme d'une partie à rebondissements. Pourtant, les Angelinos ont longtemps souffert face à la bande de Tom Thibodeau et ont même compté jusqu'à 21 points de retard en première mi-temps. Avant de réaliser une seconde mi-temps de bien meilleure facture. Mais les Lakers ont pris l'habitude de se faire peur cette saison et ça n'a pas loupé. Malgré une avance de neuf points à quelques secondes de la fin, ils ont vu les Knicks revenir à hauteur et arracher la prolongation à sept secondes du terme grâce à RJ Barrett, très solide encore ce samedi soir. Avec 36 points (record en carrière) dont 21 dans le premier quart, 8 rebonds et 5 passes, l'arrière canadien de 21 ans a longtemps maintenu le navire new-yorkais à flot. La prolongation a néanmoins très vite tourné à l'avantage des Lakers qui ont profité de la maladresse des Knicks pour s'imposer (122-115). L.A. a notamment pu s'appuyer sur un trio de gala pour venir à bout des New-yorkais. Incertain au début de la rencontre, LeBron James a signé une nouvelle partition de gala et termine la rencontre en triple-double (29 points, 12 rebonds et 10 passes), bien accompagné par un très solide Anthony Davis (28 points et 17 rebonds) et les 29 points de… Malik Monk en sortie de banc. Encore très décevant avec 5 petits points, Russell Westbrook n'a pas disputé la prolongation.

Retour gagnant de LeBron James avec les Lakers contre les Knicks après prolongation

Quel scénario rocambolesque à la Crypto.com Arena, cette nuit !
Pour le retour de LeBron James (29 points, 13 rebonds, 10 passes), les Lakers et les Knicks se sont effectivement livrés un duel plein de rebondissements, à tel point qu’il s’est décidé après prolongation. Et ce sont finalement les « Purple & Gold » qui ont pris le dessus sur New York, au bout du suspense (122-115).

En plus de LeBron James, en triple-double donc, et de son compère Anthony Davis (28 points, 17 rebonds, 3 passes, 3 interceptions, 4 contres), ce n’est pas Russell Westbrook mais Malik Monk (29 points) qui a été le troisième larron du « Big Three » californien.

Il fallait d’ailleurs bien ça pour résister aux assauts du tandem RJ Barrett (36 points, 8 rebonds, 5 passes) – Julius Randle (32 points, 16 rebonds, 7 passes), trop court en prolongation pour espérer renverser Los Angeles, qui signe là son plus beau retournement de situation de la saison.

CE QU’IL FAUT RETENIR
— Le retour de LeBron James. Après avoir raté les cinq derniers matchs des Lakers, le « King » retrouvait enfin la compétition cette nuit. Auteur d’un gros triple-double, c’est presque comme s’il n’avait pas été blessé récemment, puisqu’il a impressionné et brillé comme avant sa blessure. Solide, et surtout bien épaulé par le duo Anthony Davis – Malik Monk, le quadruple MVP a été l’un des grands artisans du comeback de Los Angeles. Grâce, notamment, à cette première mi-temps où il a tenu à bout de bras son équipe avec « AD », alors qu’elle sombrait devant la maîtrise collective des Knicks. Un match de patron, comme très souvent.

Le déclic de Malik Monk. Complètement hors du coup avant la pause, au point de compter jusqu’à 21 points de retard, les Lakers ont en quelque sorte été sauvés par le réveil, ou plutôt le coup de chaud, de leur arrière de tout juste 24 ans. Avant ça, LeBron James et Anthony Davis étaient clairement trop esseulés chez les « Purple & Gold », et l’ancien joueur des Hornets a donc sorti le grand jeu, à 3-pts ou dans la peinture, pour relancer Los Angeles. Confiant, et auteur de 18 points dans le troisième quart-temps, soit 5 de plus que tous les Knicks (!), il a ensuite continué de scorer en profitant de ce que lui offrait la défense adverse.

Les deux visages de New York. Collectivement irrésistibles en première mi-temps, artillant dans tous les sens avec une facilité déconcertante, si ce n’est insolente, les Knicks ont ensuite totalement déjoué après la pause. Incapables de réussir un tir, encore moins à 3-pts, les hommes de Tom Thibodeau se sont effondrés au fil des minutes, alors que la défense des Lakers a, elle, haussé le ton. Plus le temps passait, plus le rapport de force s’inversait. Et même si RJ Barrett, héroïque, a bien tenté d’offrir un sursis aux siens, en arrachant la prolongation, il a terminé sur les rotules. Ne pouvant empêcher la défaite de son équipe, donc…

TOPS/FLOPS
âś… Anthony Davis. Frustrant cette saison, « AD » retrouve ses sensations et son omniprésence dans les raquettes de la ligue. Et, ce, de chaque côté du parquet. Encore auteur d’un très gros double-double, l’intérieur des Lakers a incontestablement été le plus régulier de son équipe, puisqu’il s’est fait remarquer du début à la fin. Même quand les « Purple & Gold » prenaient l’eau, le « Brow » surnageait sous les panneaux pour ramener les siens, en compagnie de LeBron James. Complet au possible, il a montré l’exemple et surtout prouvé qu’il était en train de revenir à son meilleur niveau (s’il ne l’est pas déjà).

âś… RJ Barrett et Julius Randle. En dehors d’Evan Fournier et Alec Burks par séquences, aucun autre joueur des Knicks ne s’est autant fait remarquer que la paire Barrett – Randle. Même si celle-ci s’est, comme l’ensemble de son équipe, éteinte après la pause. Il n’empêche que l’arrière et l’ailier-fort de New York ont porté à bout de bras la franchise new-yorkaise cette nuit, dans tous les domaines. Au scoring bien sûr, tant dans la peinture que derrière l’arc, mais également au rebond et à la création. Et on retiendra surtout la première mi-temps d’un Randle retrouvé, ainsi que la fin de quatrième quart-temps de Barrett, héroïque.

â›” Russell Westbrook. Trevor Ariza voire Talen Horton-Tucker auraient aussi pu être cités, jusqu’à ce qu’ils ne se rattrapent en prolongation. Il nous était donc impossible de passer à côté de la nouvelle prestation affreuse du meneur des Lakers, qui fait vraiment peine à regarder. Auteur de seulement 5 points, à un horrible 1/10 aux tirs, et avec 4 pertes de balle, le « Brodie » semble dans une impasse à Los Angeles. À ce jour, l’équipe joue globalement mieux sans lui, comme le prouve par exemple la prolongation, et Frank Vogel s’est donc de nouveau passé de lui pour les moments décisifs.

â›” Kemba Walker. Après Russell Westbrook, c’est un autre meneur encore All-Star il y a deux ans qui s’est troué aujourd’hui. Certes auteur d’une première mi-temps correcte, car sans doute bien aidé par la passivité de la « défense » des Lakers, le joueur des Knicks a finalement disparu au fil de la partie. Restant cloué sur le banc dès le quatrième quart-temps ! Méconnaissable, en perte de confiance et de repères sur le parquet, comme lorsqu’il a refusé un « layup » ouvert en contre-attaque, l’ancien des Hornets a été dans la lignée de ses deux derniers matchs, terminés à… zéro point.

LA SUITE
Los Angeles (26-28) : réception de Milwaukee, dans la nuit de mardi à mercredi (04h00).

New York (24-29) : déplacement à Utah, dans la nuit de lundi à mardi (03h00).

Retour Ă  l'accueil