Ouganda : insister sur la préparation

BENGUELA (Angola) - Depuis leurs débuts au FIBA AfroBasket en 2015, les "Silverbacks" d'Ouganda se sont affirmés au sein des meilleures nations continentales et ils n'ont pas l'intention de relâcher leurs efforts. 

Parmi les raisons qui expliquent cette progression, il faut citer le relancement des programmes jeunesse, le retour au pays d'Ougandais vivant à l'étranger et, élément le plus important, la persévérance de sa sélection nationale pour jouer au plus haut niveau africain.

« SI VOUS REGARDEZ NOTRE TALENT LORSQUE TOUS LES MEILLEURS SONT PRÉSENTS, NOTRE POTENTIEL EST ÉNORME. »
- Eric Rwahwire

Les Silverbacks sont passés d'un bilan de 1-4 au FIBA AfroBasket 2015 en Tunisie à une 6e place lors de l'édition 2021. 

Entre ces deux événements, les Africains de l'Est ont enregistré un bilan de 1-5 dans les Éliminatoires Zone Afrique de la Coupe du Monde FIBA 2019, mais c'est surtout au cours des 12 derniers mois que les Silverbacks ont prouvé leur résilience, décrochant une troisième participation consécutive à la compétition continentale au terme d'une campagne qualificative très disputée qui les a vus battre le Maroc sur ses terres. 

Des hommes comme Ismail Wainwright, Brandon Davies et le coach George Galanopoulos ont joué un rôle fondamental dans la transformation de la sélection ougandaise, tout comme la nouvelle génération de joueurs emmenée par Arthur Kaluma, Adam Seiko, Deng Geu et Eric Rwahwire.

« Ce sont des gars comme Jimmy [Enabu], Toni [Drileba], les plus anciens, qui ont bâti les fondations sur lesquelles les coachs ont pu travailler », dit Rwahwire quand on lui demande de partager son expérience avec le maillot des Silverbacks.

« Coach George, coach Mike Schmitz... Ces hommes font un formidable travail pour réunir les joueurs et construire quelque chose. C'est grâce à eux que nous en sommes arrivés là aujourd'hui. Tout a commencé avec eux. Ils ont tout vécu depuis le début. Cela fait plaisir de voir que leur engagement a fini par payer. Quand on sait par où ils sont passés, le genre d'histoire qu'ils ont vécues à leurs débuts, c'est d'autant plus satisfaisant. C'est incroyable et je suis juste très reconnaissant d'être là. Et je pense que nous allons poursuivre notre progression », explique Rwahwire.

Ouganda : insister sur la préparation

Pour Rwahwire, qui a grandi au Canada, représenter l'Ouganga a été spécial : « J'ai énormément appris sur le basket africain en très peu de temps. Son athléticité. La folie autour des matchs, son inconstance parfois. J'adore ce genre de basket. De ma vie, je n'avais jamais joué un basket aussi significatif. Je suis à chaque fois très impatient d'avoir l'occasion de défendre l'honneur de l'Ouganda. L'aventure est fantastique. »

Rwahwire poursuit : « Nous ne connaissons pas nos limites, car nous n'avons jamais vraiment pu nous préparer au mieux avant ces tournois. Mais si vous regardez notre talent lorsque tous les meilleurs sont présents, notre potentiel est énorme. Vous avez vu le genre de dommages que nous pouvons causer quand nous avons bénéficié d'un peu de préparation, comme lors du dernier FIBA AfroBasket. »

Les 9.3 points par match de Rwahwire ont été décisifs pour aider l'Ouganda à décrocher une victoire durant le premier tour des Éliminatoires Zone Afrique de la Coupe du Monde FIBA 2023 en novembre 2021 à Benguela (Angola). 

Cependant, Rwahwire estime que son équipe peut faire bien mieux qu'à Benguela. 

« Aborder la prochaine fenêtre qualificative avec un bilan de 1-2 n'est pas idéal, mais je pense que nous avons appris de ces matchs », note le joueur de 1.96 m.

« Plus nous aurons de joueurs à disposition et plus nous aurons de temps à disposition, plus nous serons performants. Ensuite, à nous d'imposer notre style de jeu. »

« Mieux nous serons préparés, plus nous aurons des chances de pratiquer notre propre jeu du début à la fin d'un match, pendant 40 minutes. C'est le plus important. La préparation est primordiale. C'est capital pour nous, tellement capital. C'est la vraie leçon à retenir de tout ça. Notre situation n'était simplement pas idéale », souligne Rwahwire.

Ouganda : insister sur la préparation

L'assistant coach de l'Ouganda Many Juruny, qui a dirigé l'équipe à Benguela, abonde dans le même sens : « Comme équipe, comme pays, nous allons nous réunir et réfléchir pour trouver des moyens de revenir meilleurs. Je sais qu'avec une bonne préparation, notre style de jeu et les joueurs dont nous disposons, nous allons nous améliorer. Nous serons performants. »

« Pour nous, participer à des Éliminatoires de la Coupe du Monde FIBA est incroyable. Nous voulons représenter notre pays du mieux possible. Je trouve qu'au vu des circonstances, ce groupe de gars a fait du fantastique travail. Nous avons disputé trois matchs, gagné un. Nous voulons continuer à progresser, à nous améliorer », conclut Juruny, ancien distributeur des Silverbacks, qui a coaché son pays au FIBA AfroBasket 2015.

Retour à l'accueil