Les Léopards débutent par une victoire contre le Kenya

DAKAR (Sénégal) - Cela fait des années que la République démocratique du Congo attend avec impatience de rivaliser avec les meilleures nations du monde et de démontrer qu’elle mérite sa place au sein de l’élite mondiale.

L’un des moyens les plus simples de le faire est de décrocher sa qualification pour la Coupe du Monde FIBA 2023.

Ne cachant pas leur ambition, les Congolais ont d’emblée marqué leur territoire en s’imposant 66-56 contre le Kenya lors de leur premier match du Groupe D des Éliminatoires Zone Afrique.

Ils ont paru très à l’aise, faisant tout juste, convertissant 45.5 % de leurs tirs et avec un 12-sur-22 aux lancers francs.

Les Léopards débutent par une victoire contre le Kenya

Le capitaine de la sélection congolaise Malela Mutuale Balume pense que son équipe n’a fait que confirmer son volonté d’appartenir aux meilleures nations du monde.

« Je suis très fier de ce que mes coéquipiers ont montré face au Kenya, car nous avons affronté une excellente formation et nous avons su être solides en défense », déclare le joueur de 30 ans en conférence d’après-match.

« Nous étions physiquement supérieurs. Nous avons essayé de les pousser vers leurs limites et à un moment donné de la partie, cela a parfaitement fonctionné. Il nous reste toutefois de nombreuses choses à corriger », note Mutuala. Puis il ajoute : « Nous voulons vraiment prendre part à la Coupe du Monde FIBA et je crois que cela se voit dans notre manière de jouer et dans l’attitude des joueurs. »

« Nous avons une équipe très ambitieuse et tout le monde au sein de notre groupe comprend ce que cela signifie pour notre pays d’évoluer à ce niveau et, avec un peu de chance, de se qualifier pour le tournoi mondial de l’année prochaine. »

« Ce serait fantastique pour notre pays, mais nous devons immédiatement éviter les erreurs que nous commettons encore actuellement », dit le natif de Rhone.

Engagé en ProA française avec le club d’Orléans, le distributeur vient de disputer son tout premier match avec la sélection nationale congolaise. Au moment d’analyser les stats de la partie, il reconnaît que son équipe est encore en chantier.

Les Léopards débutent par une victoire contre le Kenya

Les Congolais ont par exemple perdu 25 ballons, permettant au Kenya de marquer 17 points grâce à cela.

Sans les intérieurs Tom Bush Wamukota et Fidel Okoth, le Kenya est apparu très vulnérable dans la raquette, comme en témoigne le large avantage aux rebonds des Congolais (54-29). Les remplaçants ont aussi su remplir leur rôle en scorant 25 points.

La différence entre l’envie et la réalité est souvent énorme, et la présence dans son groupe d’un adversaire comme le Sénégal vous le rappelle très vite.

Les hôtes de cette fenêtre qualificative ont déjà participé à cinq reprises au tournoi mondial et ils entendent bien décrocher une sixième qualification, une troisième de suite.

Le coach de la République démocratique du Congo Thomas Drouot se montre quant à lui prudent et il admet volontiers que les Sénégalais évoluent à un niveau plus élevé que ses joueurs.

Thomas Drouot

Thomas Drouot

« Le Sénégal dispose d’une excellente équipe, mais cela reste un match de basket. Nous donnerons notre maximum, car tout est possible dans ce sport. Notre objectif est de nous sortir de ce groupe, même si nous savons que cela sera difficile. Les Sénégalais sont plus expérimentés que nous et l’équipe dispose de joueurs incroyables. »

Le coach français veut s’enlever de la pression et la mettre plutôt sur les épaules des hôtes pour la confrontation de samedi.
« Le Sénégal sera clairement favori, mais nous sommes venus ici avec deux ambitions : la première, c’est d’apprendre, et la seconde, de progresser chaque jour », indique Drouot en conférence d’après-match.

« Est-il impossible de battre le Sénégal et l’Égypte ? Non, ça ne l’est pas. Nous ferons de notre mieux et si nous parvenons à nous imposer, nous serons très heureux. En cas de défaite, nous en retirerons des enseignements et nous les utiliserons pour nous améliorer », conclut-il.

Retour à l'accueil