DEMAR DEROZAN ÉPOUSTOUFLANT POUR LES CHICAGO BULLS, LES BROOKLYN NETS METTENT FIN À 11 DÉFAITES DE SUITE

Auteur de 40 points, DeMar DeRozan a enchaîné un septième match de suite avec plus de 35 points au compteur et les Chicago Bulls en ont profité pour battre les San Antonio Spurs (120-109). Sans superstar mais avec un collectif retrouvé, les Brooklyn Nets ont stoppé leur série de défaites en prenant le dessus sur les Sacramento Kings (109-85).

LA PERFORMANCE : DEMAR DEROZAN ENCORE DÉCISIF ET PROLIFIQUE POUR CHICAGO
DeMar DeRozan continue de marcher sur les traces de Michael Jordan. En inscrivant 40 points lundi, il a enchaîné un septième match de suite avec plus de 35 points au compteur. Une série inégalée dans l’histoire des Bulls, si ce n’est par le célèbre numéro 23 lors de la saison 96-97. Tous les paniers de DeRozan ont été nécessaires pour permettre à Chicago d’aller chercher un quatrième succès de suite, cette fois-ci contre San Antonio (109-120). Les troupes de l’Illinois ont renversé la partie dans le quatrième quart-temps, avec justement 19 points de leur superstar dans les 12 dernières minutes pour effacer un déficit de six points et se diriger vers la victoire. DeRozan, qui a aussi offert 7 passes décisives, est le meilleur marqueur de la ligue dans les quatrièmes quart-temps cette saison. Il fait de plus en plus figure de candidat sérieux au MVP, surtout avec la deuxième place des Bulls à l’Est.

LE JOUEUR : SETH CURRY SORT LES NETS DE L’IMPASSE
Enfin ! Après 11 défaites de suite, les Nets ont enfin retrouvé le chemin de la victoire en venant à bout des Kings (109-85) lundi soir. Sans Kyrie Irving – le match a eu lieu à Brooklyn – Steve Nash a pu s’appuyer sur toutes ses nouvelles recrues, à l’exception de Ben Simmons. Seth Curry et Andre Drummond ont tous les deux eu un impact immédiat sur le jeu, et donc le résultat, pour leur début avec la franchise new-yorkaise. Le premier a terminé meilleur marqueur de son équipe avec 23 points, tout en ajoutant 7 rebonds et 5 passes. Le second a compilé 11 points, 9 rebonds, 4 passes, 2 interceptions et 1 contre.

Les Nets ont montré un visage complètement différent de celui affiché sur le terrain ces dernières semaines. Ils ont retrouvé un sens du collectif – 25 passes décisives pour 43 paniers – où chacun apporte sa pierre à l’édifice. En conséquence, 5 joueurs ont atteint la barre des 10 points. Dont 19 pour Bruce Brown et LaMarcus Aldridge. Cette profondeur retrouvée devrait être un atout important pour Brooklyn une fois que Kevin Durant, Simmons et donc Irving évolueront ensemble. C’est prometteur.

LE MATCH : LES CLIPPERS CALMENT STEPHEN CURRY
Tout le monde ne peut pas se targuer d’avoir battu les Warriors malgré un très bon Stephen Curry. Le meneur superstar de Golden State a commencé la partie en trombe, avec de nombreux paniers lointains, avant d’être ralenti par la défense de Los Angeles. Les Clippers ont su laisser passer l’orage avant de resserrer l’étau autour de leurs adversaires pour l’emporter (119-104). Ils ont notamment fait la différence dans le troisième quart-temps, habituel temps fort des Warriors.

Curry a fini avec 33 points à 11 sur 18 aux tirs mais il a eu peu d’impact en deuxième période. Klay Thompson a manqué de réussite (3 sur 14). Les Clippers ont surfé sur les 25 points, 7 rebonds et 6 passes de Terrance Mann. Mais cette victoire reste d’abord une belle performance collective avec 6 joueurs à 11 points ou plus, dont 14 pour Nicolas Batum.

LES ROOKIES : JOSH GIDDEY ET TRE MANN INTENABLES AU MADISON SQUARE GARDEN
Draftés en 2021, Josh Giddey et Tre Mann ont attendu leur premier match à New York avec impatience. Et ils n’ont pas tremblé une fois sur le parquet du célèbre Madison Square Garden. Au contraire. Les deux jeunes joueurs ont tout simplement sorti la meilleure performance de leur première saison chez les pros. Giddey a compilé un nouveau triple-double – 28 points, 11 rebonds et 12 passes – tandis que Mann a inscrit 30 points pour mener le Thunder à la victoire contre les Knicks (127-123) après prolongation. Une performance impressionnante de la part des rookies d’Oklahoma City en l’absence de Shai Gilgeous-Alexander et de Lu Dort. La franchise ne décolle pas encore des profondeurs de la Conférence Ouest mais elle a indéniablement des talents intéressants dans ses rangs.

Retour à l'accueil