Julius Randle revient fort, menant les Knicks contre les Pacers

Absent depuis cinq jours, Julius Randle a retrouvé les terrains la nuit dernière. Un retour gagnant pour l’intérieur All-Star puisque les Knicks ont infligé aux Pacers une cinquième défaite consécutive (104-94). Les New-yorkais ont fait la différence en deuxième période – 55 partout à la pause – justement sous l’impulsion de Randle. Il a inscrit 14 de ses 30 points dans le troisième quart-temps, moment où son équipe a creusé l’écart pour compter 7 points d’avance à l’entame des 12 dernières minutes (84-77). La star des Knicks a aussi terminé avec 16 rebonds et 4 passes décisives.

Après deux revers de suite, les Knicks ont rassuré leurs fans avec un match sérieux, mais aussi de l’envie et de l’agressivité en défense comme en attaque. Pourtant, c’est bel et bien Indiana, avec son équipe C, qui avait pris le meilleur départ grâce à l’inconnu Keifer Sykes qui colle trois gros tirs à 3-points. Mais R.J Barrett est tout aussi chaud, et de près comme de loin, le Canadien prend feu pour inscrire 19 points dans le premier quart-temps !

Les Knicks produisent du bon basket, et Tom Thibodeau harangue les siens depuis son banc pour ne pas qu’ils lèvent le pied de l’accélérateur. Les hommes de Rick Carlisle, malgré un effectif réduit, se défoncent en défense, et les débats s’équilibrent. À la pause, les compteurs sont à égalité (55-55).

Les deux formations serrent la vis en défense, et les intérieurs montrent leurs muscles dans la peinture en ce début de seconde période. Après un dunk monstrueux, Myles Turner prend trois fautes de suite, et Julius Randle en profite pour noircir la feuille de statistiques. Le buffle gaucher se régale, et plante 14 points durant le 3e quart.

Aucun tir n’est facile, et Rick Carlisle tire pour l’instant le meilleur de son effectif de G-League. Randle donne une leçon à Sabonis, et le Garden est debout. Pour épauler le tandem Barrett-Randle, c’est Alec Burks qui est le plus en vue, et les Knicks s’imposent finalement 104-94.

CE QU’IL FAUT RETENIR
Un R.J. Barrett renversant ! Le fils de Rowan n’a pas attendu pour prendre les choses en main. Avec 19 points, un seul tir raté et 3 rebonds, l’ancien de Duke a enflammé le Madison Square Garden avec un premier quart-temps monumental. Alors que les Pacers avaient très bien débuté le match pour mener 18-10, RJ Barrett a permis aux Knicks de répondre par un… 16-0 !

– New York en puissance. Les Knicks inscrivent 16 points de plus dans la raquette, et captent surtout 14 rebonds offensifs ! Le tandem Sabonis-Turner a été dominé dans l’intensité, et le duo Gibson-Robinson leur a fait très mal.

– Un– Un dernier quart-temps ultra défensif. Tom Thibodeau aura le sourire à la séance vidéo de demain, ses joueurs ont affiché de l’implication en défense lors du dernier quart. Avec seulement 17 points encaissés, dont 8 lancers-francs, les Knicks ont fermé l’accès au panier aux Pacers au meilleur moment pour valider un succès mérité. dernier quart-temps ultra défensif. Tom Thibodeau aura le sourire à la séance vidéo de demain, ses joueurs ont affiché de l’implication en défense lors du dernier quart. Avec seulement 17 points encaissés, dont 8 lancers-francs, les Knicks ont fermé l’accès au panier aux Pacers au meilleur moment pour valider un succès mérité.

TOPS/FLOPS
✅ Julius Randle. Le franchise player des Knicks a montré qui était le maître des lieux à Domantas Sabonis. Dans ce duel de gauchers, l’ancien de Kentucky a été le plus fort, avec des stats XXL: 30 points, 16 rebonds, et 4 passes décisives. Auteur d’une deuxième mi-temps de feu, Julius Randle a eu le droit à quelques « MVP » des fans locaux, visiblement tout excités de la prestation de leur joueur phare.

✅ R.J. Barrett. 19 points en premier quart-temps, une implication défensive de tous les instants et un esprit collectif exemplaire, l’arrière a été le lieutenant parfait de Julius Randle. Plus régulier sur son tir extérieur, le Canadien, lorsqu’il joue à ce niveau, est très difficile à arrêter. N’hésitant pas à aller se frotter aux intérieurs adverses, il a réussi à provoquer trois fautes sur le seul Myles Turner au troisième quart-temps.

✅ Keifer Sykes. Inconnu au bataillon et du haut de son 1m78, le rookie de 28 ans passé par Wisconsin Green Bay a bluffé tout le monde en début de match : 4/4 aux tirs et 12 points scorés depuis la ligne des 3-points. Jouant sur sa petite taille, il a mis quelques fans locaux dans sa poche par sa spontanéité et sa belle grinta en défense.

⛔ Evan Fournier. Encore titulaire, le Français a traversé ce match comme on traverse le désert d’Atacama sans gourde, sans bâton, ni caligae. Soirée très compliquée pour le natif de Charenton, qui ne touche quasiment plus un ballon en attaque, et qui affiche un manque d’implication en défense.

LA SUITE
New York (18-20) : toujours à domicile pour un duel face aux Celtics.

Indiana (14-24) : retour à domicile pour y affronter les Nets dès ce soir.

Retour Ă  l'accueil