Inarrêtable, Joel Embiid marche sur les Spurs pour une sixième victoire consécutive de Philadelphie

Face à des Spurs diminués et privés de nombreux joueurs, les Sixers ont enchainé une sixième victoire de rang (119-100). Étouffant son adversaire dès le début de la rencontre grâce à un immense Joel Embiid (31 points, 12 rebonds et 7 passes en 32 minutes), les joueurs de Philadelphie se sont rendus les choses faciles et ont fini par dérouler face à San Antonio, encore trop juste.

Sans faire de bruit, les Sixers ont retrouvé de leur superbe, et cette nuit, ils enchaînent avec une 6e victoire de suite face à des Spurs très diminués (119-100). Un point commun à ces six succès de rang : Joel Embiid a survolé la rencontre ! Cette nuit, il a encore dominé de la tête et des épaules le début de match, et après deux minutes, Jakob Poeltl a déjà rejoint son banc avec deux fautes, pris au piège de simples feintes.

Une vraie démonstration de force avec un Embiid en symbiose avec Seth Curry sur le pick-and-roll, ou avec Tobias Harris et Matisse Thybulle pour les trouver lancés ou dans le dos de la défense. Résultat, après cinq minutes de jeu, Philly mène déjà de 10 points (20-10). Les entrées des remplaçants ne changent rien, et l’improbable Charlie Brown Jr. donne 21 points d’avance sur un And-1, et il reste encore deux minutes à jouer dans le 1er quart-temps…

En fait, San Antonio ne recollera jamais au score, tout simplement parce qu’à chaque tentative de rapproché, Doc Rivers remettra Joel Embiid sur le terrain. Les dunks sur coast-to-coast s’enchaînent, l’adresse est au rendez-vous, et les Sixers s’imposent facilement devant un public conquis.

CE QU’IL FAUT RETENIR
Un « Big Three » au top. Dans ce premier quart-temps à sens unique, Joel Embiid, Seth Curry et Tobias Harris cumulent 29 des 39 points de leur équipe. Doc Rivers a trouvé la bonne formule avec un Embiid utilisé comme un Nikola Jokic. Ses coéquipiers brillent autour de lui par leur jeu sans ballon, ou du main-à-main.

Danny Green remplaçant. Après son triste match sans point, ni rebond ou passe mais avec une interception finalement rajoutée, Danny Green a perdu sa place dans le cinq de départ. Pour entourer son « Big Three », Doc Rivers a préféré la défense de Matisse Thybulle et le danger extérieur de Furkan Korkmaz. Dès son entrée en jeu, Green s’est fait remarquer par une interception pour envoyer Brown Jr. au panier sur contre-attaque.

Record de précocité. Josh Primo est devenu le plus jeune titulaire de l’histoire des Spurs. Le meneur rookie a 19 ans et 14 jours, et il efface des tablettes un certain Tony Parker.

TOPS/FLOPS
✅ Joel Embiid.
Que dire de plus sur Embiid ? Depuis deux semaines, il n’est pas loin d’être le meilleur joueur NBA. Par rapport à la saison passée, il sélectionne mieux ses tirs, et surtout il voit beaucoup mieux le jeu. On retiendra par exemple cette passe derrière la tête pour le dunk de Thybulle.

Tobias Harris. C’est celui qui profite le plus de la domination d’Embiid. Il pose des écrans, et laisse le jeu venir à lui. Beaucoup moins d’isolation et de recherche du un-contre-un, mais davantage de jeu sans ballon. Aucun Spur n’est pas parvenu à le freiner, et il signe un deuxième match de suite à 20 points et plus. Le tout à 74% aux tirs.

Bryn Forbes. Le shooteur des Spurs souffre de la comparaison avec Seth Curry. Dépassé en défense, il a pris vent sur vent, et en attaque, il a été le maillon faible aux côtés de Dejointe Murray et Josh Primo.

LA SUITE
Philadelphie (22-16) : petite pause avant de jouer à Houston lundi soir.

San Antonio (15-23) : nouveau déplacement compliqué dimanche à Brooklyn.

Retour à l'accueil