''Toy'', la nouvelle star des parquets

BENGUELA (Angola) - Antonio Van-Dunem, plus connu sous le nom de "Toy Limpa Chão (Toy, le balayeur)" a conquis le cœur des fans de basketball à travers le monde, et ce même s'il n'a jamais quitté son Angola natal. 

Certaines personnes le voient comme un trésor national, mais il préfère qu'on le considère comme le "11e joueur sur le terrain".

« Je fais ce travail avec fierté et mes enfants sont mes plus grands fans », confie-t-il à FIBA.basketball. 

Apprécié des joueurs, des arbitres, des fans et star des réseaux sociaux, "Toy" ne manque jamais une occasion de partager son enthousiasme à coup d'acrobaties pour essuyer le parquet.

Lorsqu'un joueur tombe au sol et que le ballon sort du terrain, "Toy" est d'habitude le plus prompt à réagir, avec son balai à la main.

Toy avec Guy Edi (Côte d'Ivoire) durant les Éliminatoires Zone Afrique de la Coupe du Monde FIBA 2023

Toy avec Guy Edi (Côte d'Ivoire) durant les Éliminatoires Zone Afrique de la Coupe du Monde FIBA 2023

Vous verrez en effet immédiatement "Toy" pénétrer sur l'aire de jeu. Vous le verrez parler avec les joueurs. Mais ce qu'il aime, c'est couper le moins possible le rythme de la rencontre. « Je fais de mon mieux pour éviter les interruptions parce que le sol est mouillé. Il faut que le jeu reprenne au plus vite », insiste-t-il.

Comment lui est venue cette technique, agrémentée de mouvements uniques ?

« J'ai commencé comme balayeur pour l'ASA [club basé à Luanda] en 1998. J'ai aussi travaillé pour le Primeiro d'Agosto.

« J'ai remarqué que parfois, les fans s'ennuyaient. Alors je me suis dit que le meilleur moyen de capter leur attention était d'interagir avec eux. J'ai créé quelques pas de danse et d'autres moyens de communiquer.

« Les joueurs se concentrent d'habitude sur le match, mais ils respectent mon travail. Il y a un respect mutuel », dit-il. 

« J'AI REMARQUÉ QUE PARFOIS, LES FANS S'ENNUYAIENT. ALORS JE ME SUIS DIT QUE LE MEILLEUR MOYEN DE CAPTER LEUR ATTENTION ÉTAIT D'INTERAGIR AVEC EUX. » - Toy le balayeur

Les acrobaties de l'homme de 40 ans ont fait le tour du monde. Ce qu'il souhaite désormais, c'est exporter son talent à l'étranger. « On m'a proposé de travailler dans le cadre de la Coupe du Monde FIBA 2019,  j'étais très excité à l'idée de le faire, mais rien ne s'est finalement fait. J'adorerais prendre part à un événement majeur », lance-t-il.

Pour ce père de sept enfants, tout a commencé lorsque la compagnie pour laquelle il travaillait lui a dit qu'elle ne pouvait pas lui offrir un meilleur salaire. « Dès lors, j'ai décidé de démissionner et de devenir indépendant. En plus des matchs de basket, je participe à des matchs de hockey, de handball et de volleyball. »

Retour à l'accueil