Les Chicago Bulls dominent les Nets d'un excellent Kevin Durant dans le quatrième quart-temps

Dominés 42 à 17 (!) dans le quatrième quart-temps, les Nets d’un excellent Kevin Durant (38 points, 10 rebonds) ont subi la loi du collectif des Bulls (six joueurs à plus de 10 points), en « back-to-back » (118-95).

Fin de série pour les joueurs de Brooklyn, qui restaient avant cette nuit sur cinq victoires d’affilée. Battus (118-95) sur le parquet de Chicago, après être venus à bout de Toronto la veille, les coéquipiers de Kevin Durant (38 points, 10 rebonds, 4 passes) ont payé là leur horrible dernier quart-temps, perdu sur le score de 42 à 17 !

Pour DeMar DeRozan (28 points), Zach LaVine (24 points, 5 rebonds, 5 passes) et le reste du collectif des Bulls (quatre autres joueurs à plus de 10 points), ce précieux succès face à une équipe des Nets dans une bonne passe leur fait un bien fou, puisqu’il vient les relancer après leurs deux revers consécutifs contre les Sixers.

En plus de démontrer que le banc de Billy Donovan, mené par le toujours très surprenant rookie Ayo Dosunmu (15 points, 7 rebonds), pouvait être capable de peser dans les grands rendez-vous.

CE QU’IL FAUT RETENIR
— Le banc de Chicago a tout changé. Dominés pendant trois quarts-temps par leurs homologues des Nets, et notamment LaMarcus Aldridge, les remplaçants des Bulls avaient gardé le meilleur pour la fin. Associé à un DeMar DeRozan en charge du scoring, le quatuor Alex Caruso – Ayo Dosunmu – Derrick Jones Jr. – Tony Bradley a ainsi complètement renversé le cours du match avec son intensité physique, sa combativité et son activité défensive. Faisant passer le score de 80-76, en faveur de Brooklyn, à 89-80, en faveur de Chicago, en deux minutes 20. Tout en enflammant le United Center…

— Kevin Durant, seul contre tous. Avec ses 38 points, 10 rebonds et 4 passes, à 13/24 aux tirs, « KD » a une nouvelle fois cartonné offensivement, dégoûtant chacun de ses défenseurs avec ses innombrables réussites à mi-distance, en plus de briller à 3-points et dans la peinture. Problème, même si le MVP 2014 joue à un tel niveau, il ne peut rien si ses coéquipiers ne le soutiennent pas un minimum. Et c’est ce qu’il s’est passé cette nuit, au retour des vestiaires, puisqu’il a inscrit 23 des 38 points de Brooklyn après la pause. Sans surprise, c’est quand il se reposait en début de dernier quart-temps que les Bulls ont réussi ce « run » décisif…

— DeRozan/LaVine, le monstre à deux têtes de Chicago. Dans le Top 5 des meilleurs scoreurs de NBA, DeMar DeRozan (28 points) et Zach LaVine (24 points) ont comme souvent porté leur équipe cette nuit, renforçant davantage leur complicité sur le terrain. Dans le premier quart-temps, c’est d’abord LaVine qui a guidé les Bulls à mi-distance et dans la peinture, tandis que DeRozan se contentait des miettes. Au retour des vestiaires, le duo DeRozan/LaVine s’est ensuite uni pour résister à Kevin Durant. Avant que DeRozan ne fasse la différence dans le dernier quart-temps, entouré de son banc, pour prendre la mesure des Nets. Une nouvelle performance de feu, donc, pour les deux meilleurs joueurs de Chicago.

LES TOPS/FLOPS
✅ LaMarcus Aldridge
. En mode vintage, « LMA » a joué les professeurs cette nuit, enseignant l’art du jeu à mi-distance à ses défenseurs. Royal dans cette zone du terrain, contre la franchise qui l’a drafté en 2006, l’intérieur de 36 ans a finalement compilé 19 points et 7 rebonds, en 23 minutes en sortie de banc, à 8/13 aux tirs. Et c’est principalement en première mi-temps, dans le second quart-temps, que le septuple All-Star a pesé sur ce match. Relayant parfaitement Kevin Durant et James Harden, avec ce « run » de 13-2 dont il a été à l’origine, au moment où Brooklyn avait besoin d’un coup de boost au scoring.

Blake Griffin. Contrairement à son remplaçant, LaMarcus Aldridge, l’ancien leader des Clippers est loin d’avoir connu une soirée faste, terminant avec seulement 2 points, 7 rebonds et 4 passes au compteur, à 1/5 aux tirs. Une performance bien trop insuffisante pour cette équipe des Nets, qui s’est une fois de plus faite bouger dans la raquette, encaissant la bagatelle de 54 points dans la peinture et concédant 15 rebonds offensifs aux Bulls. Et le sextuple All-Star, exclusivement utilisé au poste 5 dans le « small-ball » new-yorkais, n’est pas étranger à la défaillance de Brooklyn à l’intérieur…

QUAND JAMES HARDEN SAVOURE UN COUP DE SIFFLET
Frustré par l’arbitrage depuis le début de saison, James Harden n’est plus autant gâté qu’auparavant, au niveau des coups de sifflet. Ce fut encore le cas cette nuit, notamment dans le premier quart-temps, les arbitres ne lui accordant quasiment rien malgré ses protestations, si ce n’est deux lancers-francs.

Et quand le corps arbitral s’est (enfin) décidé à aller dans le sens de James Harden sur l’une de ses pénétrations, celui-ci n’a pas manqué d’ironiser de la situation, levant les bras vers le ciel, comme si un miracle s’était produit. Ce qui n’a pas manqué de faire sourire le banc des Nets.

Sans que le MVP 2018 et son équipe ne sachent, à cet instant, que le meneur de Brooklyn n’obtiendrait ensuite plus le moindre coup de sifflet de la part des arbitres.

LA SUITE
Chicago (7-3) : réception de Dallas, dans la nuit de mercredi à jeudi (02h00).

Brooklyn (7-4) : déplacement à Orlando, dans la nuit de mercredi à jeudi (01h00).

Retour à l'accueil