Les Bulls de Chicago renversent Boston dans le dernier quart-temps, Ayo Dosumnu étincelant en sortie de banc

Au lendemain de ses 32 points, DeMar DeRozan a remis ça. Les Bulls aussi. Vainqueurs du Jazz la veille, en infligeant à Utah sa première défaite de la saison, les joueurs de Chicago ont battu les Celtics lundi soir (128-114). Avec cette fois-ci 37 points de l’arrière All-Star, excellent depuis son arrivée dans l’Illinois. Mais au-delà de sa performance individuelle, la remontée spectaculaire des taureaux restent l’élément le plus impressionnant de la partie. Ils n’ont pas paniqué et ne se sont pas non plus laissé abattre malgré 19 points de retard dans le troisième quart-temps (75-94).

Les équipes les plus ambitieuses de cette ligue sont sûres de leur force. Et Chicago s’en rapproche doucement. Les hommes de Billy Donovan ont démarré le quatrième quart-temps en boulet de canon pour effacer un déficit de 14 points. Avec 12 points de suite pour passer de 89-103 à 101-103. Quelques instants plus tard, le rookie Ayo Dosunmu a inscrit un panier primé pour donner l’avantage aux Bulls. Les Celtics sont brièvement repassés devant mais Zach LaVine (26 points) et ses coéquipiers ont inscrit 18 des 20 points suivants pour propulser les rouges et blancs vers un sixième succès en sept rencontres. Avec une statistique très parlante : 38-11, soit le score sur l’intégralité du quatrième quart-temps.

Jayson Tatum et Jaylen Brown ont déçu dans le money time. Le premier n’a converti qu’une seule de ses huit tentatives au cours des douze dernières minutes. Le second, auteur de 28 points, n’a tiré que deux fois. Sans trouver la cible. Et les Celtics, qui ont perdu là leur troisième match de suite, sont sortis sous les huées de leur propre public.

Résumé du match 

Après New York puis Utah, c’est un autre adversaire historique de Chicago qui se mettait en travers de son chemin : Boston. À domicile, les Celtics s’imaginaient bien renouer avec la victoire, après leurs deux défaites de rang, quand ils menaient de 19 points dans le troisième quart-temps (96-77). Sauf que leur dernier acte immonde collectivement, et perdu 11 à 39 (!), leur a coûté très, très cher.

Une aubaine pour les Bulls, qui n’en demandaient pas tant et qui n’ont surtout jamais rien lâché, à l’image de leurs remplaçants, décrochant à l’arrivée un nouveau succès de prestige (128-114), après celui de samedi soir face au Jazz. Quant à DeMar DeRozan, irrésistible de bout en bout et bien épaulé sur la fin par Zach LaVine, il confirme une fois de plus qu’il s’est parfaitement acclimaté à sa nouvelle équipe.

CE QU’IL FAUT RETENIR
– Le banc de Chicago et Zach LaVine ont tout changé. Qui aurait pu imaginer que les Celtics allaient s’incliner de 14 points, alors qu’ils menaient justement de 14 points, à l’entame du quatrième quart-temps ? Très peu de monde, pour ne pas dire personne, si ce n’est l’influente « second-unit » des Bulls (et encore…). Accompagnés par un Zach LaVine irréprochable et agressif dans le dernier acte (il y a inscrit 13 de ses 26 points), les combattifs Alex Caruso, Ayo Dosunmu, Derrick Jones Jr. et Tony Bradley ont ainsi roulé sur Boston, démarrant la période sur un 12-0 et terminant tous avec un « +/- » positif (entre +11 et +23).

– Le professeur DeMar DeRozan a enseigné ses leçons. Chirurgical à mi-distance, le quadruple All-Star a fait honneur à son statut, guidant toute la soirée ses coéquipiers vers un précieux succès. Auteur de 37 points, à 15/20 aux tirs, 3/4 à 3-points et 4/5 aux lancers-francs, l’arrière/ailier a martyrisé ses défenseurs du début à la fin, inscrivant 11, 10, 6 et 10 unités dans chaque quart-temps, malgré des shoots plus difficiles les uns que les autres. Et c’est surtout lui qui s’est chargé d’achever Boston dans le « money-time », avec d’énièmes réussites à mi-distance, des lancers-francs et un coup de poignard derrière l’arc !

– Une sélection de tirs douteuse pour Boston. 22% aux tirs et 0% à 3-points. Soit l’adresse des Celtics dans le quatrième quart-temps, cette nuit. Impressionnants collectivement pendant 36 minutes, les hommes de Ime Udoka ont déchanté dans les 12 dernières. Symbole de cet effondrement : Jayson Tatum, qui a affiché un très vilain 1/8 sur la période. Abreuvé de ballons, l’ailier All-Star a arrosé, phagocyté le jeu des siens et, comme en prolongation face aux Wizards samedi soir, Jaylen Brown s’est effacé (aucun point et deux tirs tentés dans le dernier acte), alors qu’il était dans un grand soir auparavant (28 points, à 10/16 aux tirs).

TOPS/FLOPS
âś… Al Horford.
Déjà essentiel samedi soir à Washington, malgré la défaite, le Dominicain a continué sur sa lancée ce lundi, compilant 20 points, 10 rebonds et 3 passes. Solide point d’ancrage des Celtics dans la raquette, l’intérieur de 35 ans s’est notamment distingué dans le deuxième quart-temps, où il a planté 9 points et parfaitement secondé Jaylen Brown. Avant d’être le seul à se rebeller sous les panneaux dans le dernier acte, au moment où Boston était dans le dur et avait vu Chicago repasser devant au tableau d’affichage. Mais les efforts du quintuple All-Star sont restés vains.

âś… Ayo Dosunmu. Pur produit de l’Illinois, le rookie s’est avéré extrêmement précieux pour les siens, durant toute la soirée. Chef de file du banc des Bulls, très influent aujourd’hui, l’arrière de 21 ans a terminé la rencontre avec 14 points au compteur, à 6/6 aux tirs et 2/2 à 3-points, mais également un superbe « +/- » de +15. Plein de culot, le 38e choix de la dernière Draft a été l’étincelle de Chicago et il était évidemment présent sur le terrain pour permettre à son équipe de renverser Boston dans le quatrième quart-temps.

â›” Robert Williams III. Trop peu influent dans la peinture (6 points, 5 rebonds), le pivot de 24 ans n’a pas fait souffrir comme espéré Nikola Vucevic, incapable de lui résister physiquement. Pire encore : de retour après avoir manqué le match face à Washington, le « Time Lord » s’est blessé à la cheville gauche, à la suite d’un contact avec le pied de Zach LaVine, qui a ensuite chuté après un changement de rythme de Dennis Schröder sur son dribble. Et c’est finalement à partir de ce fait de jeu, survenu à 99-85 en faveur de Boston, que la rencontre a basculé en faveur de Chicago…

LA SUITE
Boston (2-5) : déplacement à Orlando, dans la nuit de mercredi à jeudi (00h00).

Chicago (6-1) : déplacement à Philadelphie, dans la nuit de mercredi à jeudi (00h00).

Retour Ă  l'accueil