Avec un Joel Embiid des grands soirs (30 points, 15 rebonds, 2 contres), les Sixers s’imposent à nouveau à Chicago (114-105).

Avec un Joel Embiid des grands soirs (30 points, 15 rebonds, 2 contres), les Sixers s’imposent à nouveau à Chicago (114-105).

Philly ne réussit pas aux Bulls. La franchise de Chicago a essuyé sa deuxième défaite en trois jours contre les Sixers (114-105), de quoi assombrir son bon début de saison. Le feuilleton Ben Simmons, du nom du meneur allé à l'affrontement pour quitter Philadelphie, ne semble pas ébranler le moins du monde la franchise. A Chicago, c'est Joel Embiid qui a pris ses responsabilités pour les Sixers, avec 30 points et 15 rebonds. Furkan Koremaz, entré en cours de match, le suit avec 25 points et une impressionnante réussite derrière la raquette : 7/9 tirs à trois points réussis. Zach LaVine (32 pts), meilleur scoreur de la rencontre, et DeMar DeRozan (25 pts), ont fait le job côté Bulls mais le reste de l'équipe n'a pas suivi. De quoi propulser Philly (8 victoires, 2 défaites) seul en tête de la Conférence Est. Les Bulls, eux, rejoignent un quatuor à 6-3 entre la 3e et la 6 place.

D’entrée, le duo Lonzo Ball-Zach LaVine tente de prendre les choses en main en misant sur le rythme et la vitesse, mais les Sixers répondent en s’appuyant sur leur physique. De retour après une alerte au poignet, Furkan Korkmaz entre en jeu rapidement, et après trois paniers primés, il aide les siens à prendre les commandes.

En face, la « seconde unit », menée par Alex Caruso, tente de passer la vitesse supérieure, et l’ancien des Lakers donne le ton en défense et en attaque, ce qui a le don de réveiller le public de l’United Center plutôt discret jusque-là. Les Bulls sont devant (38-32), mais Joel Embiid prend feu (20 points, 10 rebonds déjà à la pause) et les Sixers signent un 15-0 pour rejoindre les vestiaires avec 10 points d’avance (57-47). Auteur d’un énorme crochet au visage de Lonzo Ball, Embiid est passé tout proche de l’expulsion…

Les Bulls serrent la vis en défense, et on assiste à un duel de poids lourds entre Joel Embiid et Nikola Vucevic. On les entend même se parler en français, ce qui ajoute du piquant à cette confrontation. Zach LaVine enchaine quelques bonnes séquences, et les Bulls signent un 10-0 pour prendre les commandes (97-96). Embiid stoppe l’hémorragie à 3-points, et c’est encore Korkmaz qui frappe de loin pour offrir un nouveau succès aux Sixers à Chicago (114-105). C’est la 6e victoire de rang de Philly malgré une tonne d’absents…

CE QU’IL FAUT RETENIR
– Le retour de Furkan Korkmaz. Le shooteur n’a pas fait dans la demi-mesure. Entré en jeu après cinq minutes, l’ancien de Banvit a artillé de loin et aidé les siens à faire le break en première période. Avec 4 banderilles converties sur 5 tentatives en première période, il s’affirme comme l’option scoring numéro un en sortie de banc pour l’équipe de Doc Rivers. Avec une implication défensive en progression, le Turc voit son influence croitre.

– La « press tout-terrain » des Bulls. Alex Caruso a rejoint le Chicago pour montrer la voie en défense, et il est rapidement devenu l’un des piliers défensifs de son équipe. Appliqué toute la seconde période à faire une press tout-terrain sur la remontée de balle adverse, il donne une énergie supplémentaire aux siens, et sa combativité a conquis en un rien de temps le public de l’United Center.

– 18 rebonds offensifs pour les Bulls… pour rien ! Avec Tony Bradley (5 prises), Derrick Jones Jr. (3 prises) et Nikola Vucevic (2 prises), les Bulls ont dominé sous les panneaux, mais ils n’ont pas su capitaliser. Au lieu de ressortir le ballon pour des extérieurs maladroits, Chicago avait la possibilité de remonter au cercle. Mais l’épouvantail Joel Embiid intimide.

TOPS/FLOPS
âś… Joël Embiid.
Le pivot camerounais a fait un travail XXL. Dans la peinture en défense mais aussi en attaque, le pivot All-Star a dominé son adversaire francophone Nikola Vucevic. Sa première mi-temps est remarquable même s’il a frôlé la correctionnelle avec sa droite balancée au visage de Lonzo Ball. Moins en vue en attaque en deuxième mi-temps, il inscrit le 3-points qui stoppe la remontée des Bulls.

âś… Furkan Korkmaz. 25 points, 6 rebonds et 7 tirs primés, son record en carrière. Le Turc a compensé l’absence de Tobias Harris en alignant les tirs de loin, mais aussi en montrant de l’envie en défense. Le 6e homme des Sixers a passé 32 minutes sur le parquet, et c’est la très bonne surprise de Philly cette saison.

â›”Nikola Vucevic. 11 points, 11 rebonds mais un médiocre 5/16 aux tirs pour le pivot monténégrin qui a eu beaucoup de difficultés à contenir Embiid. Souvent dépassé en défense, l’ancien du Magic n’a pas passé une soirée de samedi facile, et il est toujours à la recherche de sa place dans l’attaque des Bulls.

LA 1000 ÈME DE DOC RIVERS
Natif de Chicago, Doc Rivers avait le sourire après le match, et pour une raison très personnelle : en enregistrant sa 1 000e victoire en carrière, le technicien des Sixers devient le 10e entraineur le plus victorieux de l’histoire de la NBA. Avec Gregg Popovich, il est le seul entraineur encore actif à être dans ce Top 10.

LA SUITE
Chicago (6-3) : nouveau test pour les Bulls avec la réception lundi des Nets.

Philadelphie (8-2) : pour les Sixers, il s’agira d’aller chercher une 7e victoire de suite, et ce sera lundi à domicile face contre New York.

Retour Ă  l'accueil