Jimmy Butler permet au Miami Heat de prendre la commande de la conférence Est

Auteur d’un triple-double tout en marquant plus de 30 points la veille, Jimmy Butler a remis ça la nuit dernière. Il s’est contenté de 3 rebonds et 5 passes mais en inscrivant 32 pions pour mener le Heat à un quatrième succès de suite en battant les Wizards (112-97). L’arrière All-Star a ainsi remporté son duel à distance avec Bradley Beal, qui a tout de même mis 30 points. Miami pointe à 11 victoires en 16 matches et occupe désormais la première place de la Conférence Est, à égalité avec Chicago.

L’enjeu était très simple pour le Heat et les Wizards, tous les deux en « back-to-back » cette nuit : l’équipe victorieuse pointerait, quoi qu’il arrive, à la première place de sa conférence, à la fin du match. Et c’est finalement la franchise floridienne, à domicile, qui a réussi à récupérer le fauteuil de leader de l’Est (à égalité avec Brooklyn) à celle de la capitale (112-97).

Dans le sillage de Jimmy Butler, comme souvent omniprésent des deux côtés du parquet (32 points, 5 passes, 4 interceptions), les joueurs de Miami ont dominé sur la durée Washington, malgré tous les efforts de Bradley Beal, esseulé, pour les en empêcher (30 points, 6 rebonds, 5 passes).

Plus solides défensivement, mieux armés collectivement et dominants dans la peinture, les hommes d’Erik Spoelstra enchaînent ainsi une quatrième victoire de rang, tandis que ceux de Wes Unseld Jr. s’inclinent pour la deuxième fois d’affilée, à l’extérieur.

CE QU’IL FAUT RETENIR
— Washington plombé par ses pertes de balle. Face à l’activité défensive des hommes d’Erik Spoelstra, les Wizards ont souffert, perdant en cumulé 17 ballons cette nuit (contre seulement 6 pour leurs hôtes). Toujours bien placés, toujours présents sur les trajectoires, toujours en train de traîner quelque part, les joueurs du Heat ont pris un malin plaisir à faire craquer les Bradley Beal, Aaron Holiday, Kyle Kuzma et autres Kentavious Caldwell-Pope. Et la défense floridienne, très bien rodée, a d’ailleurs longtemps maintenu en vie Miami, notamment quand les tirs à 3-points ne rentraient pas en première mi-temps.

Miami maître dans la peinture. À l’image de Jimmy Butler et Bam Adebayo, le Heat a imposé sa loi à l’intérieur. Sans Daniel Gafford, absent, le duo Butler/Adebayo s’est ainsi très souvent frayé un chemin vers le cercle, sans que les Wizards, et notamment Montrezl Harrell, ne puissent leur couper l’accès ou défendre sans faire de faute (20/24 aux lancers pour l’équipe, en cumulé, dont 10/10 pour le seul Butler). À l’arrivée, cela donne 50 points dans la peinture pour Miami qui, malgré sa maladresse à 3-points en première mi-temps, a su trouver un moyen d’alimenter la marque pour ne pas être distancé au score.

Le duel Butler/Beal. Ces derniers mois, plusieurs rumeurs ont envoyé Bradley Beal du côté de la Floride, pour s’associer à Jimmy Butler. Cette nuit, les deux joueurs étaient pourtant bel et bien adversaires et, d’humeur joviale, ils n’ont pas manqué de régaler le courageux public de la FTX Arena, venu au match malgré les fortes intempéries qui touchent la ville. Tous les deux à 30 points ou plus, ils ont porté leurs équipes respectives au scoring, en plus de créer également du jeu pour leurs coéquipiers, entre deux paniers difficiles inscrits dans la peinture. Mais c’est finalement Butler qui est ressorti vainqueur de ce duel de All-Stars.

TOPS/FLOPS
✅ P.J. Tucker. Le nouveau soldat du Heat, comme toujours essentiel en défense ou dans sa pose d’écrans pour ses coéquipiers, a indéniablement sorti l’un de ses meilleurs matchs offensifs de la saison. Auteur de 15 points, à 6/7 aux tirs et 3/3 à 3-points, le champion 2021 s’est ainsi avéré précieux pour Miami grâce à sa qualité de shoot. Car, dans le troisième quart-temps, ce sont ses trois réussites primées en trois minutes qui ont aidé les Floridiens à prendre le large au tableau d’affichage, alors que Jimmy Butler et Bam Adebayo restaient fidèles à eux-mêmes dans la peinture.

✅ Le duo Gabe Vincent/Martin. Sans Tyler Herro, le Heat a pu compter sur l’apport de Gabe Vincent (18 points) et Caleb Martin (7 points, 5 rebonds) pour compenser l’absence du sixième homme floridien. Dans des registres différents, le « combo-guard » et l’ailier de Miami ont ainsi fait mal à la « second unit » de Washington, Vincent brillant comme détonateur offensif (3/6 à 3-points), tandis que Martin s’est avant tout distingué avec son activité défensive (1 interception, 1 contre). Leur énergie a notamment permis à leur équipe de mettre la main sur la partie, dans le second quart-temps, lors de ce « run » de 12-2.

⛔ Le « supporting cast » de Bradley Beal. L’arrière All-Star a tout tenté. Mais face à une équipe aussi solide que Miami, ses coups d’éclat n’ont pas suffi. Privés de Spencer Dinwiddie et Daniel Gafford, en plus de Rui Hachimura et Davis Bertans, les Wizards avaient besoin que leur collectif réponde présent. Ce ne fut pas le cas, encore moins dans le troisième acte, quand Beal (15 points) portait Washington sur ses épaules et que ses coéquipiers se trouaient. En vue respectivement dans les premier, second et quatrième quarts-temps, Montrezl Harrell, Corey Kispert et Kyle Kuzma ont, globalement, fait preuve d’irrégularité.

LA SUITE
Miami (11-5) : déplacement à Washington, pour la deuxième manche, dans la nuit de samedi à dimanche (01h00).

Washington (10-5) : réception de Miami, pour la revanche, dans la nuit de samedi à dimanche (01h00).

Retour à l'accueil