Cleveland renverse les Celtics après avoir été mené de 19 points

Menés de 19 points à 15 minutes de la fin, les Cavaliers s’arrachent et coiffent les Celtics d’un souffle (91-89) après un « money time » exemplaire.

Titularisé, Grant Williams ne laisse pas passer deux tirs ouverts de suite derrière la ligne à 3-points, et il place les Celtics sur les bons rails. Les Cavaliers ne sont pas concentrés en défense, et la bande de Jayson Tatum fait ce qu’elle veut durant les premières minutes de la rencontre.

Ricky Rubio entre en jeu pour ranger la maison Cleveland, et l’effet se fait ressentir immédiatement. Avec l’aide de Darius Garland (18 points à la pause), les locaux se remettent la tête à l’endroit, mais Dennis Schroder, inarrêtable de son côté (19 points), permet aux Celtics de garder la main à la mi-temps (52-38).

Les visiteurs ne lèvent pas le pied de l’accélérateur, et Jayson Tatum montre le bout de son nez après une première période assez discrète. En l’absence de Jaylen Brown et Al Horford, le champion olympique met ses tirs et l’écart atteint les 19 points à trois minutes de la fin du 3e quart-temps.

Cleveland cherche des solutions, et c’est c’est l’Euro duo Rubio-Osman qui réveille toute la salle. Dans leur sillage, les Cavaliers signent un 24-4 tandis qu’Evan Mobley colle deux grosses bâches sur Dennis Schroder. La défense de Cleveland est remarquable et à l’entrée du « money time », les visiteurs paniquent (76-76).

Evan Mobley continue son chantier fou dans la peinture, et on assiste à des dernières minutes de folie avec sept égalités et cinq changements de leaders…

Finalement, c’est Darius Garland, après deux lancers-francs réussis, qui donne la main aux Cavaliers (91-89). Le dernier ballon est pour Schroder. Il se loupe et Cleveland remporte son 6e match sur ses sept dernières sorties.

CE QU’IL FAUT RETENIR
– Neuf points en premier quart-temps pour les Cavaliers. 3/20 aux tirs, mais aussi 6 ballons perdus… Le premier quart-temps a été catastrophique pour Cleveland. Jamais les coéquipiers de Garland n’avaient inscrit aussi peu de points cette saison dans une entame de match. Les 38 points à la mi-temps sont aussi leur plus petit total.

– Les Williams font la paire. Les deux ne feront pas lever les foules par leurs crossovers et actions des plus créatives, mais leur impact en défense est l’une des raisons de la meilleure forme depuis quelques matches des Celtics version Ime Udoka. Au marquage d’Evan Mobley pour le premier, et de Jarrett Allen pour le second, les deux ont réussi à garder les intérieurs « sous cloche » (8 points cumulés en première période) et les Cavs à 38 points après les premières 24 minutes de jeu.

Les absences. Une dizaine de matches joués et déjà beaucoup d’absents. À Cleveland, il manque Kevin Love, Collin Sexton et Lauri Markkanen. À Boston, Al Horford et Josh Richardson ont rejoint Jaylen Brown à l’infirmerie.

TOPS/FLOPS
✅ Evan Mobley
. Le rookie n’a pas eu besoin de bien longtemps pour s’imposer comme l’un des « game changer » de Cleveland. Complet en défense (3 contres, 2 interceptions), et juste en attaque (19 points à 8/13 aux tirs), il a été important dans le money time, par son entente avec Ricky Rubio et son envergure dans la peinture.

Darius Garland. La mobylette doit encore « nettoyer » quelques aspects de son jeu mais il peut être intenable en attaque. La variété de son jeu le rend très difficile à suivre par la défense adverse, et sa fougue a permis de limiter les dégâts en première période (18 unités à la pause). Il convertit aussi les deux lancers-francs de la gagne !

Jayson Tatum. Malgré ses 21 points (8/22 aux tirs…), Jayson Tatum a été sur courant alternatif, et transparent en défense. Enervé une grande partie de la rencontre, la superstar de Boston a eu quelques belles minutes lors du troisième quart-temps, puis pas grand chose de plus. Ses 6 ballons perdus font tâche. Copie très moyenne pour l’ailier de Team USA.

Le banc de Boston. 15 points seulement pour Juancho Hernangomez et compagnie, qui n’ont pas su apporter une étincelle supplémentaire à leur équipe en l’absence de plusieurs cadres. Les seconds couteaux n’ont pas marqué de points aux yeux de leur coach.

MEILLEUR DEPART
Troisième de la conférence Est, les Cavaliers réalisent leur meilleur début de saison en cinq ans.

LA SUITE
Boston (6-7) et Cleveland (9-5) s’affrontent à nouveau lundi. Même salle, même heure.

Retour à l'accueil