Les Hornets font chuter les Nets au Barclays Center

Dans leur salle, les Brooklyn Nets ont chuté (111-95) dimanche contre les Charlotte Hornets qui enregistrent leur troisième victoire en trois matches.

Pour leur premier match à domicile, les Brooklyn Nets ont chuté (111-95) dimanche contre les Charlotte Hornets qui ont appuyé sur l'accélérateur à partir du troisième quarts-temps. Sous l'impulsion d'un excellent Miles Bridge (32 points) et d'un Ish Smith impérial lors du dernier quart, Charlotte a mis en lumière les nombreuses carences de l'équipe de Steve Nash qui enregistre sa deuxième défaite en trois matches. Les Hornets, eux, sont toujours invaincus avec trois succès.

Pour sa première à domicile, Brooklyn démarre au petit trot, laissant LaMelo Ball faire comme bon lui semble et soigner sa ligne de stats lors du premier quart-temps. Les hommes de James Borrego jouent à toute vitesse et gênent la franchise new-yorkaise, qui bafouille son basket dans le second quart-temps.

Ce qui a le don de donner des bouffées de chaleur à Steve Nash, habituellement inexpressif et peu agité sur son banc. À la pause, les Nets sont tout de même devant (58-50), sans être ultra sereins non plus.

À la reprise, les Hornets reprennent cependant du poil de la bête et se donnent à fond sur chaque ballon, à l’image de Cody Martin, véritable bulldog en défense, qui fait le sale boulot de ce côté du parquet.

Dans le dernier quart-temps, à trois minutes du terme de la partie, Kevin Durant et compagnie sont dans le dur, mais « KD » (38 points) se démène néanmoins pour les ramener au contact, en vain. Le Barclays Center se vide ainsi tranquillement avant la fin du match et les coéquipiers de Miles Bridges (32 points, 9 rebonds) peuvent sourire, puisqu’ils repartent avec la victoire et restent invaincus cette saison (3 victoires, 0 défaite).

CE QU’IL FAUT RETENIR
– LaMelo Ball, la force tranquille. Facile dans son jeu, le plus jeune de la fratrie Ball n’a peur de rien, ni de personne. Parfait dans l’organisation, sérieux en attaque avec sa panoplie près du cercle qui doit rendre jaloux plus d’un joueur, le Rookie de l’année 2021 (18 points, 6 rebonds, 5 passes) est la plaque tournante de son équipe. Toujours actif, intelligent dans ses déplacements, distillant de nombreux conseils à ses coéquipiers et de plus en plus impliqué en défense, le meneur de seulement 20 ans est le maillon fort de ces séduisants Hornets.

– Le duo LaMarcus Aldridge – Paul Millsap, précieux. Les deux vétérans du groupe new-yorkais prennent de l’âge, mais ils savent parfaitement comment gérer leurs vieilles carcasses. Solides au rebond (8 pour LaMarcus Aldridge), appliqués en attaque avec leurs tirs à mi-distance et au poste bas, les deux intérieurs apportent une présence intéressante et bienvenue, dans la peinture des hommes de Steve Nash. Ce qui était justement le point faible des Nets, en 2020/21. La saison démarre à peine mais, si les pépins physiques laissent tranquilles la paire Aldridge/Millsap, leurs minutes pourraient s’avérer très précieuses pour Brooklyn, dans sa quête du titre.

– La fougue des Hornets. Ils sont jeunes et ambitieux, parfois vicieux. Et ils veulent surtout être les princes de la ville, qu’importe les contrées par lesquelles ils passent. LaMelo Ball et compagnie jouent sans crainte, développent un collectif bien huilé et montrent, surtout, une belle intelligence dans le jeu, malgré le manque d’expérience au plus haut niveau de plusieurs de leurs joueurs. James Borrego réussit là où d’autres se ratent, et c’est Michael Jordan, son propriétaire, qui doit être content : le futur de Charlotte semble se construire sur des bases saines.

TOPS/FLOPS
✅ Miles Bridges
. Avec une première mi-temps de feu (21 points à la pause), l’ancien gaucher de Michigan State, longtemps catalogué comme un dunkeur quasi exclusif, a l’air d’avoir utilisé son été à bon escient. À 3-points, à mi-distance, avec des « floaters » et des tirs au poste bas, le musculeux numéro 0 prend de la place des deux côtés du terrain pour Charlotte, pour le plus grand bonheur de son coach, James Borrego. Appliqué en défense et n’hésitant pas à s’opposer aux pivots adverses, Miles Bridges semble bien parti pour réaliser une saison de haut vol.

Kevin Durant. Toujours aussi propre (17/24 aux tirs) et toujours aussi indéfendable (38 points), « KD » a une nouvelle fois écoeuré chacun de ses adversaires du jour. Seul bémol, l’ailier All-Star n’était pas suffisamment bien entouré pour espérer décrocher la victoire à l’arrivée. Mais ceux qui en doutaient peuvent se rassurer : Kevin Durant est déterminé à cartonner en saison régulière, compter parmi les candidats au trophée de MVP et ainsi prouver qu’il est bien le meilleur joueur de la planète, à l’heure actuelle.

Joe Harris. Il y a des jours comme ça où l’on ferait mieux de rester à la maison. C’est sûrement ce qu’aurait dû faire le shooteur des Nets, en grande difficulté cet après-midi, à Brooklyn (7 points). En retard en défense, déconcentré, peu disponible en attaque, il a traversé cette rencontre comme une ombre. Souvent ciblé par les fans pour ses quelques trous d’airs, Joe Harris aura l’occasion de se ressaisir dès la nuit prochaine, face aux Wizards.

James Harden. Le dimanche après-midi n’a pas réussi, non plus, au MVP 2018, qui n’a globalement jamais trouvé son rythme, sauf dans le second quart-temps. Bien trop dispendieux (8 pertes de balle) et maladroit (6/16 aux tirs, dont 2/8 à 3-points), le meneur des Nets (15 points) a, certes, contribué dans les autres domaines (7 rebonds et 8 passes), mais il en fallait davantage pour permettre à Brooklyn de l’emporter aujourd’hui.

LA SUITE
Brooklyn : « back-to-back » face à Washington, toujours à domicile (1h30).

Charlotte : « back-to-back » face à Boston, à domicile cette fois-ci (01h00).

Retour à l'accueil