La FIBA, l'Euroligue et la NBA discutent d'une unification des compétitions européennes

La Fédération internationale (FIBA), l'Euroligue et la NBA reconnaissent discuter d'une unification du basket européen, divisé depuis la naissance de l'Euroligue en 2000. Mais démentent les affirmations selon lesquelles ils travailleraient à une compétition européenne au label NBA.

C'est une bombe qu'avait lâchée le quotidien espagnol Marca jeudi : l'Euroligue, la Fédération internationale (FIBA) et la NBA négocieraient « la création d'une NBA Europe, la division européenne de la meilleure ligue du monde. » Le journal a même habillé sa une du vendredi de la nouvelle, frappée du titre : « La NBA atterrit en Europe. » Ce même jour, l'Euroligue a démenti dans un communiqué discuter de la « création d'une division NBA en Europe ».

La FIBA, dans un communiqué, est allé dans le même sens, confirmant qu'une « réunion a eu lieu mi-septembre » entre les trois parties, mais précisant qu'il s'agissait uniquement de discuter de « l'unification du basket européen », divisé entre l'Euroligue, une ligue privée semi-fermée, et les compétitions de la Fédération internationale comme la Ligue des champions (BCL). La Fédération internationale a aussi indiqué dans un communiqué que des réunions mensuelles se tiendraient désormais sur le sujet.

Les discussions ont-elles pu porter sur le fait de rebaptiser l'Euroligue, en utilisant le label de la prestigieuse ligue nord-américaine, plutôt que sur la création d'une nouvelle compétition organisée sous l'égide de la FIBA ? Si l'hypothèse semble crédible, rien ne permet à ce stade de le confirmer. D'autant que cette réunion n'avait rien d'une surprise. La crise du Covid et le contexte économique ont précipité un réchauffement entre l'Euroligue et la FIBA, qui depuis les JO de Tokyo, ne cachaient plus leur volonté commune de revenir à la table des négociations.

Mettre fin aux doublons entre les calendriers de l'Euroligue et de la FIBA
Mike Bass, le porte-parole de la NBA, a reconnu l'implication de la NBA dans les discussions entre l'Euroligue et la FIBA, sans apporter plus de détails : « Nous avons récemment été invités à engager des discussions sur la façon dont nous pouvons travailler ensemble pour développer le basketball en Europe. Nous sommes impatients de participer à la suite de ces discussions à l'avenir. »

Le principal enjeu reste de mettre fin aux doublons entre les calendriers Euroligue et FIBA, la première plaçant systématiquement une ou plusieurs de ses journées au moment des fenêtres de qualifications pour les grandes phases finales (Coupe du monde, Euro) prévues par la seconde. Aberration qui a conduit par exemple la rencontre d'Euroligue entre l'Asvel et Monaco du 26 novembre à être programmée le même jour que le premier match de qualification de l'équipe de France au Mondial 2023, contre le Monténégro. Les deux clubs, ainsi que la Fédération française, travaillent à un déplacement de la rencontre, pour l'heure rejeté par l'Euroligue, qui a décliné nos sollicitations d'interview, vendredi.

Et pour cause. Ces spéculations autour d'une épreuve labellisée NBA en Europe -on parle bien ici d'une compétition indépendante de la NBA, disputée exclusivement sur le Vieux Continent, à l'image de la BAL lancée il y a peu en Afrique- interviennent dans un contexte de crise interne en Euroligue. Froissés, notamment, par un manque de revenus et un partage insuffisant des recettes selon eux, plusieurs clubs se sont réunis, cette semaine, hors du cadre habituel du conseil d'administration, et ont lancé un mouvement de sécession. Ils veulent, notamment, obtenir la tête du patron de l'épreuve Jordi Bertomeu. Même si rien, aujourd'hui, ne permet d'avancer qu'une majorité de clubs soit favorable à cette issue, l'Euroligue n'a pas souhaité, non plus, commenter ces informations.

Retour à l'accueil