L'Asvel et Monaco affichent des budgets records pour la saison 2021-2022 de Betclic Élite

Les budgets et masses salariales des équipes de Betclic Élite ont été publiés ce vendredi. L'Asvel, championne de France en titre, et Monaco, son rival n°1, affichent des chiffres records.

La Ligue nationale (LNB) a publié vendredi les budgets et les masses salariales des 18 équipes de Betclic Élite, qui disputeront la saison 2021-2022, qui s'ouvre ce vendredi soir. Deux formations présentent des chiffres impressionnants : l'Asvel, championne de France en titre, et l'AS Monaco, victorieuse la saison dernière de l'Eurocoupe et engagée cette année en Euroligue.

Monaco augmente sa masse salariale de 150 %
Au niveau du budget, l'Asvel reste n°1 avec un peu plus de 15 millions d'euros (contre 11,8 la saison précédente et surtout un peu moins de 12 millions en 2019-2020, ce qui constituait alors le record). Mais Monaco suit désormais avec 14,1 millions d'euros de budget, alors que le club de la Principauté n'en possédait que 7,5 l'an passé. Soit une augmentation de 87 %.

Pau-Lacq-Orthez fait également un bond, passant de 4,7 à 7,8 millions d'euros de budget, gonflé par les nouveaux investisseurs américains, et se retrouve troisième club le plus doté. Trois équipes ont en revanche vu leur chiffre baisser : Le Portel (-5 %), Orléans (-3 %) et Cholet (-1 %).

En ce qui concerne la masse salariale, l'AS Monaco cartonne, avec 6,7 millions d'euros (dont 1,3 pour le seul Mike James). L'année dernière, elle ne possédait que 2,6 millions. L'ASM a ainsi augmenté sa masse salariale de 150 % et relégué l'Asvel assez loin, puisque celle-ci présente 3,9 millions d'euros (contre 3,5 l'année dernière). En troisième position, figurent les Metropolitans 92 avec 2,6 millions.

Budgets des clubs de Betclic Élite 2021-2022

L'Asvel et Monaco affichent des budgets records pour la saison 2021-2022 de Betclic Élite

Le soutien de l'Etat, la solidarité des abonnés et des partenaires
La LNB a indiqué que les clubs de Betclic Élite avaient souffert de la crise sanitaire l'an dernier. En 2020-2021, les budgets moyens avaient chuté de 7 %. Cette saison, ils sont au contraire à la hausse, de 16 %. La masse salariale moyenne a, elle, augmenté de 20 %, par rapport à la saison précédente.

La Ligue a expliqué que ces chiffres étaient dus en grande partie « au soutien sans précédent de l'État au secteur du sport professionnel ainsi qu'à la solidarité des abonnés et des partenaires privés des clubs lors de la saison 2020-2021 ».

En Pro B, qui débute le 15 octobre, Chalon-sur-Saône, relégué cette saison, présente le budget (5 millions d'euros) et la masse salariale (1,4 million) les plus élevés.

Retour à l'accueil