Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »

Auteur du contre qui a scellé la victoire de l'équipe de France contre la Slovénie (90-89) jeudi, en demi-finales des JO de Tokyo, Nicolas Batum espère s'être racheté des erreurs qu'il a faites sous le maillot bleu dans le passé.

Nicolas Batum, capitaine de l'équipe de France, après la victoire contre la Slovénie (90-89) en demi-finales du tournoi olympique : « J'ai fait de bons matches, en équipe de France, mais j'ai l'impression qu'on se rappelle trop de mes matches pourris. Mes trois lancers, l'Espagne en 2016, la demi-finale contre l'Argentine... Est-ce que ce contre efface tout ? S'il vous plaît, oui. Je pense que ça rattrape les erreurs que j'ai faites. Je devais le faire. Je n'ai pas fait un gros match. Je tire un peu la langue, je n'ai pas été dedans. En deuxième mi-temps, j'étais plus agressif sur Luka (Doncic), en le prenant tout terrain, en le faisant travailler.

« Ça devait faire cinq ans que je n'avais pas fait un contre comme ça » - Nicolas Batum 

Sur la dernière action... je vois qu'il reste 14 secondes, que le ballon est dans les mains du meilleur attaquant au monde actuellement, bon. Timothée fait un bon switch, Doncic donne la balle, je vois Prepelic et je me dis, "non non non, il faut que je fasse ce stop". Ça devait faire cinq ans que je n'avais pas fait un contre comme ça, depuis mes années Portland. Je savais que j'allais l'avoir. Je suis heureux de vivre ça et d'amener ça à la France. Je devais me rattraper de tout ce que je fais depuis quelques temps.

Il reste un match à jouer. Il ne faut pas qu'on fasse l'erreur qu'on avait faite il y a dix ans par exemple, quand on avait battu la Russie et qu'on avait fait un non-match contre l'Espagne en finale. Ça ne va pas être évident. C'est une équipe qu'on a battue deux fois de suite, qui a une multitude de stars. Ce n'est pas la même qu'il y a deux semaines, ça c'est sûr. Ils ont pris leur rythme. C'est moins impossible qu'avant, mais ça va être dur. Ils vont être prêts. Ils mettent quand même pas mal de claques à tout le monde. À nous d'être prêts, de combattre. On ne sait jamais. »

« Je suis là pour défendre et mettre des tirs quand il faut » - Timothée Luwawu-Cabarrot 

Timothé Luwawu-Cabarrot, ailier de l'équipe de France : « Cette dernière action (le contre de Batum) est à l'image de son match. Il a fait un job énorme en défense aujourd'hui. Il n'a jamais abandonné, il a fait ce qu'il avait à faire, il met un gros contre et ça nous permet de gagner.

(Sur sa performance) : Comme j'ai dit au début de la compétition, je suis là pour défendre et mettre des tirs quand il faut, écouter ce que le coach et mes coéquipiers me demandent. Il y a des mecs qui ont beaucoup d'expérience dans cette équipe, et je suis aussi là pour apprendre. Mais aussi pour amener tout ce que j'ai. Je n'ai pas énormément d'expérience en équipe de France mais je suis assez rodé pour jouer ce genre de matches. C'était une demi-finale olympique, oui, mais si on l'aborde avec trop d'appréhension, on se met de la pression pour rien. J'ai eu des occasions de marquer, j'ai mis mes tirs ouverts, c'est pour ça que je travaille aussi. »

« C'était une guerre, du début à la fin » - Rudy Gobert 

Rudy Gobert, pivot de l'équipe de France : « Le contre de Nico est incroyable, à l'image de notre équipe. On savait que ça allait être une bataille. C'est une équipe incroyable, qui n'avait pas perdu depuis que Luka était avec elle (17 victoires de suite), et elle ne nous a pas déçus. On aurait pu lâcher, paniquer, péter les plombs, mais on ne l'a pas fait. On est restés concentrés, ensemble. Le contre de Nico représente vraiment l'équipe qu'on est.

On savait que le rebond offensif était leur force, que c'était comme ça qu'ils arrivaient à prendre le dessus sur leurs adversaires. Sur la globalité du match, je trouve qu'on s'en est plutôt bien sortis. Quand on a pris de l'avance, c'est parce qu'on a réussi à bien contrôler le rebond. C'était une guerre, du début à la fin. On a traversé beaucoup d'épreuves au fil des années, et pouvoir se qualifier pour cette finale olympique c'est un rêve. Et on ne veut pas s'arrêter là.

Quand j'avais 12-13 ans et que je regardais des matches de basket, je me disais que mon rêve, ce serait de battre les États-Unis sur une finale olympique. C'est indescriptible de se dire qu'on a cette opportunité aujourd'hui. »

Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Nicolas Batum après son geste décisif en demi-finales des JO de Tokyo : « Est-ce que ce contre efface tout ? »
Retour à l'accueil