Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA

Emmenés par Khris Middleton et Jrue Holiday, les Bucks l'ont emporté à Atlanta la nuit dernière, devenant champions de la conférence Est en six matchs. Ils affronteront les Phoenix Suns pour le gain du titre. Les cinq joueurs d'origine africaine des Bucks (Giannis et Thanasis Antetokounmpo, Jordan Nwora, Mamadi Diakité et Axel Toupane) disputeront pour la première fois les Finales NBA, une occasion de mettre la main sur le trophée Larry O'Brien, une occasion pour eux de mettre la main sur le trophée Larry O'Brien. Pour cela, il faudra vaincre les Phoenix Suns, champions de la conférence Ouest dans une série qui s'annonce déjà palpitante ! La dernière fois que les Bucks ont atteint les Finales NBA c'était en 1974.

No «Greek Freak», no problem. Privés de leur superstar grecque Giannis Antetkounmpo (genou), les Bucks l'ont emporté à Atlanta (107-118) la nuit dernière, lors du Game 6 des finales de l'Est. Un succès qui leur permet de remporter la série 4-2 et de composter leur billet pour les Finales NBA, face à Phoenix. Discret en première période, Khris Middleton aura assumé son rôle de patron en l'absence du double MVP avec 32 points, dont 23 dans le troisième quart. 27 unités pour Jrue Holiday. Un temps incertain (cheville), le joueur star d'Atlanta, Trae Young, a terminé avec 14 points. Mieux qu'un lieutenant, le bouillant Cam Reddish en a inscrit 21, en vain. Une chose est sûre : ces Hawks ont pris date pour les années à venir.

Atlanta fait illusion, mais…

Milwaukee démarrait fort (0-7) et faisait le trou par deux fois dans le premier quart (4-15, 16-26), mais la «papatte» chaude de Danilo Gallinari, auteur de deux majorés d'affilée, permettait à Atlanta de ne pointer qu'à -4 après 12 minutes (24-28). Pas cher payé. Deux fautes pour Middleton d'un côté et Young, de l'autre. Bientôt trois pour le premier nommé, avec cinq pertes de balle à la pause. Physionomie identique dans le deuxième quart, avec des Bucks devant, des Hawks qui répondaient à chaque fois pour revenir à une ou deux possessions. Dans le jeu, c'était pauvre de part et d'autre. En termes d'intensité et de combat en revanche, ça donnait (43-47 MT)…

Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA

Sur un fil jusque-là, avec par exemple un vilain 31,9% aux tirs (contre 40,5), les locaux subissaient le réveil tonitruant de Middleton, auteur des 16 premiers points des visiteurs et 23 au total dans le troisième quart (47-63) ! Reddish tentait bien de faire marcher la respiration artificielle, mais le train des Bucks était lancé. D'autant que Holiday montait en température au fil des minutes. Sous la houlette du tandem Middleton-Holiday, Milwaukee s'envolait pour mener de 19 points après trois quart-temps (72-91), et bientôt 22, au début du quatrième (72-94). Un gouffre jamais comblé, malgré les exploits de Reddish et la fougue de ces jeunes Hawks, qui enflammaient la State Farm Arena en revenant à -6 avec 3'41 à jouer (101-107) et -7, à 1'20 du terme (106-113). À l'expérience, à l'image de cette faute bien vendue par Middleton, Milwaukee tenait bon. Et ce triple de PJ Tucker tuait définitivement le suspense (107-118 score final).

Game 1 mardi dans l'Arizona
Les Milwaukee Bucks se hissent en finale pour la première fois depuis 1974, trois ans après l'unique sacre de leur histoire, en 1971. Deuxièmes de la saison régulière avec 51 victoires et 21 défaites (contre 46v-26d), les Suns de Phoenix auront l'avantage du terrain et recevront mardi, lors de la première manche. Reste à savoir si Giannis Antetokounmpo sera de la partie. Victime d'une hyperextension du genou gauche lors du Game 4 des finales de l'Est, l'international grec a manqué les deux derniers matches. Une chose est sûre : Milwaukee aura besoin du «Greek Freak» pour viser le titre.

Le résumé complet de la rencontre 

Avantage Bucks (3-2) en amont de ce Game 6, potentiel ultime match de la finale de conférence Est. L’objectif des Hawks est donc très clair ce soir : gagner, afin d’éviter l’élimination. Et pour y arriver, les locaux pourront notamment compter sur l’absence de Giannis Antetokounmpo et le retour de Trae Young, absent lors des deux dernières rencontres de cette série.

L’entame de la partie est toutefois à mettre au crédit de Milwaukee, emmené comme dans le Game 5 par l’agressivité de son duo Jrue Holiday – Bobby Portis, dans la peinture. Rapidement dans le dur, Atlanta se retrouve déjà avec une dizaine de points de retard au tableau d’affichage, avant que Bogdan Bogdanovic et Clint Capela ne sonnent la révolte, de loin comme de près (15-10).

Mais l’embellie de ces Hawks combattifs n’est que de courte durée. Revenus à une possession de leurs visiteurs, ils concèdent ensuite un 8-0, instigué par Brook Lopez, une nouvelle fois très affûté dans la raquette après son excellente sortie (33 points) d’il y a deux jours.

Encore à +10, les Bucks se font cependant rattraper en fin de premier quart-temps, par les 3-points de Danilo Gallinari, qui joue les pompiers de service (28-24).

Milwaukee domine, mais Atlanta reste en embuscade
Dans le deuxième acte, les remplaçants de Milwaukee —Jeff Teague en tête— font mal à leurs hôtes, derrière l’arc. Mais Atlanta, toujours guidé par son tandem Bogdan Bogdanovic – Clint Capela, épaulé entre autres par Cam Reddish, ne lâche rien et parvient à rester à deux possessions d’écart de ses visiteurs, contre vents et marées. En agressant le cercle, ce qui fonctionne d’ailleurs plutôt bien (36-31).

L’avance des Bucks continue de se stabiliser, malgré toute la bonne volonté (un peu trop débordante) de Trae Young, diminué mais valeureux. Dominateurs dans la peinture, grâce à leur paire composée de John Collins et Clint Capela, les hommes de Nate McMillan s’accrochent tant bien que mal au score.

Sauf que les réussites primées de Pat Connaughton et Bryn Forbes en sortie de banc, couplées aux pénétrations de l’incisif Jrue Holiday, maintiennent les Hawks derrière, à la mi-temps (47-43).

Au retour des vestiaires, le show Khris Middleton peut alors débuter.

Comme dans le Game 4, où il avait inscrit 20 points dans le quatrième quart-temps, l’ailier All-Star redevient tout simplement inarrêtable pour ses défenseurs. Prenant, ainsi, le match à son compte et faisant irrémédiablement grimper l’écart, à coups de 3-points, « 2+1 », doubles-pas ou tirs à mi-distance.

Auteur de 23 points (!) dans cette période, et signant notamment un impressionnant « run » de 13-0 à lui seul, Khris Middleton met logiquement Milwaukee à l’abri, au tableau d’affichage (71-55). D’autant plus que Jrue Holiday et Brook Lopez sont parfaits pour le soutenir, afin de répondre à Clint Capela, bien présent dans la raquette, et Cam Reddish, chirurgical derrière l’arc.

Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA

Largués au score, et malheureusement plombés par un Trae Young loin d’être à 100%, les Hawks s’efforcent ensuite de relancer la machine. Avec Bogdan Bogdanovic, mais surtout Cam Reddish, définitivement la première option offensive de l’équipe ce soir. Insolent d’adresse à 3-points, le jeune ailier est omniprésent en attaque, enfilant du même coup les paniers.

Problème : Jrue Holiday, qui flirte avec le triple-double, et le surprenant Jeff Teague assurent tout autant au scoring, pour repousser les assauts adverses et laisser les Bucks à +20, à douze minutes de la fin (91-72).

À -22, et à quelques instants des vacances, les coéquipiers de Trae Young  haussent le ton en attaque et enchaînent les réussites. Que ce soit à 3-points, par l’intermédiaire de Danilo Gallinari, Kevin Huerter ou l’inévitable Cam Reddish, à mi-distance, avec Bogdan Bogdanovic ou John Collins, mais également sous le cercle, avec Danilo Gallinari ou John Collins, encore eux.

Du côté de Milwaukee, ce sont principalement Pat Connaughton, derrière l’arc, et Bobby Portis, efficace dans la peinture, qui tiennent la comparaison (105-92).

Puis dans le « money-time », Trae Young s’en va chercher ses points à l’intérieur, tandis que Cam Reddish n’en finit pas de marquer à 3-points (6/7 au total), pour maintenir de l’espoir chez les Hawks. Et malgré de nouveaux paniers de John Collins et Clint Capela sous le cercle, ou de Bogdan Bogdanovic à mi-distance, les Bucks enfoncent définitivement le clou. Grâce à d’énièmes pénétrations de Jrue Holiday, qui envoie en prime Brook Lopez au « alley-oop ». C’est finalement P.J. Tucker qui achève ses adversaires, d’un shoot extérieur.

Sonnée, la State Farm Arena ovationne tout de même ses guerriers une dernière fois (118-107).

Supérieurs de bout en bout à Atlanta depuis deux matchs, malgré l’absence de Giannis Antetokounmpo, les joueurs de Milwaukee rejoignent donc Phoenix en Finals, où ils essaieront de ramener le trophée Larry O’Brien dans le Wisconsin. Et les Suns sont prévenus : Khris Middleton (32 points, 7 passes et 3 interceptions), Jrue Holiday (27 points, 9 rebonds, 9 passes, 4 interceptions et 2 contres !) et consorts entendent bien jouer crânement leur chance, avec ou sans le « Greek Freak » !

Sans Giannis Antetokounmpo, Milwaukee assomme Atlanta et s'invite aux Finales NBA
Retour à l'accueil