Le meneur allemand d'origine gambienne Dennis Schröder ne disputera pas les Jeux olympiques de Tokyo

Le meneur allemand d'origine gambienne Dennis Schröder ne disputera pas les Jeux olympiques de Tokyo

Après avoir raté les qualifications olympiques, le meneur des Los Angeles Lakers Dennis Schroder ne sera pas ajouté à la liste définitive de l'équipe nationale allemande pour les prochains Jeux olympiques, comme cela a été officiellement annoncé aujourd'hui.

Selon le communiqué de presse de la Fédération allemande de basket-ball : « Dennis Schrοder ne jouera pas pour l'Allemagne aux Jeux olympiques de Tokyo. La raison de cette décision reste les énormes exigences d'assurance qui ne peuvent pas être satisfaites et empêchent ainsi le meneur d'être utilisé, comme ce fut le cas lors du tournoi de qualification olympique en Croatie.

Les efforts renouvelés, conjoints et intensifs pour pouvoir garantir une couverture d'assurance adéquate n'ont pas été couronnés de succès.

« J'aurais adoré être là à Tokyo. Ce sont les Jeux Olympiques, c'est à peu près le plus grand honneur pour un athlète, et j'ai toujours rêvé de participer aux Jeux Olympiques. Je suis bien sûr très déçu de ne pas pouvoir jouer et me battre avec l'équipe dans ce tournoi important. Mais je suis très heureux pour les douze gars qui vont à Tokyo maintenant. Ils ont joué une belle qualification ensemble et méritaient d'en faire partie. En tant qu'équipe, vous avez fait preuve d'une énorme solidarité et je suis convaincu qu'avec cette attitude, vous pouvez également réaliser quelque chose à Tokyo », a déclaré Schroder.

« Il fallait compter avec cette évolution. Mais bien sûr, il est clair que vous ne négligez aucun effort pour un joueur de classe mondiale comme Dennis. Dennis fait partie de l'équipe, ce qu'il a montré à Split. Nous sommes très heureux de son soutien », a déclaré le sélectionneur national Henrik Rodl.

Schroder, bien qu'il ne puisse pas faire partie de l'équipe sur le terrain, s'est rendu à Split, en Croatie, et a soutenu ses coéquipiers depuis les tribunes.

Retour à l'accueil