Mené de 13 points à la pause, le Utah Jazz s’est imposé contre les Los Angeles Clippers (112-109) sous l’impulsion des 45 points de Donovan Mitchell. Rudy Gobert a lui collé le contre décisif.

Mené de 13 points à la pause, le Utah Jazz s’est imposé contre les Los Angeles Clippers (112-109) sous l’impulsion des 45 points de Donovan Mitchell. Rudy Gobert a lui collé le contre décisif.

Utah Jazz - Los Angeles Clippers : 112-109
Utah mène 1-0
Après avoir compté 10 points d’avance à deux minutes de la fin, le Jazz s’est mis à trembler. Au point de presque laisser filer une victoire acquise dans une atmosphère bouillante. Les Clippers sont revenus sur le fil et avaient même une opportunité d’arracher la prolongation en cas de panier à trois points sur l’ultime possession de la partie. Ni Paul George, ni Kawhi Leonard n’ont été en mesure de prendre leurs chances et le ballon est finalement arrivé jusqu’à Marcus Morris. Ce dernier a feinté une première fois Rudy Gobert, pour le faire sauter, avant de dégainer. Mais le pivot français a rebondi dans la foulée pour étirer ses longs bras afin de contrer l’éventuelle balle d’égalisation, assurant ainsi la victoire d’Utah (112-109). Un très beau succès à domicile après une remontée fantastique en deuxième mi-temps. Le Jazz était à l’image de Donovan Mitchell, son meilleur joueur : amorphe avant la pause, déchaîné au retour des vestiaires. L’arrière All-Star a fini avec 45 points, la très large majorité inscrite en deuxième mi-temps, en agressant constamment la défense adverse. Le réveil des joueurs de Quin Snyder leur a permis d’égaliser au cours du troisième quart temps puis de passer devant. Les Clippers souffraient alors de la maladresse de Paul George (20 points mais à 4 sur 17) et Marcus Morris (4 sur 14). Plus globalement, ils semblaient un peu fatigués après une septième manche héroïque contre les Mavericks le weekend dernier. Ils n’ont pas su répondre à l’intensité du Jazz. Mais ce n’était que le premier match d’une série qui s’annonce palpitante.

Inséré dans le cinq majeur pour compenser la blessure de Mike Conley, Joe Ingles frappe le premier à 3-points. Le Jazz démarre fort avec un 10-2 d’emblée, conclu par Donovan Mitchell, lui aussi à 3-points. Mais les Clippers ne paniquent pas, ils en ont vu d’autres face à Dallas… Reggie Jackson trouve la cible à 3-points et Marcus Morris se montre déjà actif, allant notamment au contre sur Bogdanovic mais aussi en délivrant le tir à mi-distance.

Luke Kennard prend le relais et frappe à deux, et même, trois reprises derrière l’arc. Le mauvais départ des Clippers est vite effacé alors que Marcus Morris enfonce le clou, encore à mi-distance. De -8, Los Angeles passe à +12 (24-12) après un cinglant 22-2, le Jazz ayant raté 20 tirs consécutifs ! Heureusement pour les locaux, Jordan Clarkson limite la casse avec deux paniers à 3-points en fin de période (25-18).

Le show Kennard
Les Clippers gardent leur belle adresse de loin en deuxième quart avec George qui en colle un sur la truffe de Gobert. Le pivot tricolore est de nouveau du mauvais côté quand DeMarcus Cousins lui pique le ballon dans les mains et s’en va inscrire le panier de l’autre côté du terrain, plus la faute. Scotché sur le banc au premier tour, Cousins est actif contre le Jazz et sanctionne à 3-points pour faire gonfler l’écart. Ivica Zubac est essentiel, présent au contre mais aussi au rebond offensif.

Derrière 11 points en 12 minutes de Luke Kennard, les Clippers font la course en tête quand le Jazz n’a clairement pas encore réglé la mire, à l’instar des 13 points mais à 5/14 de Donovan Mitchell, ou les 9 points à 3/10 de Jordan Clarkson. Bien tenus par la défense du Jazz, dont Royce O’Neale, Kawhi Leonard et Paul George ne pèsent pas encore, bien que Los Angeles soit confortablement devant à la pause (60-47).

Donovan Mitchell relance son Jazz
Donovan Mitchell revient fort avec un panier en force dans le trafic et un 3-points dans la foulée. À lui seul, Mitchell impulse un 10-2 qui force Lue à prendre un temps-mort. L’avantage des Clippers s’est volatilisé en l’espace de deux minutes (62-57). Kawhi Leonard essaie bien de calmer le retour furibard du Jazz mais Mitchell lui répond du tac au tac. Les fautes commencent aussi à jouer leur rôle avec Reggie Jackson qui doit aller s’asseoir avec 4 fautes, puis c’est Gobert qui rentre sur le banc après un écran illégal.

Les Clippers font le dos rond et ils se font dépasser alors que Royce O’Neale redonne l’avantage aux locaux pour la première fois depuis le début du premier quart. La défense reprend le beau rôle avec Favors qui contre Rondo d’un côté, mais aussi Zubac qui scotche Clarkson. Gobert y va aussi de sa bâche sur George mais les deux équipes restent dos à dos avant le dernier quart (79-79), après un 3-points de Clarkson. Avec un 32-19 en troisième quart, Utah a en tout cas rattrapé son retard…

Rudy Gobert pour le contre de la gagne
Si Luke Kennard ouvre les hostilités en quatrième, et que Paul George peut bénéficier d’un rebond offensif de Zubac pour briser la glace à 3-points, c’est bien le Jazz qui garde sa dynamique. Mitchell va chercher un panier plus la faute de Batum, tandis qu’en face, Gobert aussi accumule les fautes et doit (de nouveau) céder sa place. Mitchell, Bogdanovic et Clarkson font sonner la cloche à 3-points et Utah prend +6.

Kawhi Leonard maintient les Clippers dans le coup en s’approchant du cercle mais les Clippers commencent à craquer, à -10 à cinq minutes de la fin après un coup de poignard à 3-points de Bogdanovic. Reggie Jackson doit sortir après avoir concédé de nouveaux lancers à Donovan Mitchell qui ne se fait pas prier. Ce dernier porte Utah dans le « crunch time » avec un long tir à 2-points puis un layup après slalom spécial, puis un autre après avoir bien navigué la défense californienne pour éviter la prise à deux.

Pas forcément en réussite, Paul George réduit l’écart à 3-points en fin de match mais sur l’ultime possession des Clippers, la défense du Jazz est bien en place, conclue par un contre de Rudy Gobert sur Marcus Morris. Frustré par les fautes tout le match, le pivot tricolore se montre décisif sur la toute dernière action (112-109).

Retour à l'accueil