Diminué par une blessure à la cheville, LeBron James a joué face aux Warriors pratiquement sur une jambe, mais sans forcer son talent, le natif de l'Ohio a été décisif dans le money-time en inscrivant le panier de la victoire sur un énorme tir à 3-points.

Diminué par une blessure à la cheville, LeBron James a joué face aux Warriors pratiquement sur une jambe, mais sans forcer son talent, le natif de l'Ohio a été décisif dans le money-time en inscrivant le panier de la victoire sur un énorme tir à 3-points.

Le duel a tenu toutes ses promesses. Au terme d’un match accroché, intense et à suspense, les Lakers ont eu raison des Warriors (103-100) cette nuit, au Staples Center, en barrages d’accession aux play-offs. Courts de 13 points en première période, les champions sortants ont joué à se faire peur. Ils ont réagi en seconde période, avec un gros troisième quart-temps pour recoller, mais ont dû attendre les dernières secondes et ce panier XXL (voir ci-dessous) de LeBron James (22 pts, 11 rbs, 10 pds) – qui avait pris un doigt dans l’œil quelques instants auparavant – pour faire la décision. Et encore, Stephen Curry (37 pts), Andrew Wiggins (21 pts) et compagnie ont très mal géré les toutes dernières possessions… 25 points et 12 rebonds pour Anthony Davis. Les Lakers affronteront Phoenix au premier tour des play-offs. Les Warriors, eux, devront en découdre avec Memphis, qui a battu San Antonio plus tôt, pour le dernier billet à l’Ouest. Un billet qui sera synonyme de premier tour contre Rudy Gobert et Utah.

Un nouveau chapitre de l’incroyable rivalité entre LeBron James et Stephen Curry s’ouvre ce soir au Staples Center. Non pas pour une rencontre de playoffs mais bien pour un match de « play-in ». En jeu : la 7e place de la conférence Ouest, pour défier les Suns au premier tour, à partir de ce week-end.

Dans le premier quart-temps, malgré un Stephen Curry très bien contenu d’entrée, mais qui décale parfaitement ses coéquipiers grâce à l’attraction qu’il génère autour de lui, ce sont les Warriors qui démarrent en trombe, avec l’agressivité de leurs habituels « role players ». À 3-points, à mi-distance ou près du cercle, Andrew Wiggins et Kent Bazemore lancent idéalement leur équipe, qui prend une dizaine de points d’avance (15-4).

Dans le dur, et à la limite de la frustration car privés de coups de sifflet, les Lakers se relancent en allant tout de même sur la ligne des lancers-francs, avec LeBron James. Toujours précieux à 3-points, Kentavious Caldwell-Pope lance quant à lui les siens avec deux réussites derrière l’arc (17-16).

Défensivement, sous l’impulsion de Draymond Green, Golden State est impérial dans ce début de match. À l’image d’Anthony Davis, Los Angeles n’a que très peu d’espaces en attaque. Constamment pris à deux et défendu très haut, Stephen Curry est sevré de 3-points, mais il contribue autrement, en attaquant la peinture et en créant des décalages. Heureusement, ses coéquipiers répondent présent, et les « Dubs » continuent de faire la course en tête, après douze minutes (28-22).

Première mi-temps de rêve pour Golden State
Dans le second quart-temps, sans Stephen Curry ni Draymond Green, les seconds couteaux des Warriors font mieux que résister aux tentatives de retour des Lakers, s’appuyant notamment sur un Andrew Wiggins irréprochable pour repasser à +10. Les deux équipes sont très disciplinées en défense et les paniers se font rares, au même titre que les coups de sifflet des arbitres, qui laissent beaucoup jouer (35-26).

Maladroits au possible et dominés dans l’envie, malgré le bel apport d’Alex Caruso en sortie de banc, les « Purple & Gold » sont méconnaissables en attaque. Dans un mauvais soir au niveau de l’adresse, Anthony Davis continue, lui, de se frustrer à cause des arbitres. De son côté, Stephen Curry règle enfin la mire à 3-points, par deux fois, et Jordan Poole l’imite dans la foulée. Salant davantage l’addition au tableau d’affichage (49-37).

À la pause, Golden State se retrouve donc logiquement devant. Les hommes de Steve Kerr ont pris ce match par le bon bout et absolument tous leurs vaillants soldats brillent, aux côtés d’un Stephen Curry qui ponctue cette mi-temps sur un superbe buzzer à 3-points (55-42).

Retour des vestiaires tonitruant des Lakers
Au retour des vestiaires, un 7-0 instigué tout en agressivité par Dennis Schröder et LeBron James ramène très vite les Lakers à deux possessions. Toujours aussi souverains en défense, mais désormais bien plus inspirés en attaque, grâce notamment à leur provocation de fautes et de lancers-francs, les champions en titre recollent carrément à -1, après un 3-points de Dennis Schröder, enfin en rythme (57-56).

C’est alors que Stephen Curry, entouré par ses « role players » comme Kevon Looney, redonne de l’air aux Warriors, à coups de 3-points et pénétrations. Les « Dubs » repassent ainsi à +10, juste après la sortie de LeBron James. Touchés mais pas coulés, les « Purple & Gold » réagissent ensuite avec deux actions à 3-points : une de Wesley Matthews, une d’Anthony Davis (74-66).

Bien aidés par les nombreuses pertes de balle de Golden State dans ce quart-temps, mais aussi par le retour en jeu d’un LeBron James chirurgical sur ses passes dans le dos des défenseurs adverses, les joueurs de Los Angeles infligent un 9-2 à leurs visiteurs, qui ne trouvent la faille qu’avec Stephen Curry, de plus en plus libre derrière l’arc. Et à douze minutes de la fin, le suspense est complètement relancé dans cette partie (79-77).

Dans le dernier acte, un « alley-oop » entre LeBron James et Anthony Davis, puis trois paniers supplémentaires du « King » et de Kyle Kuzma, offrent les commandes aux Lakers pour la première fois du match ! Sans Stephen Curry, les Warriors craquent et le momentum a clairement changé de camp avec ce 8-0, lancé par un LeBron James en triple-double (85-79).

Son équipe en danger à -7, Stephen Curry la réveille avec un 3-points puis un joli « lay-up » tout en toucher, dans la peinture. Mais Anthony Davis, enfin en réussite avec son shoot, lui répond à chaque fois. C’est alors qu’Andrew Wiggins se remet en évidence, avec trois paniers près du cercle, pour ramener Golden State à hauteur, à cinq minutes de la fin (91-91).

Dans le « money-time », Anthony Davis et Stephen Curry continuent de se livrer un superbe duel au scoring. À 3-points, Jordan Poole remet les Warriors devant, avant que Stephen Curry ne caresse le plexiglas pour mettre les siens à +3. Côté Lakers, Alex Caruso se distingue ensuite, en provoquant une perte de balle de Stephen Curry puis en distribuant trois caviars pour Anthony Davis et LeBron James, qui ne tremblent pas sur la ligne des lancers-francs, tout comme Stephen Curry en face (100-100).

LeBron James, pour la victoire !
Sur l’une de ces actions, LeBron James a d’ailleurs été violemment projeté au sol sur un contact avec Draymond Green. Après révision, les arbitres ont décidé de ne pas accorder de faute flagrante au Défenseur de l’année 2017. Et malgré la gêne occasionnée par ce choc, le « King » parvient à inscrire un énorme shoot à 3-points, en « step-back » et au buzzer, pour offrir l’avantage à Los Angeles, à une minute de la fin (103-100) !

Avantage finalement décisif pour les champions en titre, qui valident leur précieux succès après plusieurs ratés de Golden State dans les dernières secondes. Au bout du suspense, les « Purple & Gold » ont donc obtenu leur qualification en playoffs, où ils retrouveront les Suns dès dimanche. Quant aux Warriors, ils devront passer par un nouveau barrage sous haute tension, encore face aux Grizzlies, dès demain. Avec leur saison en jeu ce soir-là, au Chase Center.

Statistiquement parlant, LeBron James a assuré, terminant en triple-double (22 points, 11 rebonds, 10 passes). À ses côtés, Anthony Davis ajoute 25 points et 12 rebonds (à 10/24 aux tirs), tandis qu’Alex Caruso (14 points) a été essentiel dans cette rencontre. En face, Stephen Curry (37 points) a une nouvelle fois brillé de mille feux, pouvant surtout compter sur le soutien d’un bon Andrew Wiggins (21 points) et l’activité défensive de Draymond Green.

Retour à l'accueil