Sans pitié, Indiana écrase les Hornets dans un match de Play-in à sens unique

Sans pitié. Les Pacers n’ont fait aucun cadeau aux jeunes Hornets. Une victoire sans appel, 144 à 117, dessinée dès les premières minutes de la partie. Indiana menait déjà de 16 points après 12 minutes. L’équipe de Nate Bjorkgren a été mise sur orbite par l’excellent Domantas Sabonis. L’intérieur lituanien était absolument partout et il termine avec 14 points, 21 rebonds et 9 passes. Ses coéquipiers se sont régalés de ses caviars, notamment Doug McDermott derrière l’arc (21 points) et Oshae Brisset (23). C’est donc la fin d’une saison plutôt encourageante pour les Hornets du rookie LaMelo Ball (14 points), qui évoluaient sans leur meilleur joueur, Gordon Hayward. Les Pacers défieront les Wizards avec la dernière place pour les playoffs mise en jeu.

Les Pacers ont fait le plein de confiance ce soir, s’offrant même un peu de repos non-négligeable en fin de partie, tant physiquement que mentalement, en vue de leur prochain match. À la rue dès les premières minutes de la rencontre, les Hornets se sont littéralement faits écraser. Aux côtés de Domantas Sabonis (14 points, 21 rebonds, 9 passes), l’ensemble du collectif de Nate Bjorkgren a répondu présent, des 16 points et 8 passes de Malcolm Brogdon aux 21 points de Doug McDermott, en passant par les 23 points d’Oshae Brissett, les 17 points de TJ McConnell ou les 14 points et 10 rebonds de Goga Bitadze.

Malgré l’absence de dernière minute de Caris LeVert et un Malcolm Brogdon toujours pas à 100%, Indiana débute la rencontre sur les chapeaux de roue. Doug McDermott montre la voie pour les siens, en inscrivant ses deux premiers paniers à 3-points de la soirée, puis un troisième, portant déjà son total à 11 points sur le 20-7 réussi par les locaux en seulement quatre minutes.

Oshae Brissett maintient la pression avec un dunk et un missile à 3-points, avant de passer le relais à T.J. McConnell qui se distingue d’entrée par un panier à mi-distance puis un « lay-up » en contre-attaque, après une interception. La coupe est pleine pour Charlotte lorsque LaMelo Ball laisse traîner son pied sur la ligne de touche et se fait punir par le « floater » d’Edmond Sumner, au buzzer d’un premier quart-temps à sens unique (40-24).

Les tentatives de réponse de Malik Monk, Miles Bridges ou Terry Rozier restent trop timides pour insuffler un véritable changement de dynamique. Et la tâche se complique sérieusement pour les Hornets lorsque Malcolm Brogdon prend le jeu à son compte, s’illustrant d’abord par un 2+1, un « lay-up » puis un 3-points, pour porter le score à 64-41. Le meneur des Pacers trouve ensuite Doug McDermott pour un « lay-up », puis Justin Holiday pour un 3-points, reléguant Charlotte à -24, soit le plus gros écart de cette première mi-temps (69-45). Le tout avec un Domantas Sabonis limité à seulement 2 points marqués.

Côté Hornets, LaMelo Ball est lui aussi transparent et la maladresse globale de ses coéquipiers n’arrange rien. La perspective d’un retour improbable s’efface rapidement, les Pacers reprenant tambour battant après la pause, à l’image des dunks de Oshae Brissett et Justin Holiday, du 3-points de Malcolm Brogdon ou des paniers de Domantas Sabonis (84-60).

Un 2+1 puis un dunk de Cody Zeller, seul joueur de l’effectif de James Borrego à surnager, ne suffisent pas. Oshae Brissett relance la machine d’Indiana derrière l’arc. Domantas Sabonis inscrit ensuite trois paniers coup sur coup, Justin Holiday envoie deux nouveaux missiles à 3-points, et T.J. McConnell met la cerise sur le gâteau avec 6 points en moins d’une minute, dont un panier au buzzer du troisième quart-temps pour donner 30 points d’avance aux siens (108-78).

À l’issue d’un dernier quart-temps sans grand intérêt, les Pacers peuvent donc savourer leur succès (144-117), acquis avec la manière, et se présenter en ayant fait le plein de confiance pour la suite des événements. En ligne de mire : cette 8e place de la conférence Est, qu’il faudra arracher aux Wizards.

Retour à l'accueil