Auteur d’un match monumental, Jayson Tatum (50 points, 8 rebonds et 4 passes) a mené les Boston Celtics à la victoire contre les Washington Wizards (118-110).

Auteur d’un match monumental, Jayson Tatum (50 points, 8 rebonds et 4 passes) a mené les Boston Celtics à la victoire contre les Washington Wizards (118-110).

Auteur d’un match monumental, Jayson Tatum (50 points, 8 rebonds et 4 passes) a mené les Boston Celtics à la victoire contre les Washington Wizards (118-110). La franchise du Massachussetts termine donc septième à l’Est. Même après une saison galère, des pépins physiques en cascade dont la blessure de Jaylen Brown, indisponible pour les trois prochains mois, les Celtics peuvent toujours compter sur une valeur sûre : Jayson Tatum. C’est désormais acquis, le jeune homme fait partie des grands de cette ligue. Et quand l’enjeu est élevé, quand la tension est à son comble, ces champions savent hausser leur niveau de jeu pour délivrer leur équipe. Exactement comme l’ailier All-Star hier soir. Il a marqué 50 points lors du match le plus important de l’année pour Boston. Les Celtics ont donc battu les Wizards dans son sillage (118-110) pour arracher la septième place de la Conférence Est. La première mi-temps était pourtant à l’image du dernier mois de la saison pour les joueurs de Brad Stevens – qui ont perdu 10 de leurs 15 dernières rencontres. Ils couraient après le score. Puis tout a changé au retour des vestiaires, quand les coéquipiers d’Evan Fournier (8 points) ont attaqué le troisième quart temps avec un 22-4 pour passer devant (74-58). Russell Westbrook (20 points, 6 sur 18) et Bradley Beal (22) ont fini par ramener les Wizards à 7 longueurs (91-84) mais les Celtics ont alors remis un coup sur l’accélérateur par l’intermédiaire de Tatum et de Kemba Walker (29 points). Au final, Tatum a marqué 32 de ses 50 pions après la pause. Il faudra réitérer ce niveau de performance chaque soir pour espérer battre les Nets, leurs adversaires au premier tour. Mais au moins, Boston est en playoffs.

Dans le premier quart-temps, portés par leur adresse à 3-points, les Celtics prennent les devants, avec l’efficacité de leur collectif. En face, les Wizards de Russell Westbrook s’accrochent en multipliant les attaques du cercle (15-9). Si la partie a beau démarrer sur un rythme effréné, qui plaît à Ish Smith et Dan Gafford, Washington peine cependant à contenir les assauts à 3-points et dans la peinture de Jayson Tatum, Marcus Smart ou encore Kemba Walker. Boosté en prime par l’arrivée de Tristan Thompson dans la raquette, Boston mène logiquement après douze minutes (27-21).

Dans le deuxième quart-temps, certes plombés par leurs pertes de balle et les points qui en découlent, les Wizards restent au contact puis recollent. Grâce, toujours, à l’activité de l’insaisissable Ish Smith, qui tire toute sa « second-unit » vers le haut. Dans le dur, les Celtics se contentent de provoquer des fautes (37-37). Discret jusqu’ici, Bradley Beal prend ensuite les choses en main au scoring et Washington passe alors devant. Mais pour Boston, les choses se compliquent davantage quand Marcus Smart puis Robert Williams quittent le terrain en raison de blessures à la cheville et au genou…

Dans le dur physiquement, les Celtics rebondissent fort
Un incident qui masque presque le fait que les joueurs de la capitale ont posé leur empreinte sur cette partie. Dans le sillage de la science offensive de Bradley Beal et de l’hyperactivité de Russell Westbrook, les hommes de Scott Brooks virent ainsi en tête d’une possession à la pause. Malgré la grosse fin de mi-temps de Jayson Tatum pour les C’s, qui ont vu Marcus Smart revenir en jeu, contrairement à Robert Williams (54-52).

Si le rythme retombe au retour des vestiaires, le 3/3 à 3-points de Kemba Walker met sur orbite les Celtics, qui redémarrent sur un 17-2, pour passer à +10 ! Puis ce sont les quatre paniers consécutifs de Jayson Tatum qui enfoncent davantage les Wizards, groggy, frustrés et incapables de réagir, en attaque comme en défense (76-64).

Washington reprend alors sa marche en avant en attaquant le cercle, mais Jayson Tatum continue sur sa lancée au scoring. Auteur de 23 points rien que dans ce troisième quart-temps (!), l’ailier All-Star permet toujours à Boston de résister aux tentatives de come-back de Russell Westbrook, Ish Smith ou encore Bradley Beal, à douze minutes de la fin (90-80).

Jayson Tatum en état de grâce
Dans le dernier acte, le faux rythme persiste et les Wizards tentent d’en profiter pour se relancer, toujours en mode « hero-ball » et en allant chercher leurs points dans la peinture. Sans succès, malgré leurs différentes fautes obtenues, car les non moins agressifs Jayson Tatum et Tristan Thompson ne lâchent rien pour maintenir les Celtics à l’abri. Des C’s qui, il faut le dire, sont bien aidés par l’adresse à 3-points calamiteuse de leurs visiteurs, et quelques coups de sifflet généreux de la part des arbitres (106-90).

Sur un nuage, ou presque, en seconde période, Boston peut ensuite se diriger tranquillement vers la victoire (118-100), assurant du même coup sa place au premier tour des playoffs, face aux Nets. Un joli succès décroché à l’issue d’une excellente deuxième mi-temps, sous l’impulsion de Jayson Tatum (50 points, dont 32 après la pause), Kemba Walker (29 points) et Tristan Thompson (12 points, 12 rebonds).

À l’inverse, malgré un bon Ish Smith (17 points, 8 rebonds), Washington devra donc passer par un nouveau match de « play-in » sous tension face aux Pacers, après-demain. En espérant cette fois-ci pouvoir compter sur de meilleurs Bradley Beal (22 points, 9 rebonds, 6 passes) et Russell Westbrook (20 points, 14 rebonds, 5 passes, 3 interceptions, 2 contres), productifs mais maladroits toute la soirée (16/43 aux tirs en cumulé, dont 1/10 à 3-points).

Retour à l'accueil